Google+ Followers

Vidéos par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/136794177

Loading...

Google+ Badge

dimanche 29 juillet 2012

La triple mort de Pierre Bérégovoy. Ted Maher du groupe Safra

  • LCP dimanche 29 juillet 2012 à 14h30
  • 24-24 dimanche 29 juillet 2012 à 14h30
  • LCP samedi 11 août 2012 à 19h30
  • 24-24 samedi 11 août 2012 à 19h30
  • 24-24 mardi 14 août 2012 à 23h30
  • LCP mardi 14 août 2012 à 23h30
  • LCP samedi 18 août 2012 à 11h30
  • 24-24 samedi 18 août 2012 à 11h30

Ted Maher du groupe Safra avec Bérégovoy - François de Siebenthal

...Quid de la présence de Ted Maher dans sa voiture une heure avant sa mort ?
Ted Maher est le tristement célèbre personnage a l' origine de l' "incendie" qui cause la mort d' Edmond Safra.
Accessoirement aussi le seul détenu qui a pu s'échapper de la prison de Monaco…avec des sacs plastiques !!!
Quelle est votre opinion…
auteur inconnu sur le blog cité.

http://www.bakchich.info/spip.php?page=forum&id_article=3601&id_forum=35341
  1. François de Siebenthal: La vraie liste remise à Pierre Bérégovoy ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../la-vraie-liste-remise-pierre-ber...
    30 avr. 2009 – Je le souhaite, je le demande et je rends juges les Français du grave avertissement que porte en elle la mort voulue de Pierre Bérégovoy".
  2. François de Siebenthal: Pierre Bérégovoy exécuté. Explications des ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../pierre-beregovoy-execute-exp...
    2 mai 2009 – Pierre Bérégovoy exécuté. Explications des morts rituelles aux plus hauts niveaux, cherchez à qui les crimes profitent ?
  3. François de Siebenthal: Bérégovoy a-t-il été assassiné pour rien ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../beregovoy-t-il-ete-assassine-p...
    28 avr. 2009 – François de Siebenthal ... L'acteur Daniel Russo prêtera ses traits à Pierre Bérégovoy et donnera la réplique à Dominique Blanc qui incarnera ...
  4. François de Siebenthal: En France, le Service Central de Prévention ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../en-france-le-service-central-d...
    4 mai 2009 – François de Siebenthal ... le Service Central de Prévention contre la Corruption (SCPC), créé en 1993 à l'initiative de Pierre Bérégovoy, ...
  5. François de Siebenthal: France 2, la manipulation de trop...La Mort ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../france-2-la-manipulation-de-t...
    2 mai 2009 – La Mort étrange de Pierre Bérégovoy, un crime d'Etat ! Successivement, en 2003 ... La thèse de l'assassinat de Pierre Bérégovoy est relancée ...
  6. François de Siebenthal: L'usure tue, autres exemples.

    desiebenthal.blogspot.com/.../lusure-tue-autres-exemples.ht...
    31 mai 2012 – François de Siebenthal: Pour un capital social local. ..... de transferts (prélever sur Paul pour donner à Pierre), et d'intérêts .... P. Beregovoy en référence au "pire" atteint par les socialistes durant leurs errements de 1981-1983.
  7. François de Siebenthal: Destruction de la monnaie par la rigueur.

    desiebenthal.blogspot.com/.../destruction-de-la-monnaie-par...
    5 mai 2012 – 8, http://desiebenthal.blogspot.com/2009/04/beregovoy-t-il-ete-assassine- .... Zilveren Dolfijn - Jean Pierre van Rossem: De schat van de arme .
  8. François de Siebenthal: Clearstream, la vérité. DSK impliqué ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../clearstream-la-verite-dsk-impl...
    2 mai 2011 – François de Siebenthal: La vraie liste remise à Pierre Bérégovoy ... 30 avr. 2009 ... François de Siebenthal. "D'abord ils nous ignorent, .
  9. François de Siebenthal: PLEASE WATCH THIS HUNGER ...

    desiebenthal.blogspot.com/.../please-watch-this-hunger-scen...
    5 avr. 2009 – Posted by François de Siebenthal at 14:29:00 .... climatique, mythes et réalités · La vraie liste remise à Pierre Bérégovoy CEDEL – C..
  10. Ted Maher du groupe Safra avec Bérégovoy - François de Siebenthal

    desiebenthal.blogspot.com/.../ted-maher-du-groupe-safra-av...
    19 mai 2008 – Pierre Bérégovoy, un mort toujours embarrassant. jeudi 1er mai 2008 ... www.pavie.ch. Posted by François de Siebenthal at 12:44:00 ...



Docs ad Hoc : Docs dédicaces : La double mort de Pierre Bérégovoy

A propos de cette vidéo

Les documentaires offrent une autre appréhension du monde qui nous entoure et portent un regard différent sur la vie politique et ses acteurs.
Face au vertige de l’information en continu, les documentaires imposent cette distance nécessaire pour une nouvelle expérience du réel.
Ainsi, l’écriture documentaire vient indispensablement renforcer les moyens d’expression et de connaissance proposés à l’antenne à travers les journaux, les magazines et autres débats.
Depuis de nombreuses années, LCP a choisi de faire la part belle à la démarche documentaire sur son antenne à travers une programmation sur-mesure et une politique de coproduction ambitieuse. LCP achète ou coproduit une cinquantaine de documentaires par an et collabore avec de nombreux producteurs porteurs de savoir-faire différenciés.
Commenter / partager :   twitter     facebook   rss

Vos commentaires

Commentez cet article :

Les commentaires sur cet article :

Col5952 le 14 janvier
Excellent documentaire, qui renforce indubitablement, témoignages à l’appui, le mystère qui entoure le soi-disant suicide ce cet homme, dont l’honneur a été sali et la vie volée, pour des raisons d’Etat. Aucune enquête judiciaire n’a pu être réalisée sur cette affaire. Au contraire une chappe de plomb a été mise sur toute information ou preuve. Qui nous parlera encore de l’indépendance de la justice française ? Je rêve en pensant qu’une autorité au-dessus de tout soupçon, puisse rouvrir ce dossier. Je me console naïvement en sachant que beaucoup de ceux qui savent la vérité, à quelques niveaux que ce soit, doivent avoir une conscience difficile à supporter. Peut-être qu’un jour …….
eric le 23 janvier
j’aurai bien aimé voir l’excellent d’après le commentaire ci-dessous "la double mort de pierre beregovoy" programmée le 22//o1 que j’avais enregistrée. Au lieu de quoi j’ai eu droit à un chanteur de variétés suivi de la longue harangue d’un trrbun. Déception et colère !!! "Face au vertige de l’information en continu, les documentaires imposent cette distance nécessaire pour une nouvelle expérience du réel." CREDO de LCP Qu’es-tu devenu ? Le PS garde toujours la main sur cette affaire ? Ne pourrait-on pas intituler la rediffusion précédée d’explications voire d’excuses : "la triple mort de Pierre Bérégovoy " Vous êtes une chaîne politique soit ! mais rétrospectivement on craint le pire si certains arrivant au ppouvoir, vous vous permettiez certaines déprogrammations à venir de plus en plus fréquentes. Votre indépendance est-elle restreinte ? menacée ? N.B : j’ai toujours voté à gauche. D’autre part j’apprécie au plus haut point votre chaîne et notamment Docs ad hoc et l’Echo des lois. Ma déception est grande et coléreuse. J’espère voir ce commentaire publié mais surtout avoir quelques explications en retour. Mes Salutations Citoyennes.
tulipe28 le 1er février
J’ai vu ce documentaire à deux reprises et je reste étonné devant le silence de tous les journalistes, de tous les politiques de tous bords et spécialement des socialistes qui ont tiré un trait éternel sur leur ancien compagnon de route. Comment peut-on ainsi ignoré le parcours, le combat, les idées de Pierre Bérégovoy. Comment a-t-on pu ignorer Madame Bérégovoy dans sa recherche de la vérité ? Comment a-t-on pu empêcher toute autopsie sur le corps de Pierre Bérégovoy ? Cette mort laisse entrevoir beaucoup de questions, beaucoup de zones d’ombre qu’aucun journaliste parisien n’a osé aborder. Pourquoi ? Mystère !!!

samedi 28 juillet 2012

Le vote électronique n'est pas démocratique

 Voici une confirmation de nos dénonciations pour fraudes électorales en Suisse.

http://desiebenthal.blogspot.ch/2012/04/electionsfraudes-trop-faciles-machines.html

Le vote électronique sévèrement critiqué dans une étude menée aux USA.
Julien L. | numerama.com | jeudi 26 Juillet 2012
jeudi 26 juillet 2012
aaa Le vote électronique sévèrement critiqué dans une étude menée aux USA
Julien L. | numerama.com | jeudi 26 Juillet 2012


L’issue de l’élection présidentielle américaine sera-t-elle affectée par les déboires du vote électronique ? Une étude menée par deux organismes et une université s’en inquiète. Elle pointe les faiblesses des systèmes mis en place dans certaines circonscriptions et invite les États concernés à se mettre à niveau au plus vite.




Le 6 novembre prochain se déroulera l’élection présidentielle américaine. À cette occasion, plusieurs millions d’électeurs se déplaceront pour désigner le prochain président. Mais à quelques mois du scrutin, une étude conduite (.pdf) par deux organismes (Common Cause et Verified Voting Foundation) et la faculté de droit de l’université Rutgers s’inquiète des effets néfastes du vote électronique sur le décompte final.

"Le jour des élections, le 6 novembre, les enjeux seront élevés. Un certain nombre de scrutins seront très serrés et pourraient se jouer à quelques voix près. [...] Il est hautement probable que des systèmes électroniques de vote ne fonctionneront pas à travers le pays. En fait, dans chaque élection nationale au cours de la décennie passée, les systèmes de vote électronique ont failli", résument les auteurs du rapport.
Machines qui ne démarrent pas, plantage pendant le vote, cartes mémoires illisibles, bulletins électroniques perdus... les problèmes ne manquent pas. "Nos élections sont si complexes, avec tellement de juridictions différentes et de technologies impliquées que les soucis sont inévitables. Et à mesure que la technologie utilisée se complexifie, l’éventualité d’une erreur a sensiblement augmenté".
Impossible évidemment de ne pas avoir en tête l’élection présidentielle de 2000, où le duel entre George W. Bush et Al Gore s’est joué en Floride, l’un de ces fameux États pivots (swing state) où ni le parti républicain ni le parti démocrate n’a vraiment l’ascendant. Les résultats finaux ont séparé les candidats de 537 voix, ce qui a conduit plusieurs recours devant la Cour suprême et la plus haute juridiction de Floride. Sans succès.
Ce scénario, Common Cause, Verified Voting Foundation et la faculté de droit de l’université de Rutgers veulent l’éviter. En effet, certains États-clés peuvent faire basculer une élection dans un sens ou dans l’autre. Le moindre soupçon sur la sincérité du scrutin, le moindre problème de décompte des bulletins, et c’est l’image de la "plus grande démocratie du monde" qui est ternie.
Dans le rapport, quelques États américains sont ainsi invités à prendre des mesures pour atteindre de meilleurs standards de fiabilité et de contrôle. C’est le cas de la Louisiane et du Mississippi. Cependant, des efforts sont à faire partout, selon le rapport. Six États obtiennent une note moyenne satisfaisante : le Minnesota, le Wisconsin, l’Ohio, New York, le Vermont et le New Hampshire.
Pour corriger ces défauts, plusieurs pistes sont avancées. Une sauvegarde sur papier doit être systématiquement réalisée, afin de procéder, si nécessaire, à un nouveau décompte ou un audit. "Il faut des bulletins en papier [...] si les ordinateurs ou Internet ne fonctionnent plus", expliquent les auteurs du rapport. Le vote par Internet est d’ailleurs critiqué, celui-ci pouvant être altéré et affecter le secret du vote.
( photo : CC BY-NC-ND Robin Stevens )

Voir en ligne : Le vote électronique sévèrement critiqué dans une étude menée aux USA

Page 1 of 4
Summary of testimony of Andrew W. Appel before N.J. State Senate, State Government
Committee, May 26, 2005.
My name is Andrew Appel. I am a Professor of Computer Science at Princeton
University, where I have been on the faculty for 20 years. My specialties in research and
teaching include computer security and the design and analysis of computer software,
especially at the interface between software and computer hardware. The kind of
problem I study is, how do you analyze a piece of software to tell whether it does what
it’s supposed to, and how do you tell whether software has security weaknesses that
permit fraudulent operations?
These questions are particularly relevant to voting machines. In fact, I have
studied voting machine issues in great depth over the past year, and last fall I taught a
course at Princeton University on election machinery, particularly as it relates to practices
in New Jersey.
I support S.29/S.2463, requiring a voter-verified, auditable paper record of each
vote cast. With paper ballots, the voter gets a chance to make sure that his or her vote is
recorded accurately, and in a recount, Republican and Democratic observers can see for
themselves that county officials are adding them up correctly. S.29 would be an even
better bill if it provided for mandatory recounts of randomly selected precincts, to make
sure there’s been no funny business with the machines. In addition, I would say that
precinct-based optical scan technology has many advantages—not only does optical scan
have a voter-verified auditable paper record, but voting doesn’t have to be interrupted if
the machines break down, and it’s easier to accommodate unexpectedly large voter
turnout.
Without voter-verified paper records, we would have to trust that the voting
machine software and hardware is working correctly. As I’ll explain, it’s not realistically
possible to verify that voting-machine software will accurately count the votes. I’ll
explain what the problems are, and why there are no good solutions.
When you push the button for your candidate, a computer program inside the
machine decides what to do about it. It’s supposed to add your vote to the total for your
candidate; this total is not a mechanical counter, it’s just a number in the memory of the
Page 2 of 4
program. It’s easy to write a program that will count the votes correctly; but it’s also
easy to write a program that cheats, that moves half the Republican votes into the
Democratic column. Of course, when election officials test the machine before the
election they might notice that! But computer programs are very flexible; we can make
one that behaves correctly on every day except the first Tuesday after the first Monday of
November, and cheats just between noon and 5 p.m. on election day; or only cheats after
the first 100 votes are cast; or only cheats after a certain write-in vote is entered. Voting
on a direct-recording electronic machine without a voter-verified paper record is like
walking into the booth and telling your choice to a little leprechaun; you have no way of
knowing whether he’ll accurately remember it.
You might think that someone could look at the software in the machine to make
sure it doesn’t cheat, but that’s not really possible. In my testimony today I have time to
explain just two of the reasons why that doesn’t work. First, it is prohibitively difficult to
analyze the computer program inside a voting machine to make sure that it accurately
counts the votes under all circumstances; and second, even if the that could be done, it’s
really difficult to tell whether that program that was examined and analyzed is still
installed in the machine on election day, or whether it has been fraudulently replaced
with another program that manipulates elections by adding votes to the wrong candidate.
First, the difficulty of analyzing computer programs. The typical voting machine
has about 30,000 to 60,000 lines of computer source code. If we think of a computer
program as a kind of “machine,” that’s like a machine with 30,000 different moving
parts—an incredibly complex device. It’s incredibly difficult to analyze how all those
parts will interact with each other in response to any conceivable combination of inputs.
Computer scientists have been working for years on this, and I can tell you that while we
continue to make progress on this problem in the laboratory, the problem is far from
solved for real-world applications like voting-machine software.
Consider this: major software vendors, who have every incentive to produce good
programs, still can’t manage to produce software that’s perfectly reliable and resistant to
fraudulent takeover by computer viruses. For example, if your computer uses the
Windows operating system, every week or two you’re asked to update with new patches
to correct bugs and security vulnerabilities. Microsoft spends a billion dollars a year in
Page 3 of 4
software testing and software review, and still there are bugs, and still there are security
holes found by malicious outsiders every month: that’s the state of the art. For any
computer program of substantial size, it’s impossible for even the most expert computer
scientists to guarantee its correct operation without an expenditure of millions of dollars
to pay for hundreds of person-months of effort.
The problem is actually worse than that with voting machines. For most kinds of
software we can assume that nobody inside the company would have much to gain by
making the program malfunction. But in elections, the stakes are very high: there’s
certainly enough motive for an insider at a voting-machine company to try to throw
elections by writing fraudulent software. It’s easy to write software that behaves well
whenever it’s tested—on every day except the first Tuesday after the first Monday in
November—but moves votes around during the election. Furthermore, an electionfraudster
could try to hide his fraud among the 30,000 or 60,000 lines of legitimate
software, making it even more difficult to detect. Even without a fraudulent insider, this
could happen; for example, when computer viruses take over your machines, it’s not
because there’s a fraudulent insider at Microsoft corporation, it’s because even Microsoft
finds it very difficult to write software without vulnerabilities that allow fraudulent
outsiders to take control. In summary, we cannot rely on the computer software in a
voting machine, and we cannot effectively review and audit that software.
Finally, even supposing that New Jersey were willing to spend the millions of
dollars that it would take just to audit and review the computer program designed by a
voting-machine manufacturer; we have no way of knowing whether that program is the
one actually installed on the voting machine at election day! If we ask the machine to
print out what program is installed, then we’re really asking the software in the machine
to tell us about itself. It’s easy to write software that cheats on the election, but when
asked about itself, will print out a copy of the certified software.
On some models of voting machine, such as the Sequoia AVC Edge, used in one
county in New Jersey, installing new software is as easy as inserting a smart card and
typing in a password. My colleague Professor David Dill, a computer scientist at
Stanford University, had this procedure demonstrated to him by a county election official
in Santa Clara, California. On other models, such as the Sequoia AVC Advantage used
Page 4 of 4
in Mercer County, a simple hardware modification is necessary, as I’ll demonstrate right
now with this circuit board.
Inside a voting machine is a circuit board about a foot square, depending on what
model of machine it is. I have here a similar circuit board, from a personal computer but
very similar in technology to what voting machines use, and you can see here two
important components: the central processor that executes the instructions and the ROM
memory that contains the instructions. These instructions control everything the
computer does; you could put instructions here for the Space Invaders video game, or for
a voting machine, or even for a voting machine that fraudulently moves votes from the
Republican column to the Democratic column. Now suppose I show up at an elementary
school or a firehouse in Mercer County the day before an election or the day after. I’ll
find a few Sequoia AVC Advantage machines, unattended—most schools don’t have
round-the-clock security guards. I’ve seen the machines just sitting there in the John
Witherspoon Middle School lobby two days after the recent school board election. I
could pick the lock on the cabinet, unscrew 10 screws to remove a metal panel inside, and
pull out the software ROM just like this. Now I can install a fraudulent ROM that cheats
on elections, like this. Screw the screws back in, and now this machine will cheat on
elections for the next 20 years.
The only foolproof way to check that the computer still has the authorized
software is to pull out this ROM chip—let me do that now—and install it into an analyzer
machine to examine its contents. Are we prepared to let each of the partisan pollwatchers
do that on the morning of election day? That doesn’t seem like a good idea. But it
illustrates the lengths we’d have to go to, if we try to audit elections without a voterverified
paper record that permits recounts that are independent of the computer software.
If the machine prints out voter-verified paper ballots, so that we can conduct
recounts to check that the machine is accurately counting votes, then erroneous or
fraudulent software will be caught. Without a voter-verified paper record, there’s no way
to be sure that the vote totals reported by the machines actually correspond to the voters’
choices. I urge you to provide for voter-verified paper ballots, and to remember that this
can be accomplished not only by equipping DRE machines with printers, but perhaps
even more effectively by the use of optical-scan ballots.

http://www.cs.princeton.edu/~appel/papers/NJSenate.pdf 

mardi 24 juillet 2012

Stop debts


‘The People’s Bank’ Community Credit (Social Credit)

The right of banks to create the nations money supply must be completely removed. It is also important that all governments be denied this right on the grounds that it could lead to totalitarianism. Money should never be created as debt again.  There have been many instances in history where nations have created their own money supply. The Common Wealth Bank in Australia, also known as ‘The People’s Bank’ was a more recent example. Major projects such as the Indian Pacific Railway System and the First World War were funded this way by releasing the nation’s credit.
In recognition of the people’s individual ownership of the nation’s credit and resources, a People’s Bank should be set up.  It would be administered by the nation’s National Credit Office and act like a central bank using the principals of Social Credit. It will be the sole provider of new credit creation. The private banks will loose this ability and will function in an intermediate capacity only.  The main objective of the National People’s bank will be to provide the government with enough money to cover its services as required by the people debt free. By releasing the nation’s credit, it is anticipated that next to nothing will be required in taxes to fund government infrastructure and services. Like wise a State People’s Bank would be set up in every state, duplicating the services at state and local level. An Independent Credit Office in every state will administer each of the People’s State banks.
A National Dividend will be issued at a regular basis to the population in response to correcting the shortage in purchasing power of the consumer. (The inherent cost of production to the nation is always greater than the wages paid out. This leads to a deficit in the purchasing power of the consumer) The gab in purchasing power is thus put on an even keel to the real costs associated in producing the goods. The Price Compensation paid to the retailer on the other hand will ensure the goods remain below a certain price to the consumer and keep a hold on inflation. (This is basically what the A + B Theorem is about)
As more and more jobs are increasingly being replaced by machines and other technology advances, the need to compensate real wages lost with additional new money from the National Dividend gathers more importance. It must be understood that all technical advances in manufacturing and production has lead to a greatly reduced no of workers required. This should be a benefit to all mankind and should be recognised as a nationally owned heritage to every one.  The opposite is true and people in general are thrown out on the scrap heap with the unemployed. The shockingly low benefits provided guarantee a poverty that is almost impossible for a family to live on.
Social Credit is the solution to the world’s problems. It is the only monetary reform I Know that recognizes the growing gap in consumer purchasing power. CH Douglas certainly knew what he was talking about. The people will be guaranteed minimum income that is above the standard wage accepted today no matter how many hours the working week has been reduced by or lost. There will be no room for poverty.  The removal of national debt will be the next job and this is easily done. All existing private debt will no longer be subjected to interest payments.
Additional money for private and business loans will be made available interest free from a net work of banks. This money is created and distributed from the People’s bank through out the net work of banks. The banks do not create this money and will only provide a service in distributing it. They do not make any profits in supplying this service and are paid accordingly. This money must be paid back. As the banks role is to supply this money in an intermediate capacity only there is no risk to the banks if a default takes place.
The core elements of Social Credit remain unchanged. The policy to remove the banks right to create money is important for Social credit to work properly. The People’s Bank is a proven and obvious necessity of Social Credit. The additional Independent Credit Offices to the National Credit Office is also an important necessity in providing the decentralisation of credit control. Effectively removing the power of credit from the hands of individual, group and government control.
 It does not matter if Douglas mentioned any of what I propose. This and other measures can be used for the better of Social Credit. Anything can be improved, nothing is perfect. We need to go forward. Above all Social Credit needs to be written in a way that every one can understand. I do not have much faith in economists or people tough in our brainwashed universities. Every one should be given a chance to understand Social Credit. It is futile to rely on these so called intellectuals. I much prefer the type who can think for themselves and question what they have been taught. It is they who will make the difference. Let’s write it in a language that they can understand.

Regards,
Andrew Webb

 www.bleedingindebt.com

lundi 23 juillet 2012

Stop Anders Behring Breivik à Utoya, James Holmes à Aurora, Columbine etc... Comment peut-on arrêter un massacre ?

Les francs-maçons veulent nous désarmer ! Comment et pourquoi ?



http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=KjH3ZMUks1o

(NaturalNews) Dans la foulée de la fusillade Aurora, Colorado dans la première de Batman au cinéma, une vidéo de surveillance a fait surface qui montre la réponse simple et évidente à la question à l'esprit de tout le monde: Comment peut-on arrêter un massacre?

La réponse est révélée dans la vidéo surprenante ci-dessus. Cette solution est remarquable:

Ne nécessite pas de police.
• Les coûts pour les contribuables est nul.
Ne nécessite pas de formalités administratives à l'avance.
Protège des vies innocentes.
est déployée en cinq secondes.
Fonctionne partout.
Décourage la criminalité violente.
Fait fuir les
méchants immédiatement.
Est facile à apprendre.
• Fonctionne au niveau local.
Ne nécessite pas de contrôle ou d'intervention des Nations Unies ou de toute autre entité gouvernementale.

En savoir plus: 

http://www.naturalnews.com/036551_how_to_stop_massacre_video.html # ixzz21QmYpWo0

Le suspect des attentats d’Oslo serait un Franc-Maçon norvégien de 32 ans

Article placé le 23 juil 2011, par Spencer Delane (Genève)
Dernière mise à jour à 12h00
Le principal suspect du double attentat perpétré hier à Oslo serait un homme de 32 ans d’origine norvégienne. Islamophobe déclaré, l’individu serait également membre d’une loge maçonnique.
Alors que les deux attaques perpétrées vendredi à Oslo auraient fait plus de 90 morts, selon un bilan encore provisoire, les médias norvégiens ont divulgué l’identité du principal suspect, arrêté lors de la fusillade sur l’île.
Selon la chaine TV2, Anders Behring Breivik, un Norvégien de 32 ans (né le 19 février 1979), serait passé aux aveux lors de son interrogatoire par la police en fin d’après-midi. L’appartement où il vivait dans le comté de Hedmark, au sud-est du pays, aurait été perquisitionné en début de soirée.
Photographie d’Anders Behring Breivik en tenue maçonnique publiée par le DailyMail
Selon le quotidien norvégien VG, l’homme serait membre d’une loge maçonnique, comme le confirme notre photographie, où Anders Behring Breivik apparait en « tenue ».
L’individu serait également un islamophobe déclaré, précise le quotidien qui publie des extraits de ses messages postés un site xénophobe, ainsi que des commentaires issus de son compte Facebook, sur lequel il déclare être un « fan de Winston Churchill » ainsi que du héros norvégien anti-nazi Max Manus.
Anders Behring Breivik ne serait connu des services de police que pour des délits mineurs datant d’il y a plus de dix ans. Il aurait servi dans l’armée norvégienne dans le cadre du service militaire obligatoire.

Mises à jour du samedi 23 juillet:

Membre de l’obédience Den Norske Frimurerorden

Selon un article publié sur le site de la chaîne TV2, que nous reproduisons ci-dessous au cas où il viendrait à disparaitre, Anders Behring Breivik serait membre de l’obédience Den Norske Frimurerorden. L’information serait issue du bulletin des loges maçonniques norvégiennes datant de 2008. La loge serait basée à Oslo et compterait 813 membre. Le site TV2 en révèle la liste complète (le nom d’Anders Behring Breivik y apparait en deuxième page).
(cliquer sur les images pour les agrandir)

Plusieurs tireurs ?

Selon le site norvégien NRK, des témoins auraient rapporté que plusieurs tireurs se trouvaient sur l’île d’Utoeya au moment de la fusillade. Une information qui n’est pour l’heure pas confirmée par la police.

L’armée prend position dans le centre-ville


L’armée norvégienne a bouclé la zone du quartier gouvernemental d’Oslo où s’est produit l’explosion d’hier, relevant ainsi les forces de police. Un reporter du site NRK décrit la capitale comme si elle était « abandonnée » ce samedi matin.

Directeur d’une ferme agricole

Anders Breivik Behring serait le directeur de Geofarm, une entreprise agricole située à Rena, un lieu isolé du comté d’Hedmark, dans le sud-est du pays. Selon le registre du commerce, Geofarm avait pour objectif de se livrer à la culture biologique de « légumes, melons et racines et tubercules », une activité qui permet également de commander de grande quantité d’engrais, dont un des composants, le nitrate d’ammonium, est connu pour servir à la fabrication d’engins explosifs.
Kurt Sivertsen, un journaliste norvégien qui est arrivé sur les lieux dans la soirée de vendredi avant la perquisition des forces de police a trouvé la « ferme déserte, sans aucun occupant, bien que la lumière soit allumée à l’intérieur. »
Spencer Delane, pour Mecanopolis
Sources : TV2, VG, DailyMail, NRK


Les francs-maçons veulent nous désarmer! Comment et pourquoi ? 


 Selon leurs propres textes:


« Cette concentration de l’Armée maçonnique a lieu quand le signal, qui est un coup de canon, est donné par le chef qui en a le commandement suprême. Le premier coup de canon et la première concentration eurent lieu quand Luther se mit à la tête de la révolte de l’intelligence contre la Forme.
« Le deuxième coup de canon et la deuxième concentration eurent lieu quand l’affirmation que tout gouvernement humain tient son autorité du peuple et seulement du peuple, se produisit en Amérique.
« Le troisième coup de canon et la troisième concentration eurent lieu quand la proclamation de la doctrine de Liberté, Égalité et Fraternité eut lieu en France.
« Le quatrième et le cinquième coup de canon, et la quatrième et la cinquième concentration n’ont pas encore eu lieu. À la cinquième concentration succédera le règne du Saint Empire, c’est-à-dire le règne de la Raison, de la Vérité et de la Justice. »
Tel est le texte... prophétique du rituel du Grand-Orient de France (Marqués-Rivière, L’Organisation secrète, pp. 150-152).

Dieu avant l'argent. La dictature des terroristes financiers.

desiebenthal.blogspot.com/.../dieu-avant-largent-la-dictature-des.html
29 avr. 2010 – Prudence avec les terroristes financiers qui produisent tous les ... S.Exc. Mgr Vincent Michael CONCESSAO, Archevêque de Delhi (Inde).

Il y a de plus en plus de "lois" immorales.
Avortement, FIVETE, recherches sur les embryons humains et vaccins composés de foetus humains, euthanasie active, aides au suicides, "mariages" de même sexes, "adoptions" par des pedo-criminels, sélections eugéniques, peines de prison sans limites pour des prétextes débiles et morts de prisonniers sous des rires sardoniques et même diaboliques en Suisse dans la plaine de l'Orbe, salaires et bonus déments, lois agricoles absurdes, tricheries électroniques, vols légaux, impôts exagérés, taxes, amendes, émoluments, primes, bonus, malus, mesquineries et rapacités avaricieuses "légales"...
Les lois financières violent allégrement l' encyclique Vix Pervenit et la simple raison.
http://desiebenthal.blogspot.ch/2012/05/vatican-les-fumees-de-satan-en-economie.html

La seule solution pour s'en sortir, une robotisation massive et le dividende universel pour tous qui seul permettra de distribuer la productivité incroyable des robots.
http://desiebenthal.blogspot.ch/2011/05/tahrir-puerta-del-sol-bellecour.html
Prudence avec les terroristes financiers qui produisent tous les autres terrorismes. L'amour de l' argent est la source de tous les maux...



S.Exc. Mgr Vincent Michael CONCESSAO, Archevêque de Delhi (Inde).
Archbishop Concessao

Il y a quelques jours tout le monde a été étonné lorsque la télévision a annoncé la destruction du World Trade Center et la mort de plus de six mille personnes innocentes. Aujourd'hui, dans le monde, c'est une affaire de tous les jours, et souvent un signe d'un désespoir résultat de l'impuissance.
Il existe une autre forme de terrorisme, subtil, caché, dont on parle peu. Je me réfère au terrorisme d'un système économique injuste qui écrase et fait mourir des milliers de personnes chaque jour. Selon une étude internationale sur la dette qui a été publiée il y a deux ans, 11 millions d'enfants au-dessous de cinq ans meurent chaque jour dans le monde principalement par manque d'aliments et de soins pour la prévention des maladies.
Avec la présente orientation vers la globalisation la situation des pauvres va s'aggraver. De petites industries ont été fermées, privant des milliers de personnes d'un emploi rémunéré: Les dépenses de l'Etat pour les nécessités des pauvres ont été réduites à cause des programmes d'ajustement structurel, ainsi les pauvres sont de plus en plus marginalisés et amenés au désespoir, ils deviennent des victimes faciles pour les politiciens et les fondamentalistes. Est-ce que nous avons un message d'espérance à leur donner, non seulement en paroles, mais plutôt en programmes concrets d'action?
Dans ce troisième millénaire, la situation statistique de la pauvreté est épouvantable. Alors qu'un milliard de personnes sont analphabètes et plus de 110 millions d'enfants en âge scolaire ne fréquentent pas l'école, presque 1,3 milliard de personnes manquent d'eau potable et presque la moitié de la population mondiale n'a pas accès à un système sanitaire adéquat, le monde dépense 400 milliards en narcotiques et 780 milliards pour la défense, et l'Europe à elle seule dépense 50 milliards en cigarettes et 105 milliards en boissons alcooliques.
Il y a une phrase qui fait peur dans le Concile Vatican II (Gaudium et spes) qui provient du Décret de Gratien: donne à manger à l'homme qui est en train de mourir de faim, parce que si tu ne le nourris pas, tu es en train de le tuer. C'est un cas de meurtre par omission.
Dans le monde actuel il y a assez de ressources pour les besoin de tous, mais il n'y a pas assez pour leur avidité, (Mahatma Gandhi).
Ne devrions-nous pas prendre une claire position avec et pour les pauvres et contre le système dans lequel ils ne comptent pas? Ce sera une partie de notre engagement pour la culture de la vie et la civilisation de l'amour. Les raisons de l'espérance doivent se refléter dans notre célébration de la Parole et des Sacrements et encore dans notre interaction de tous les jours avec les personnes. Mathieu était un percepteur d'impôts, de rang social élevé. Jésus l'appela: Viens, suis-moi. Mathieu le suit et une transformation se produit en lui. Zachée est un autre exemple. Émerveillé par l'invitation de Jésus, il est changé. Notre ministère est celui de donner l'espérance à tous.
[00143-03.05] [in118] [Texte original: anglais]
http://ferraye.blogspot.com/2008/10/la-banque-corrompt-la-majorit-des.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/10/le-dividende-universel-la-nouvelle.html

http://desiebenthal.blogspot.com/2009/01/les-usa-terroristes-notamment-lopration.html

http://pavie.ch/


Le plus grand terroriste de l’histoire était aussi franc-maçon!



Il faut croire que la maçonnerie mène à tout et pas forcément à la lumière divine…ou alors pour les victimes de ces « frères » illuminés. Certes la vitrine de la franc-maçonnerie est belle et bien agencée, mais évidemment je ne parle pas des frères de province qui essayent d’intégrer la maçonnerie pour bénéficier de protection judiciaire ou de complicité d’affaires, non cela n’est que du simple pipi de chat par rapport à la maçonnerie de haut niveau qui n’a rien de franche je vous assure.

Les citoyens français peuvent trouver normal que règne en république un pouvoir occulte dont on ne connaît pas les tenants et les aboutissants qui se glorifie de faire les lois, d’imposer ses valeurs et ses hommes au pouvoir politique, et de modeler la politique internationale de notre pays. Moi non je trouve cela anormal dans une société humaine qui se prétend démocratique de voir les décisions prises dans des réunions secrètes. De plus sachant qu’il existe dans tous les partis politiques et dans tous les niveaux du pouvoir de notre pays, cela crée des accointances, des conflits d’intérêts comme on dit, qui ont tout de l’anti-démocratie. Mais il paraîtrait que la franc-maçonnerie on ne doit pas y toucher, comme le lobby juif, et que si on tente de le dénoncer alors on est un fachiste. J’avoue que cela ne me fait ni chaud ni froid.
Surtout depuis que la lumière se pose sur ce tueur norvégien franc-maçon. Un maître de loge capable d’abattre de sang-froid 80 personnes et qui a pu gravir les degrés de la maçonnerie sans que cela ne perturbe le moins du monde cet ordre occulte. Au contraire même il s’y est épanoui. Il faut dire que la maçonnerie, surtout celle alliée à Israël, ne s’embarrasse pas d’humanisme ni de droits de l’homme. Ce qui compte c’est le pouvoir et le garder c’est tout. Et pour cela il faut contrôler les ressources énergétiques du moyen-orient si possible militairement. On met en scène donc le choc de civilisations, on accuse l’Islam de terrorisme, et on bombarde les musulmans pour mettre la main sur leur pays…que du bonheur! Enfin pour eux et pour les dévots de l’ordre mondial occidentaliste qui pensent que nous sommes l’axe du bien.
Il est vrai que l’on pourrait penser plutôt travailler en commun avec des sociétés humaines éloignées de nous pour progresser mutuellement vers la compréhension via le respect mutuel. Mais cela est sûrement une pensée hérétique voire fachiste alors…
Alors revenons sur le plus grand terroriste de l’histoire qui appartenait bien évidemment à la franc-maçonnerie, était la créature du B’nai B’rith, la franc-maçonnerie réservée aux juifs (ils n’aiment vraiment pas le métissage eux), comme l’est Obama. Ce terroriste franc-maçon du 33 ème degrè a pour nom Harry Truman et fût le 33 ème (chiffre magique) président des USA. Il aura laissé son nom dans l’histoire de l’humanité pour sa grande fraternité humaine…Non je plaisante bien sûr le concept de fraternité n’existe plus à ce niveau-là, ce qui compte c’est le pouvoir.
Ce franc-maçon aura donc ordonné, sur les conseils de ses amis juifs, de bombarder la population civile japonaise à coup de bombes atomiques. Les deux seules bombes atomiques activées dans le monde auront donc été l’œuvre de la franc-maçonnerie mondiale. Et elle ne s’est pas embarrassée de concepts humanistes ou d’honneur, elle a bombardé directement la population civile rayant de la carte Hiroshima et Nagazaki faisant 200 000 morts recensé fin 1945. Je n’inclue pas les méfaits de la radioactivité sur les populations par la suite. Ne peut-on pas dire dès lors que ce fût le plus grand attentat terroriste de tous les temps?
J’en connais qui osent encore défendre cet attentat au nom de la fin de la guerre contre le Japon, c’est la propagande officielle relayée massivement dans nos livres d’histoire de bons et gentils occidentaux que nous sommes. C’est vrai que l’axe du bien c’est nous j’avais oublié.
Or cette propagande est bullshit puisque l’on sait très bien qu’en 1945 le Japon était exsangue militairement et était même prêt à signer l’armistice. La franc-maçonnerie mondiale n’a pas voulue parce qu’elle n’a pas d’honneur. Elle poursuit d’autres buts moins avouables aux gogos et aux dévots. En tout cas Harry Truman fût par la suite un fervent zélateur de la création de l’état d’Israël. A croire que le terrorisme mondial ne peut se dissocier de cette entité maléfique et satanique. A vous de juger de quel côté est vraiment le fachisme.
Un bon film pour rappeler cette époque glorieuse où l’empire américain a construit la bombe atomique et, surtout, l’a balancé sur une population civile…deux fois. Un film intitulé: « Les maîtres de l’ombre ». Marrant pour parler d’illuminés…
http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:wzqilaB1zVwJ:lesouffledivin.fr/2011/07/27/le-plus-grand-terroriste-de-lhistoire-etait-aussi-franc-macon/+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=ch&client=firefox-a
http://www.dailymotion.com/videoxk590f

vendredi 20 juillet 2012

Initiative suisse pour un revenu de base, 17'063 signatures.

load images

Initiative suisse pour un revenu de base, récolte de signatures, dates et lieux. 

http://www.inconditionnel.ch/index.php?id=80&L=1

Sammelinfos: Bedingungsloses Grundeinkommen

Chers amis et complices d'une vraie redistribution des pouvoirs.La Suisse est actuellement en quasi léthargie, parce que, dans de nombreux endroits, il règne une ambiance de vacances. Cela présente l'avantage que beaucoup de gens sont tellement détendus et ouverts, qu’ils donnent facilement leur signature : 17'063 l' ont déjà fait. L'esprit des Fêtes  ( jazz festival, Paléo Festival...), permet la collecte sous le ciel étoilé ou sous un  soleil mitigé. Par exemple, certains matins à sept endroits en même temps dans toute la Suisse:






NyonSamedi 21 Juillet, 10:00 à 20:00 Récolte de signatures au Paléo Festival Dimanche 22 Juillet, 10:00 à 20:00 Récolte de signatures au Paléo Festival LuzerneSamedi 21 Juillet, 9h00-14h00 théâtre de Lucerne page Groupe SchaeferJeudi 26 Juillet, 17:00-20:00 Bureau de poste principalVendredi 27 Juillet, 14h00-18h00 Bureau de poste principalEstSamedi 21 Juillet, 10h00-16h00 Saint-Gall MarktgasseSamedi 28 Juillet, 10h00-16h00 Saint-Gall MarktgasseSamedi 21 Juillet, 10:30 - 14:00, Winterthur TibitsSamedi 28 Juillet, 10:30 - 14:00, Winterthur TibitsBerneSamedi 21 Juillet, 8:30-12:00 Märit devant un tribunal fédéralSamedi 28 Juillet, 08 heures 30-11h00 Märit devant un tribunal fédéralGrisonsSamedi 21 Juillet, 11h00-17h00 Stradun Scuol Festa SulSamedi 28 Juillet, 10h00-18h00 Guarda GuardissimoZurichSamedi 21 Juillet, 10h00-14h00 BellevueJeudi 26 Juillet, 10h00-14h00 BellevueSamedi 28 Juillet, 10h00-14h00 BellevueEn outre la collecte de données et d'information est disponible à www.bedingungslos.ch / calendrier ou sur Facebook.  http://15850.cleverreach.de/c/7785442/4dd27ad92fa5
S'il vous plaît aidez-nous.  
Feuilles de signature peuvent être commandées à tout moment.
info@bedingungslos.chFeuilles de signature dans les journaux et les magazines.

L'hebdomadaire "WOZ", le magazine de l'union Syna http://www.syna.ch/nos-enjeux/revenue-de-base-inconditionnel.html , le Bulletin de la Banque  alternative et son journal  "moneta" http://www.bas.ch/fr/a-propos-de-la-bas/ et d'autres ont intégré la feuille de signature dans leurs publications. Cette opportunité  est pratique parce que les personnes sont ciblées par ces envois qui  peuvent être adressés à des militants qui sont plus ouverts à l'initiative populaire. S'il vous plaît faîtes-nous savoir à info@bedingungslos.ch si vous avez des idées ou des relations avec l' une ou l'autre de ces publications qui pourrait faire de même et faciliter ainsi les signatures - merci!Nous vous souhaitons bonne chance à tous - et surtout du plaisir tout en la collecte de signatures! 
 Au revoir, 
pour le comité d'initiativeDaniel Straub et Christian Müller
 Liebe Machtumverteilungskomplizen

Die Schweiz dreht zur Zeit etwas langsamer, weil vielerorts Ferienstimmung ist. Das hat den Vorteil, dass viele Leute entspannter und damit offener sind, ihre Unterschrift für eine gute Sache zu geben: 17'063 haben es übrigens schon getan. Wir lassen uns von der Ferienstimmung nicht einlullen – sondern nutzen den Sommer für das Sammeln draussen. Morgen zum Beispiel gleich an sieben Orten:
 Diese und weitere Sammeldaten der nächsten Tage hier auf einen Blick. Schliesse dich an, wenn in deiner Nähe gesammelt wird:

Nyon
Samstag, 21. Juli, 10:00 - 20:00 Récolte de signatures au Paléo Festival
Sonntag, 22. Juli, 10:00 - 20:00 Récolte de signatures au Paléo Festival

Luzern
Samstag, 21. Juli, 09:00 - 14:00 Luzerner Theater Seite Schäfergruppe
Donnerstag, 26. Juli, 17:00 - 20:00 Hauptpost
Freitag, 27. Juli, 14:00 - 18:00 Hauptpost
Ostschweiz
Samstag, 21. Juli, 10:00 - 16:00 St.Gallen Marktgasse
Samstag, 28. Juli, 10:00 - 16:00 St.Gallen Marktgasse
Samstag, 21. Juli, 10:30 - 14:00, Winterthur Tibits
Samstag, 28. Juli, 10:30 - 14:00, Winterthur Tibits


Bern
Samstag, 21. Juli, 08:30 - 12:00 Märit Bundesplatz
Samstag, 28. Juli, 08:30 - 11:00 Märit Bundesplatz
Graubünden
Samstag, 21. Juli, 11:00 - 17:00 Scuol Festa sül stradun
Samstag 28. Juli, 10:00 - 18:00 Guarda Guardissimo


Zürich
Samstag, 21. Juli, 10:00 - 14:00 Bellevue
Donnerstag, 26. Juli, 10:00 - 14:00 Bellevue
Samstag, 28. Juli, 10:00 - 14:00 Bellevue


Weitere Sammeldaten und Infos findest du unter www.bedingungslos.ch/kalender oder bei der Sammler-Facebookgruppe. Bitte dazustossen und mitsammeln. Unterschriftenbogen können jederzeit hier bestellt werden.



Unterschriftenbogen in Zeitungen und Zeitschriften

Die Wochenzeitung «WOZ», das Gewerkschaftsmagazin der Syna, das Kundenbulletin der Alternativen Bank «moneta» und weitere haben den Unterschriftenbogen bereits einmal in einer Ausgaben beigelegt. Das ist praktisch, weil über solche Kanäle gezielt Menschen angesprochen werden können, die eher offen für unsere Volksinitiative sind. Bitte teile uns mit, wenn du Ideen oder Beziehungen hast zu einer weiteren Publikation, die den Unterschriftenbogen ebenfalls beilegen könnte – herzlichen Dank!

Wir wünschen allen viel Erfolg – und vor allem Freude beim Unterschriften Sammeln! Auf Wiedersehen, für das Initiativkomitee
Daniel Straub & Christian Müller

www.bedingungslos.ch/kalender





Syna salue l'initiative pour le RBI

L'initiative fédérale pour un revenu de base inconditionnel (RBI) était lancée en avril. A l'occasion de leur Congrès d'octobre 2010, les déléguées et délégués du syndicat interprofessionnel Syna avaient décidé de suivre l'évolution du concept de RBI. L'activité syndicale jusqu'ici essentiellement axée sur les salariées et salariés a besoin de nouvelles stratégies pour faire face à la déstabilisation mondiale des conditions de travail.
«Syna ne craint pas de formuler et de discuter d'utopies sociales ni d'encourager ses membres à réfléchir et à agir contre la tendance actuelle», précisait le dossier du Congrès Syna de 2006. Forts de ce mot d'ordre, nous avons longuement débattu du revenu de base inconditionnel (RBI) lors du Congrès 2010. Il garantit un revenu minimal à tous les citoyens et citoyennes et constitue une chance pour les travailleuses et travailleurs de pouvoir exercer sans contrainte une activité utile qui leur plaise.
L'instauration du RBI renforce la position de la population active. Les travaux simples ou actuellement mal payés devront obligatoirement être mieux rémunérés. Le RBI engendrera une véritable garantie de revenu qui contribuera à éradiquer la pauvreté et à renforcer la dignité de la personne. Le RBI est un instrument qui favorise la créativité et, dès lors, stimule l'innovation économique.
Pas un substitut des assurances socialesL'initiative pour un revenu de base inconditionnel a été lancée le 11 avril 2012. Elle a été saluée par le Comité de Syna qui estime que cela permettra d'élargir les débats et de préciser une idée considérée aujourd'hui encore comme plus que visionnaire. Le texte de l'initiative volontairement bref demande à la Confédération l'instauration du RBI afin que l'ensemble de la population puisse mener une existence digne et participer à la vie publique. Le financement et le montant du revenu de base inconditionnel seront fixés dans la loi: On estime le RBI à 2500 francs par adulte, il sera évolutif pour les enfants et les jeunes.
Le RBI serait un complément indispensable mais ne se substituerait en aucun cas aux assurances sociales existantes. Le RBI n'est pas une mesure d'économie de l'Etat social. L'AVS s'intègre parfaitement dans un revenu de base de 2500 francs. Toutefois, il y a de nombreux droits légitimes dans l'Etat social qui vont au-delà du montant du RBI et qu'il faut absolument préserver.
Une économie qui met l'accent sur l'exclusion et la répression a besoin de nouvelles solutions. Syna salue l'idée du RBI. Le syndicat veut s'associer activement aux discussions et contribuer à l'éclosion de la vision d'un avenir plus juste.

Pour ou contre le revenu de base inconditionnel ?

lundi 6 juin 2011

Un revenu minimal d’existence ; sans lien avec le travail ; pour tout le monde. L’idée est si simple qu’elle secoue tous les schémas de pensée. REISO lance le débat en donnant la parole à Albert Jörimann qui défend ce principe. Il définit le revenu de base et répond aux critiques émises jusqu’ici.
Thomas Moore par Holbein L’idée d’un revenu de base a été émise par Thomas More (portrait par Holbein) qui en a conçu une forme embryonnaire dans son Utopia en 1516 déjà. Des penseurs rationalistes, dont quelques pères fondateurs des Etats-Unis, ont creusé ce concept repris dans les années 1930 après la Grande Dépression. Le revenu de base occupe à nouveau les esprits depuis les années 1980. C’est effectivement en 1986, en Belgique et sur l’impulsion de l’économiste-philosophe Philippe Van Parjis, qu’a été fondée BIEN, acronyme de Basic Income European Network (aujourd’hui Basic Income Earth Network). Parmi les autres activistes de la première heure, signalons Guy Standing et Eduardo Suplicy (portrait), qui a joué un rôle important lors de l’introduction du revenu de base dans la Constitution brésilienne en 2004. En Allemagne, les professeurs Michael Opielka (portrait), Claus Offe, Georg Vobruba travaillent sur ce thème depuis des décennies. Des Prix Nobel d’économie, des Hautes Ecoles et des Universités se penchent dorénavant sur le sujet.
En Suisse, la filiale de BIEN [1] s’est constituée en 2001 pour préparer le congrès européen à Genève. En Suisse alémanique, c’est surtout autour de l’« Initiative Grundeinkommen » de Bâle – proche des milieux anthroposophiques autour de l’entrepreneur allemand Goetz Werner – que se sont développées de nombreuses activités depuis 2006, notamment l’essai cinématographique Le revenu de base – une impulsion culturelle [2]. BIEN-Suisse, de son côté, vient de publier le livre Le financement d’un revenu de base [3]. Depuis l’automne dernier, deux positions politiques importantes ont été officialisées en Suisse : le syndicat Syna (second syndicat du pays, d’orientation chrétienne-sociale) s’est déclaré favorable au revenu de base lors de son Congrès à Saint-Gall ; le Parti socialiste l’a inscrit dans son programme de fond lors de son Congrès (après Les Verts qui se sont prononcés en faveur d’un revenu de base depuis 1999).
En Suisse, le débat va encore gagner en intensité puisque l’« Initiative Grundeinkommen » a annoncé le lancement, en 2012, d’une initiative populaire pour l’introduction d’un revenu de base. Il est donc grand temps de définir cette idée, en soi pas si nouvelle que cela, mais qui n’a pour autant rien perdu de sa force novatrice.

Une définition si simple et si radicale

L'économiste brésilien Eduardo Suplicy Le revenu de base est un paiement de transfert de l’Etat à tou-te-s les habitant-e-s du pays ; il est payé aux individus, sans rabais ou pénalités pour les couples ; il doit être d’une hauteur suffisante pour couvrir les besoins de base ; il est versé indépendamment d’autres sources de revenu ou de la fortune ; et il est payé sans conditions ou contre-prestations requises.
Le revenu de base permet donc à tout un chacun de mener une vie modeste, mais digne, sans aucune obligation d’exercer une activité lucrative. En cela, il rompt le lien classique entre revenu et travail – au moins partiellement. Il remplace les prestations des assurances sociales jusqu’à hauteur de son montant. Au-delà, les assurances sociales restent en vigueur au titre d’« assurances complémentaires ». Dans le cas de l’invalidité par exemple, l’assurance continue de couvrir tout ce qui concerne les mesures de réadaptation, de qualification, de réinsertion, les moyens auxiliaires, etc.
La « beauté » de l’idée saute aux yeux : pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, une vie autonome et souveraine est à la portée de tous les individus et pas seulement le privilège de ceux et celles qui bénéficient de grandes fortunes ou gagnent des revenus faramineux. Bien que l’on puisse mettre en question le degré d’autonomie et de souveraineté des individus (sont-ils capables d’en user à bon escient et de les développer de façon à en profiter au maximum ?), le revenu de base incarne le rêve de l’autonomie individuelle généralisée. Le fait qu’il soit versé à tous les membres de la société, donc aussi aux riches, témoigne de sa dimension profondément démocratique et républicaine.
Une grande idée, une utopie… et donc une illusion ? Certes, des questions de fond se posent à plusieurs niveaux. Abordons d’abord le domaine de l’économie et du financement. Le fait que, jusqu’à présent, cinq Prix Nobel d’économie se sont prononcés en faveur d’un revenu de base peut être interprété comme un premier indice de sa viabilité économique. En pratique, les calculs développés dans Le financement d’un revenu de base apportent la preuve qu’un tel revenu serait réalisable et financièrement viable.

Les arguments de l’opposition

D’autres questions se posent autour des effets du revenu de base sur la motivation au travail ou sur les bas salaires. Dans un pays moderne, post-industrialisé et basé sur le savoir-faire et les services, ces deux types de conséquences ne devraient pas affecter la création de valeur dans sa substance. Quant à l’effet macro-économique le plus important du projet, il consiste sans doute dans la stabilisation de la consommation, un aspect important pour nos économies qui dépendent de façon importante de la consommation interne (elle représente deux tiers du Produit intérieur brut en moyenne).
Un autre type de remarques critiques émane de spécialistes en sciences sociales ainsi que de professionnels des services sociaux des communes, des villes et des cantons. Pour lutter contre le démantèlement social, ils donnent la priorité à la lutte contre les défauts du système actuel de protection sociale ainsi qu’au combat contre les pressions fortes de la droite politique visant à réduire la quote-part sociale du Produit intérieur brut. En filigrane, ils craignent que le revenu de base soit utilisé par la droite afin de diminuer les prestations sociales. Ils prétendent aussi – et pas entièrement à tort – que notre système fonctionne et que les buts de la politique sociale sont en principe atteint.
Le sociologue allemand Michael Opielka En effet, s’il fallait réinventer toute la protection sociale pour concrétiser le revenu de base, son introduction serait très difficile. Mais dans les faits, le revenu de base peut s’appuyer sur cette fameuse quote-part sociale qui n’est plus à justifier (même si elle fait quotidiennement l’objet de guéguerres politiques). Cette quote-part constitue la base essentielle de financement du système. Le reste doit être prélevé – de la façon la plus efficace et organique qui soit – chez les personnes qui gagnent suffisamment d’argent, surtout par leurs salaires, tout en veillant à ce que, pour la grande majorité, il n’y ait pas de modifications.

Le principe de la neutralité des coûts

Dans ce contexte, le but de BIEN-Suisse a toujours été de calculer les modèles selon le principe de la neutralité des coûts. Cet objectif ne peut toutefois pas entièrement être atteint parce que, par rapport au système en vigueur actuellement, une large couche de la population toucherait sensiblement plus de moyens financiers, notamment les enfants et les jeunes adultes. Il est prévu qu’ils reçoivent un demi revenu de base au lieu des maigres allocations familiales d’aujourd’hui (coût supplémentaire d’environ 15 milliards de francs).
Dans l’organisation actuelle, les sommes versées sont en général « satisfaisantes ». Dès lors, les défauts du système n’en restent que plus encombrants. Ainsi, les personnes ayant besoin d’aide sociale sont soumises à des procédures souvent humiliantes. Pour avoir accès aux prestations, elles doivent d’abord avoir dépensé tout ce qu’elles ont pu épargner (même si c’est un tout petit pécule) au cours de leur vie professionnelle antérieure. Ensuite, l’aide reste soumise à une série de conditions (concernant surtout la recherche d’emploi) qui confinent souvent à l’absurde. Sur ce point, le système a un urgent besoin de réforme. Il s’agit de transformer le caractère de l’aide sociale : au lieu d’être une aumône, elle devrait devenir un droit fondamental. Et c’est justement, à nos yeux, le revenu de base qui offre la méthode la plus radicale et satisfaisante d’atteindre cet objectif.
Tiré du film de Daniel Häni et Enno Schmidt Dans la société moderne, il est inconcevable que le droit d’existence d’un individu soit soumis à des conditions imposées ou contrôlées par des fonctionnaires. Ce droit d’existence est un droit fondamental, inaliénable et inconditionnel. En toute logique, le revenu de base inconditionnel en est sa forme monétaire. Le revenu de base doit par conséquent être versé durant toute la vie et à toutes les couches de la population (pauvres ou aisées). Il constitue un socle, un fondement qui n’est ébranlé ni par d’éventuelles phases économiquement critiques de la vie des personnes ni par les crises qui secouent notre système capitaliste dans le cadre de son évolution (ou parfois révolution) structurelle.

Petits et gros sous

Rappelons-le : on ne peut pas faire fortune avec le revenu de base. Dans son livre, BIEN-Suisse suggère un revenu d’environ 2500 francs par personne et par mois (chiffres pour l’année 2007). La « liberté » dans ce contexte est donc une notion assez différente de la « liberté » dont peuvent jouir les personnes qui gagnent 100’000, 200’000, 500’000 ou 1 million de francs par année. Avec le revenu de base, le volume de redistribution augmenterait dans le principe, mais il n’y aurait pas grand-chose qui changerait dans les chiffres pour l’économie, pour l’Etat ou pour les individus.
Soulignons deux aspects à l’intention des spécialistes impliqués dans le travail social ou dans les bureaux des assurances sociales :
  1. Il est grand temps de transformer en « droit » les prestations conçues jusqu’ici comme « aides » ou prestations de solidarité. Ce changement du statut juridique et éthique de la solidarité passe nécessairement par un changement structurel profond. Et seul un changement profond permettra d’éradiquer la pauvreté.
  2. Nous sommes pleinement conscients que nous ne parlons ici que de l’aspect financier. Le revenu de base ne résout pas tout les problèmes et il ne rend pas tous les gens capables de jouir de la nouvelle liberté qu’il met à leur portée. Par la suite, il faudra maintenir et peut-être même – durant un certain temps – renforcer les services d’assistance dans les villes et les cantons. Le revenu de base est un processus, une nouvelle donne que la société et les individus doivent assimiler au fil du temps.
Une multitude d’autres aspects sont en débat autour du revenu de base. Sur le droit d’accès au système pour les immigrés par exemple, les dispositions légales actuelles permettent d’introduire un délai de carence – entre 2 et 5 ans – durant lequel les personnes concernées auront accès aux assurances sociales, mais pas au revenu de base. Par ailleurs, des mesures devront être prises afin que toute la population soit en mesure de vraiment profiter des nouvelles libertés que le revenu de base met en perspective. Enfin, il faudra beaucoup de travail de conviction pour relativiser un peu cette pensée productiviste qui domine encore et toujours une bonne partie des cerveaux.
Pour le reste, le revenu de base est un projet parti d’une utopie. Il a récemment évolué en direction d’une proposition concrète de réforme qui pourrait être mise en œuvre dans un futur très proche.
Albert Jörimann, président de BIEN-Suisse, Genève
Proposer un commentaire à cet article.

Vignette du sommaire tirée du film de Daniel Häni et Enno Schimdt.

[1] B.I.E.N – Suisse, ou BIEN-Suisse : association fondée à Genève en 2001 dans le but de promouvoir le projet du revenu de base en Suisse. Appartient au réseau mondial pour un revenu de base (en anglais : « basic income earth network » dont les initiales constituent l’acronyme BIEN.
[2] Ce film de Daniel Häni et Enno Schimdt est disponible en visualisation directe ou téléchargement sur cette page internet.
[3] Couverture du livre de BIEN-Suisse « Le financement d’un revenu de base », Seismo, 204 pages, octobre 2010. CHF 38.– Trois contributions suisses, dont l’« Initiative Grundeinkommen », et cinq contributions internationales (France, Grande-Bretagne, Allemagne et Afrique du Sud).

Commentaires

Logo de Marc
mardi 20 mars 2012 à 13h19 - par  Marc
oui rien ne vaut l’avis de quelqu’un qui se trouve entre l’usager/demandeur et la politique/décideur des lois : l’assistante sociale ou le professionnel de l’action sociale doivent être mieux entendu. Comme ici dans le "ras le bol" .
encens
Logo de Sophie
mardi 31 janvier 2012 à 16h56 - par  Sophie
Je suis parfaitement d’accord avec ce coup de gueule ! Il est grand temp de tout remettre à plat. porno mature
porno asiatiquehttp://lesbosdereve.unblog.frporno streaming
Logo de Jean-Baptiste Carré
samedi 5 novembre 2011 à 21h03 - par  Jean-Baptiste Carré
Je suis ravi que l’idée d’un revenu de base inconditionnel se répande autour du globe, comme c’est le cas ces dernières années. Ce changement de paradigme a été proposé il y a longtemps déjà et nous n’avons que trop attendu pour l’appliquer alors qu’il est une des meilleures réponses aux diverses crises que nous traversons (environnementale, sociale, économique, ). J’encourage les lecteurs de cet article qui veulent en savoir plus à consulter le blog de Stanislas Jourdan (http://www.tetedequenelle.fr/) qui est un très bon complément sur ces sujets et leurs pertinences dans notre monde d’aujourd’hui. Merci à BIEN-Suisse et Albert Jörimann pour cet article !
Logo de REISO
mercredi 3 août 2011 à 09h35 - par  REISO
La rédaction de REISO a reçu ce commentaire :
Ras le bol !
J’en ai assez d’aider des usagers à remplir des formulaires impossibles à comprendre sans une formation supérieure.
J’en ai assez de les pousser à se plier aux exigences de l’aide sociale - par exemple informer scrupuleusement sur tous les faits de leur vie privée et familiale.
J’en ai assez d’encourager des malades à supplier leurs médecins de prouver qu’ils sont suffisamment malades pour avoir droit à la rente et aux prestations complémentaires - alors qu’ils voudraient tant consacrer toutes leurs forces à guérir et redevenir actifs.
J’en ai assez d’expliquer à des personnes profondément dépressives qu’il faut accepter le refus de l’AI et rester durablement à l’aide sociale.
J’en ai assez d’aider à obtenir les allocations familiales à chaque fois que le parent change de statut - de salarié à chômeur, de chômeur à assisté, d’assisté à indépendant… puis de nouveau travailleur mais dans un autre canton…
J’en ai assez de chercher des fonds pour aider des familles nombreuses, parce que les prestations d’assistance ne permettent pas de payer les chaussures des enfants.
Notre système de protection sociale construit au 20e siècle avait atteint une assez grande efficacité. Mais le monde a changé, et ça ne fonctionne plus, ni pour les prestations, ni pour le financement.. Je ne crois pas qu’il soit possible de d’améliorer ici ou là, d’ajouter des prestations ciblées, de combler les déficits, de jongler entre les niveaux fédéraux, cantonaux et communaux.
Ayons le courage de changer de système. Il existe une seule proposition réaliste, pour le financement comme pour les objectifs sociaux : le revenu de base inconditionnel.
Elisabeth Di Zuzio


 

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

Rechercher dans ce blog

Translate

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

(c) Date de l'article, sinon 2000 Famille de Siebenthal, Lausanne, Suisse. 021 616 88 88

Sites que vous devriez visiter, merci

Saint Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html


http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes. Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Les combats intérieurs.

Les combats intérieurs.
Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus. Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous. Meaning of the coat of arms: Chapel of Gstaad, St Niklaus. Let the dragon that is in each of us within 7 locks. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Un pour tous, tous pour un.

Un pour tous, tous pour un.
Le dragon de nos armoiries qui crache le feu sur le casque.

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont en nous et qui nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire mieux agir en faveur du bien commun.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php

Les conseils du pape François pour se confesser

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

  • Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.
  • Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur »

I. Petits rappels sur le sacrement de Confession (ou de Pénitence ou de Réconciliation)

Un vrai chrétien a le souci constant de conserver son âme en état de grâce aux yeux de Dieu. Il sait, en effet, d’une part, que nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa mort et que, d’autre part, l’âme, pour être admise au bonheur parfait et éternel du Ciel, doit être entiè­rement purifiée du péché. C’est pourquoi il reçoit volontiers le sacrement de la Réconciliation.

Par ce sacrement, on obtient la rémission de tous les péchés person­nels (quelle qu’en soit la gravité) commis après le baptême. Ce pouvoir qu’avait le Christ, il l’a transmis à ses Apôtres quand, leur apparaissant après sa Résurrection, il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit : les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Jean, XX, 23). Ce pouvoir passa des Apôtres à leurs successeurs.


Tout chrétien doit recevoir ce sacrement au moins une fois chaque année. Il comporte :

L’examen des fautes commises.
Le regret de les avoir commises (Contrition).
La résolution sincère de les éviter à l’avenir.
L’accusation des péchés, au moins graves, à un prêtre approuvé, tenant la place de Dieu.
L’absolution donnée par le prêtre au nom de Jésus-Christ.
L’accomplissement de la pénitence qu’il a imposée (Satisfaction).


Le sacrement de pénitence produit notre propre mort au péché et notre résurrection à la vie en Dieu. Il prolonge ainsi notre baptême et nous prépare à l’eucharistie. Il doit laisser dans nos âmes une immense joie, car c’est un sacrement de vie.


II. Quelques conseils pour bien réaliser son examen de conscience

Par une courte prière, demander à Dieu et à Notre-Dame la grâce de bien connaître les péchés dont on est coupable.

S’examiner sur les Commandements de Dieu et de l’Église ; les péchés capitaux ; les devoirs de son état.

Pour aider le plus d’âmes possible, dont les besoins sont très divers, l’examen proposé ci-après est plutôt détaillé. Mais il est rappelé qu’en confession seule l’accusation des péchés mortels est obligatoire. Un péché est mortel quand, sachant pleinement que la matière en était grave, on l’a néanmoins commis avec un entier consentement. C’est alors une rupture d’amour avec Dieu. Et comme l’âme cesse ainsi d’être unie à Dieu - de qui elle tenait sa vie -, elle meurt surna­turellement : le péché a été "mortel" pour elle.

L’examen terminé, demander instamment à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’une vraie contrition des péchés com­mis et la ferme résolution de les éviter à l’avenir, conditions indispen­sables pour obtenir le pardon de ses péchés.

Pour exciter en soi le regret de ses fautes, réfléchir durant quelques instants :

au redoutable châtiment du purgatoire ou de l’enfer que l’on a mérité ;
aux souffrances et à la mort que Jésus-Christ endura pour l’expiation de nos péchés ;
à la bonté d’un Dieu d’amour et de miséricorde, offensé par le péché qui a produit une rupture profonde, surtout s’il a été mortel.

Puis, réciter lentement l’acte de contrition.

III. Quelques conseils pour recevoir le sacrement lui-même

Avant de rentrer au confessionnal, ou immédiatement en entrant, suivant la coutume, réciter le « Je confesse à Dieu… » LeConfiteor nous remet devant cette réalité du péché et nous fait accomplir le mouvement de « conver­sion » nécessaire, vers Dieu et vers les autres :

Parce que nous nous sommes opposés à l’Amour tout-puissant, en cherchant à réaliser notre bonheur contre Lui ou sans Lui, nous disons : « Je confesse à Dieu tout-puissant » ;

Parce que nous avons porté atteinte à l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, en nous séparant de tous ceux qui ont coopéré à cette œuvre, notamment de la Mère du Christ, nous disons : « Je confesse … à la Bienheureuse Marie toujours Vierge » ;

Parce que nous nous sommes opposés à l’œuvre de lutte et de fidélité des anges, l’attente des martyrs, des prophètes de l’Ancien Testament, morts pour que le Règne du Messie se réalise, à l’œuvre des apôtres et des saints qui ont travaillé pour le Christ, nous disons : « Je confesse… à saint Michel (vainqueur du démon), à saint Jean Baptiste (dernier des pro­phètes), aux apôtres (représentés par saint Pierre et saint Paul), et à tous les saints » ;

Enfin, parce que notre péché s’est opposé à toute l’Église et nous sépare des autres membres du Corps Mystique que le prêtre représente, en même temps qu’il tient la place de Jésus Christ, nous disons : « Je confesse… à vous, mon Père… ».


Avant de commencer l’énumération des péchés, préciser : le temps écoulé depuis la dernière confession ; un oubli ou une dissimulation de péché grave dans celle-ci ; une ou plusieurs mauvaises communions (en état de péché grave) ; une omission de la pénitence donnée (volontaire ou non).


Accuser sincèrement tous les péchés mortels que l’on a commis, avec leur nombre et les circonstances qui les ont modifiés (aggravés, allégés), comme par exemple, les péchés commis avec d’autres personnes qu’on a ainsi scandalisées, ou qu’on a entraîné au péché.

L’accusation des péchés véniels n’est pas indispensable car on peut en obtenir le pardon par d’autres moyens que la confession, par exemple la prière, l’aumône, la pénitence… Pourtant, cette accusation est fort conseillée car, par le sacrement de la Confession, on obtient des grâces spéciales pour éviter ces péchés véniels à l’avenir.

Dans le cadre de confessions régulières, on peut dire où l’on en est par rapport à son défaut dominant, ou par rapport à ses résolutions.

Si l’on est troublé ou que l’on a peur, ou tout simplement si on hésite, on peut demander au prêtre de nous interroger, ou de nous renseigner sur la gravité d’un péché.

Terminer par : « Je m’accuse de tous ces péchés, de tous ceux que j’aurais pu avoir oublié et de tous ceux de ma vie passée ; j’en demande très humblement pardon à Dieu, et à vous mon Père, pénitence et absolution si vous m’en jugez digne ».


Ecouter avec attention le mot d'exhortation du prêtre. Avant l'absolution, bien regretter ses péchés, et réciter à cet effet l'acte de contrition : « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplaît. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre sainte grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence. »


Après la confession, accomplir la pénitence imposée par le confesseur au plus tôt, afin de ne pas l’oublier ; remercier Dieu du pardon obtenu ; renouveler sa résolution d’éviter tout péché à l’avenir, surtout le péché grave.


Examen de conscience détaillé

Avant de commencer cet examen, adresser à Dieu cette prière :

Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il.


Examen sur les commandements de Dieu

1er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et l’aimeras plus que tout… »

Omission de la prière (en particulier le matin et le soir), de la fré­quentation des sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie… Communions ou confessions sacrilèges… Manque de respect des sacrements… Manque au jeûne avant la communion (une heure au moins)… Violation du secret de confession… Doutes volontaires contre la foi… Mise en péril de la foi par la lecture de journaux impies, par des fréquentations dangereuses… Respect humain… Manque de confiance en Dieu ou confiance présomptueuse en ses propres forces… Indifférence à l’égard de Dieu… Manque de soumission à la volonté de Dieu… Pratiques superstitieuses, spiritisme… Critiques de la religion… Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique… Négligence dans sa formation chrétienne…


2ème Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect… »

Emploi inutile du nom de Dieu… Blasphèmes, imprécations, jurons… Serments faux ou inutiles… Irrespect à l’égard des personnes et des choses consacrées à Dieu… Souhaits néfastes à l’égard de soi-même ou d’autrui… Non-accomplissement des vœux émis…


3ème Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur… »

Omission volontaire ou sans motif de l’assistance à la Messe domini­cale ou des fêtes d’obligation… Retard volontaire ou dissipation durant ces Messes… Travail fait ou ordonné sans nécessité ou permission… Recherches de distractions contraires à la sanctification du dimanche…


4ème Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère… »

Manque d’amour, d’affection, de respect, d’obéissance, d’assistance à l’égard des parents durant leur vie et de prière à leur intention après leur mort… Peine causée… Souhaits de mal… Disputes d’intérêt en famille… Manque de déférence et de soumission à l’égard des supérieurs…

Pour les parents à l’égard de leurs enfants : négligence dans leur édu­cation chrétienne ou leur pratique religieuse, mauvais exemples donnés, manque de surveillance, de soins, de disponibilité, de conseils ou de corrections nécessaire… Dureté, injustice, sévérité excessive…


5ème Commandement : « Tu ne tueras point… »

Meurtre, tentative de suicide, euthanasie… Avortements, stérilisations… Souhait de mort ou de malheur à l’égard d’autrui… Vengeance, coups, blessures, torts causés à la santé, drogues, alcool, mutilations… Insultes, injures, mépris, faux rapports, haine, violences, refus de pardonner, vengeances… Indifférence à la peine d’autrui… Scan­dales par mauvais exemples, par conseils ou approbation silen­cieuse…


6ème et 9ème Commandements : « Tu ne feras pas d’impureté… » et « Tu n’auras pas de désir impur volontaire… »

Pensées ou désirs impurs provoqués en soi ou chez les autres… Conversations, chansons, lectures, spectacles immoraux (TV, Internet…) Flirts… Familiarités coupables… Danses lascives… Touchers indécents… Actions contraires à la chasteté, seul ou avec d’autres : masturbation, relations charnelles en dehors du mariage, homosexualité… Tenues ou attitudes provocantes…

Pour les fiancés : Légèretés, tendresses excessivement sensuelles… Relations prématrimoniales… Cohabitation…

Pour les époux : Atteintes coupables à la fécondité du mariage, contraception permanente ou temporaire… Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse… Adultère (pensées, désirs, actions)… Liaisons… Divorce… Remariage civil… Refus injuste du droit du conjoint…


7ème et 10ème Commandements : « Tu ne voleras pas… » et « Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui… »

Vol (quoi ? combien ? circonstances ?), recel, objets trouvés ou empruntés et non rendus… Dommages injustes causés au prochain dans ses biens… Fraudes, manœuvres déloyales dans le travail, les affaires, le commerce, les contrats… Pots-de-vin… Coopération à des injustices… Recel d’objets volés… Négligence dans le paiement des dettes… Salaires insuffisants… Exploitation des faibles… Dommages aux biens collectifs… Désirs de vol ou d’injustices… Non-réparation de dommages causés… Non-restitution… Gaspillage… Travail bâclé…


8ème Commandement : « Tu ne mentiras pas… »

Mensonges avec ou sans préjudice pour autrui… Médisances ou calom­nies, faites ou approuvées… Faux témoignages en justice… Accusations injustes… Jugements téméraires… Rapports injustes nuisibles… Violation du secret, confié ou professionnel, des correspondances… Dissimulation, hypocrisie… Tricheries… Promesses non tenues… Refus de rectifier la vérité…


Examen sur les commandements de l’Église

Tu sanctifieras les fêtes d’obligation (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).

Tu assisteras à la messe les dimanches et fêtes d’obligation.

Tu te confesseras au moins une fois l’an.

Tu communieras chaque année au Temps pascal.

Tu jeûneras les jours fixés par l’Église (Mercredi des Cendres et Vendredi Saint).

Tu ne mangeras pas de viande les jours fixés par l’Église (c’est-à-dire, les jours de jeûne et les vendredis de Carême). Pour les autres vendredis de l’année, cette abstinence peut être remplacée par une autre forme de pénitence (qu’il faut alors accomplir sous peine de péché).


Examen sur les péchés capitaux

ORGUEIL : Amour-propre désordonné… Complaisance en soi-même… Egoïsme… Ambition démesurée… Vanité mondaine… Présomption… Attitudes hautaines, susceptibilité…

AVARICE : Vices contraires aux 7ème et 10ème commandements. Refus de partager, d’aider ceux qui sont dans le besoin (aumône) …

LUXURE : Vices contraires aux 6ème et 9ème commandements.

ENVIE : Jalousie du bonheur, des biens, des succès des autres ; joie de leurs malheurs, de leurs misères, de leurs revers…

GOURMANDISE : Excès dans le manger, le boire… Ivrognerie… Sensualité… Ivresse des stupéfiants…

COLÈRE : Manque de maîtrise de soi, emportements, rancunes, res­sentiment, murmures, bouderie, brusquerie, grossièreté, cruauté…

PARESSE : Dans le lever, le travail, les prières… Oisiveté… Fuite systématique des efforts…


Examen sur les devoirs d’état

N.B. L’examen suivant est très détaillé, et reprend en partie ce qui a déjà été vu auparavant.


Alors qu’il est très important, c’est un domaine qu’on oublie souvent dans l’examen de la conscience. Selon son état de vie et ses responsabilités :


1. Devoirs personnels de chrétiens :

Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?

Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?

Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Sei­gneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?

Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?

Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?

Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?

Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?

Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?

Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accom­pli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?

Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?

N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?

Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidé autant que je pouvais ?


2. Devoirs envers le prochain :

Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?

La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les sou­lager ?

Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?

N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?

Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des im­prudences dans le travail, le sport ou sur la route ?

En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, rail­lerie, médisance, calomnie, secrets ré­vélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scan­dale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.


3. Devoirs familiaux :

Enfants :

Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?

Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?

Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?

N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?

Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne, ou malades ou isolés ?

Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?


Personnes mariées :

Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?

Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?

N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les pro­blèmes de ma famille ?

N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?

N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?

La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?

N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?

Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?

Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?

Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?

Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?

Est-ce que je leur donne le bon exemple ?

Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?

Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?

Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?

Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?


4. Devoirs professionnels :

Enfants :

Ai-je manqué l’école par ma faute ?

Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?

Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?


Adultes :

Ai-je négligé mon travail ?

Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?

Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ? N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?

Ai-je pris ma place dans les organisa­tions professionnelles ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traité humainement, en res­pectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?


5. Devoirs civiques :

Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?

Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les pro­blèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?

Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orienta­tion ? Ai-je su accepter les charges mu­nicipales ou autres en les envisageant comme un service ?

Ai-je choisi mes représentants en fonc­tion de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?

Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?

Examen de conscience pour Adultes

________________________________

Je crois en un Sauveur aimant qui pardonne mes péchés et qui me donne la grâce de devenir un Saint. Par le ministère de ses Prêtres, Jésus–Christ accomplit l’un et l’autre dans le Sacrement de Pénitence.

"Comme le Père M’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie … Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à qui vous les pardonnerez ils seront retenus à qui vous les retiendrez." (Jean XX : 21-23)

"Vos péchés seraient-ils rouges comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige." (Isaie I : 18)

"Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs." ( Matt. IX : 13)

"Les hommes ont reçu de Dieu un pouvoir accordé ni aux Anges,ni aux Archanges. Jamais il n’a dit aux Esprits Célestes « Tout ce que vous lierez et délierez sur la terre sera lié et délié dans le ciel ». Les Princes de ce monde peuvent seulement lier et délier le corps. Le pouvoir du prêtre va plus loin, il atteint l’âme et elle est exorcisée non seulement par le baptême, mais encore plus par le pardon des péchés. Ne rougissons donc pas de confesser nos fautes. Celui qui rougit de découvrir ses péchés à un homme et qui ne se confesse pas, sera couvert de honte au Jour du Jugement en présence de tout l’univers," (St Jean Chrysostome, Traité sur les prêtres, Livre 3)

Prière avant la confession: O Seigneur, accordez-moi la lumière pour que je me voie comme Vous me voyez, et le grâce de regretter vraiment et effectivement mes péchés. O Marie, aidez-moi à faire une bonne confession.

Comment se confesser: D’abord, examinez bien votre conscience, puis dites au prêtre le genre précis de péchés que vous avez commis et dans la mesure du possible, combien de fois vous les avez commis depuis votre dernière bonne confession. Il n’est obligatoire de confesser que les péchés mortels puisqu’on peut obtenir le pardon des péchés véniels par les sacrifices et les actes de charité. Si vous n’avez pas la certitude qu’un péché soit mortel ou véniel, mentionnez votre doute au confesseur. Souvenez-vous aussi que la confession de péchés véniels aide à éviter le péché et à progresser vers le Ciel.

Conditions nécessaires pour qu’un péché soit mortel:

Matière grave
Pleine connaissance
Entier consentement de la volonté.

Considérations préliminaires:

Ai-je parfois omis de confesser un péché grave dans le passé ; ou ai-je volontairement déguisé ou caché un tel péché ?
Nota bene : Cacher des péchés rend invalide la confession .
La confession est secrète, c’est à dire que c’est une faute mortelle pour le prêtre de révéler à qui que ce soit l’objet d’une confession.
Ai-je été coupable d’irrévérence envers ce sacrement en omettant d’examiner ma conscience avec soin?
Ai-je négligé de faire la pénitence donnée par le prêtre?
Ai-je des habitudes de péchés graves à confesser d’abord (par exemple: impureté, ivrognerie, etc.)

Premier Commandement:

Je suis le Seigneur Ton Dieu. Tu n’auras pas des dieux étrangers devant Moi. (y compris les péchés contre la Foi, l’Espérance et la Charité)

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux, c'est une idolâtrie...

Ai-je négligé de connaître ma foi selon l’enseignement du catéchisme, par exemple le Symbole des Apôtres, les Dix Commandements, les Sept Sacrements, le Notre Père, etc.?
Ai-je volontairement mis en doute ou renié l’un des enseignements de l’Eglise?
Ai-je pris part à quelque culte non- catholique?
Suis-je membre de quelque organisation religieuse non-catholique, société secrète ou groupe anti-catholique?
Ai-je, en toute connaissance, lu quelque littérature hérétique, blasphématoire ou anti catholique?
Ai-je pratiqué des superstitions (telles que les horoscopes, prédiction d’avenir, spiritisme, etc.)
Ai-je omis des obligations ou pratiques religieuses pour des motifs de respect humain?
Me suis-je recommandé chaque jour à Dieu?
Ai-je été fidèle à mes prières quotidiennes?
Ai-je fait mauvais usage des Sacrements? Les ai-je reçus sans respect (par exemple la Communion dans la main) ou de manière invalide?
Me suis-je moqué de Dieu, de Notre-Dame, des Saints, de l’Eglise, des Sacrements ou d’autres sujets sacrés?
Ai-je été coupable de grande irrévérence dans l’Eglise (par exemple: conversation, comportement ou vêtement)?
Ai-je été indifférent vis-à-vis de ma foi catholique – en croyant qu’on peut se sauver dans n’importe quelle religion, que toutes les religions se valent?
Ai-je présumé de la miséricorde de Dieu en toute circonstance?
Ai-je désespéré de la miséricorde de Dieu?
Ai-je trahi Dieu?
Ai-je donné trop d’importance à quelque créature, activité, objet ou opinion?

Deuxième Commandement:

Tu ne prendras pas en vain le Nom du Seigneur Ton Dieu.

Ai-je blasphémé le Nom de Dieu à tort, inconsidérément ou en matière légère et triviale?
Ai-je murmuré ou gémi contre Dieu (blasphème)?
Ai-je prononcé des malédictions contre moi-même ou les autres, ou toute créature?
Me suis-je emporté contre les autres jusqu’à provoquer des jurons ou des blasphèmes contre Dieu?
Ai-je manqué à un vœu fait à Dieu?

Troisième Commandement:

Souvenez –vous de sanctifier le Sabbat.

Ai-je manqué la Messe le dimanche ou une fête d’obligation?
Ai-je été en retard à la Messe ou l’ai-je écourtée par ma faute?
Ai-je fait manquer la Messe à d’autres ou leur ai-je fait écourter la Messe?
Ai-je été volontairement distrait pendant la Messe ?
Ai-je fait ou commander un travail servile non nécessaire le dimanche ou les jours de fête d’obligation?
Ai-je acheté ou vendu sans nécessité ce jour là?

Quatrième Commandement:

Honore ton père et ta mère.

Ai-je désobéi ou manqué de respect envers mes parents ou ai-je négligé ou refusé de les aider dans leurs besoins ?
Ai-je manqué de respect pour des personnes chargées de me commander?
Ai-je calomnié ou insulté des prêtres ou d’autres personnes consacrées à Dieu?
Ai-je manqué de respect vis à vis des personnes âgées?
Ai-je maltraité mon conjoint ou mes enfants?
Ai-je désobéi ou manqué de respect à mon mari?
En ce qui concerne mes enfants:

Ai-je négligé leurs besoins matériels?
Me suis-je soucié de les faire baptiser de bonne heure?1
Ai-je pris soin de leur éducation religieuse personnelle?
Leur ai-je permis de négliger leurs devoirs religieux?
Leur ai-je permis le flirt ou des fréquentations régulières sans perspective du mariage dans un proche avenir?
Ai-je veillé à leurs compagnies?
Ai-je omis de les discipliner quand c’était nécessaire?
Leur ai-je donné un mauvais exemple?
Les ai-je scandalisés par des disputes avec mon conjoint en présence de mes enfants? En jurant ou blasphémant en leur présence?
Ai-je gardé la modestie à la maison?
Leur ai-je permis de porter des vêtements immodestes (mini jupes, pantalons serrés, robes ou pulls trop ajustés, corsages transparents, shorts courts, tenues de bain provocantes, etc.)? 2
Leur ai-je refusé la liberté de se marier ou de suivre une vocation religieuse?

________________________________

1 Les nouveaux nés devraient être baptisés dès que possible. Sauf prescription diocésaines particulières, il semble généralement admis qu’un nouveau-né devrait être baptisé dans l’intervalle de une semaine ou dix jours environ après sa naissance. Beaucoup de catholiques repoussent le baptême à une quinzaine ou un peu plus. L’idée d’administrer le baptême dans les trois jours après la naissance est considérée comme trop stricte. Saint Alphonse, suivant l’opinion commune, pensait qu’un délai non motivé au-delà de dix ou onze jours serait un péché grave. Par rapport à la coutume moderne, connue et non corrigée par les Ordinaires locaux, un délai non motivé au delà d’un mois serait un péché grave. S’il n’y a pas de danger probable pour l’enfant, les parents ne peuvent être convaincus de péché grave en différant le baptême un peu au-delà de trois semaines au plus, mais l’usage de faire baptiser un nouveau-né dans l’intervalle d’environ une semaine ou dix jours après la naissance est fort recommandable et en vérité, une date plus précoce peut être recommandée à juste titre. — H. Davis S.J., Moral and Pastoral Theology, Vol. III, Pg.65, Sheed and Ward, New York, 1935

2 Demander le feuillet LF05 Règles Mariales pour la Modestie dans le vêtement.

Cinquième Commandement:

Tu ne tueras pas.

Ai-je provoqué, désiré ou hâté la mort ou la blessure physique de quelqu’un?
Ai-je entretenu de la haine contre quelqu’un?
Ai-je opprimé quelqu’un?
Ai-je désiré la vengeance?
Ai-je été cause d’inimitié entre d’autres personnes?
Ai-je querellé ou combattu quelqu’un?
Ai-je souhaité du mal à quelqu’un?
Ai-je eu l’intention ou tenté de blesser ou de maltraiter d’autres personnes?
Y a-t-il quelqu’un avec qui je refuse de parler ou contre qui je garde rancune?
Ai-je pris plaisir aux malheurs de quelqu’un?
Ai-je été jaloux ou envieux?
Ai-je pratiqué ou essayé de pratiquer un avortement ou conseillé à quelqu’un de le faire
Ai-je, d’une manière ou d’une autre, mutilé mon corps sans nécessité?
Ai-je eu des pensées de suicide ou des tentatives?
Me suis-je enivré ? Ai-je pris des drogues interdites?
Ai-je trop mangé ou est-ce que je néglige de me nourrir convenablement? (c’est à dire avec des aliments sains)
Ai-je manqué à la correction fraternelle?
Ai-je nuit à l’âme de quelqu’un, surtout aux enfants en scandalisant par le mauvais exemple?
Ai-je nuit à moi-même en exposant mon âme aux tentations volontairement et sans nécessité. (par exemple: mauvaises émissions, mauvaises chansons, plages, etc.)?

Sixième et Neuvième Commandement:

Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.

Ai-je refusé à mon conjoint, à ma conjointe, les droits du mariage?
Ai-je pratiqué le contrôle des naissances (pilules, appareils, retrait)?
Ai-je abusé des droits du mariage de quelque autre manière?
Ai-je commis l’adultère ou la fornication ( pratiques sexuelles prémaritales)?
Ai-je commis un péché contre nature dans le domaine de la pureté (homosexualité ou lesbianisme en pensée, en parole ou en action )?
Ai-je touché ou embrassé quelqu’un de manière impure?
Me suis-je engagé dans des baisers prolongés et passionnés en dehors du mariage ?
Me suis-je engagé dans des affections désordonnées?
Ai-je pratiqué l’impureté solitairement ( masturbation )?
Ai-je entretenu des pensées impures et m’y suis-je complu?
Me suis-je laissé aller à des désirs sensuels pour quelqu’un ou ai-je volontairement désiré voir ou faire quelque chose d’impur?
Me suis-je laissé aller volontairement à quelque plaisir sexuel complet ou incomplet en dehors du mariage?
Ai-je été occasion de péché pour d’autres en portant des vêtements immodestes, trop serrés ou provocants de toute autre manière?
Ai-je agi pour provoquer ou occasionner chez les autres des pensées ou des désirs impurs délibérément ou par légèreté?
Ai-je fait des lectures indécentes ou regardé de mauvais film?
Ai-je regardé des films et des émissions érotiques ou la pornographie par internet ou permis à des enfants de le faire?
Ai-je prononcé des paroles ou raconté des histoires indécentes?
Ai-je écouté volontairement de telles histoires?
Me suis-je vanté de mes péchés ou complu dans les péchés du passé?
Me suis-je trouvé en compagnie impudique?
Ai-je consenti à des regards impudiques?
Ai-je négligé de contrôler mon imagination?
Ai-je prié tout de suite pour bannir de si mauvaises pensées et tentations?
Ai-je évité la paresse, la gourmandise, l’oisiveté et les occasions d’impureté?
Ai-je pris part à des danses immodestes et à des spectacles indécents?
Suis-je resté sans nécessité seul en compagnie de quelqu’un du sexe opposé en dehors du mariage?

Nota bene: Ne pas craindre de dire au prêtre tout péché d’impureté que vous avez pu commettre. Ne pas cacher ou essayer de déguiser de tels péchés. Le prêtre est là pour vous aider et vous pardonner. Rien de ce que vous dites ne le choquera, donc ne craignez pas, quelque puisse être votre honte.

Septième et Dixième Commandement:

Tu ne voleras pas. Tu ne convoitera pas les biens du prochains.

Ai-je volé quelque chose? Quoi ou combien?
Ai-je endommagé le bien des autres?
Ai-je par négligence abîmé le bien des autres?
Ai-je été négligent dans la gestion de l’argent et des biens d’autrui?
Ai-je triché ou fraudé?
Ai-je participé excessivement à des jeux d’argent?
Ai-je refusé ou négligé de payer mes dettes?
Ai-je acquis un bien notoirement volé?
Ai-je omis de rendre des objets prêtés?
Ai-je trompé mon employeur sur ma journée de travail?
Ai-je triché sur les salaires de mes employés?
Ai-je refusé ou négligé d’aider quelqu’un en urgente nécessité?
Ai-je omis de restituer en cas de vol, de tricherie ou de fraude?
Ai-je envié à un autre ce qu’il avait?
Ai-je été jaloux du bien d’autrui?
Ai-je été avare?
Ai-je été cupide et avare, accordant trop d’importance aux biens matériels et au confort? Mon cœur est-il porté vers les possessions terrestres ou les vrais trésors du Ciel ?

Huitième Commandement:

Tu ne porteras pas de faux témoignage envers ton prochain.

Ai-je menti à propos de quelqu’un?
Mes mensonges ont-ils causé un tort matériel ou spirituel?
Ai-je porté des jugements téméraires (c’est à dire cru fermement, sans preuve évidente à la culpabilité de quelqu’un dans un crime ou une faute morale?
Ai-je nui à la bonne réputation de quelqu’un en révélant des fautes vraies mais cachées (délation )?
Ai-je révélé les péchés d’autrui?
Ai-je été coupable de cafardage (c’est à dire d’avoir rapporté quelque chose de défavorable dit par quelqu’un à propos d’un autre de manière à créer l’inimitié entre eux)?
Ai-je encouragé ou prêté l’oreille à la diffusion du scandale concernant mon prochain?
Ai-je prêté de faux serments ou signé de faux documents?
Suis-je critique, négatif ou peu charitable dans ma conversation?
Ai-je flatté les autres?

Les Sept Péchés Capitaux et les Vertus opposées.

Orgueil..............................................Humilité
Avarice............................................Libéralité
Luxure.............................................Chasteté
Colère...............................................Douceur
Gourmandise....................................Tempérance
Jalousie...........................................Amour fraternel
Paresse............................................Effort

Cinq effets de l’Orgueil

La vaine gloiren a. Vantardise b. Dissimulation/Duplicité
Ambition
Mépris des autres
Colère / Vengeance / Ressentiment
Entêtement / Obstination

Neuf manières d’être instrument de péché pour d’autres.

A. Ai-je sciemment été cause de péché ?
B. Ai-je coopéré au péché des autres ?

Le conseil
Le commandement
Le consentement
La provocation
La louange ou la flatterie
La dissimulation
La participation
Le silence
La défense du mal accompli.

Les Quatre Péchés qui crient vengeance au Ciel.

Le meurtre volontaire
La Sodomie ou le Lesbianisme
L’oppression des pauvres
La fraude sur le juste salaire du travailleur.

Les Six Commandements de l’Eglise.

Ai-je entendu la Messe le dimanche et les fêtes d’obligation?
Ai-je pratiqué le jeûne et l’abstinence les jours désignés et ai-je observé le jeûne eucharistique?
Me suis-je confessé au moins une fois l’an?
Ai-je reçu la Sainte Eucharistie au temps de Pâques?
Ai-je contribué au soutien de l’Eglise dans la mesure où je le dois?
Ai-je observé les lois de l’Eglise concernant le mariage (c’est à dire le mariage sans présence d’un prêtre ou mariage avec un parent ou non-catholique)?

Les Cinq Blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie.

Ai-je blasphémé contre l’Immaculée Conception?
Ai-je blasphémé contre la Virginité Perpétuelle de Marie?
Ai-je blasphémé contre la Divine Maternité de Notre Dame ? Ai-je manqué à reconnaître Notre Dame comme Mère de tous les hommes?
Ai-je cherché officiellement à semer dans les cœurs des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine de ce Cœur Immaculé?
L’ai-je outragée directement dans Ses Saintes Images?

Finalement:

Ai-je reçu la Sainte Communion en état de péché mortel? (Sacrilège)

Examen des péchés véniels d’après St Antoine-Marie Claret.

L’âme devrait éviter tous les péchés véniels, spécialement ceux qui ouvrent la voie du péché mortel. Ce n’est pas assez , mon âme, de prendre la ferme résolution de souffrir la mort plutôt que de commettre un péché mortel. Il est nécessaire de former une résolution semblable par rapport au péché véniel. Celui qui ne trouve pas en lui-même cette volonté ne peut trouver la sécurité. Rien ne peut nous donner une certaine sécurité du salut éternel comme une vigilance incessante pour éviter même le moindre péché véniel et un sérieux remarquable en tous points touchant toutes les pratiques de la vie spirituelle - sérieux dans la prière et les rapports avec Dieu, sérieux dans la mortification et le renoncement, sérieux dans l’humilité et l’acceptation du mépris, sérieux dans l’obéissance et le renoncement à sa volonté propre, sérieux dans l’amour de Dieu et du prochain . Celui qui veut atteindre ce sérieux et le garder, doit nécessairement prendre la résolution d’éviter toujours spécialement les péchés véniels

suivants:

Le péché d’admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain.
Le péché d’entrer en conversation sur les défauts d’autrui et de manquer à la charité de toute autre manière même légèrement.
Le péché d’omettre, par paresse, nos pratiques spirituelles ou de les accomplir avec négligence volontaire.
Le péché d’avoir une affection désordonnée pour quelqu’un.
Le péché d’avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne
Le péché de recevoir le Saint Sacrement de manière insouciante, avec des distractions et autres irrévérences et sans préparation sérieuse.
Impatiences, ressentiment, tout manquement à accepter des déceptions comme venant de la Main de Dieu ; car cela met obstacle à la voie des décrets et dispositions de la Divine Providence par rapport à nous-mêmes.
Le péché de se donner occasion de ternir même de loin l’éclat immaculé de la sainte pureté.
La faute de cacher volontairement à ceux qui devraient les connaître, les mauvaises inclinations, les faiblesses et les mortifications, en cherchant à poursuivre la route de la vertu, non sous la direction de l’obéissance, mais en se laissant guider par ses propres caprices.

Nota bene: Ceci s’entend de circonstances où nous pourrions avoir une direction qui mérite d’être recherchée, mais nous préférons suivre nos faibles lumières personnelles).

Prière pour une bonne confession

O mon Dieu, par mes péchés détestables, j’ai crucifié de nouveau Votre Divin Fils et L’ai tourné en dérision. A cause de cela, j’ai mérité Votre Colère et me suis rendu digne des feux de l’Enfer. Combien aussi j’ai été ingrat envers Vous, mon Père Céleste, qui m’avez tiré du néant, m’avez racheté par le Précieux Sang de Votre Fils et m’avez sanctifié par Vos Saints Sacrements et le Saint Esprit. Mais dans Votre Miséricorde, vous m’avez réservé cette confession. Recevez –moi de nouveau comme Votre fils prodigue et accordez-moi de bien me confesser pour que je puisse recommencer à Vous aimer de tout mon cœur et de toute mon âme et par conséquent garder vos commandements et souffrir patiemment toute expiation temporelle qui reste à accomplir. J’espère obtenir de Votre bonté et puissance, la vie éternelle au Paradis. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

Note Finale

N’oubliez pas de confesser vos péchés avec regret surnaturel en même temps que ferme résolution de ne plus retomber dans le péché et d’éviter les occasions prochaines de péché. Demandez à votre Confesseur de vous aider en toute difficulté qui entraverait une bonne confession. Accomplissez promptement votre pénitence.

Acte de Contrition

O mon Dieu, je regrette du fond du cœur de vous avoir offensé. Et je déteste tous mes péchés, parce que je redoute la perte du Ciel et les peines de l’Enfer, mais surtout parce que mes péchés Vous offensent, mon Dieu, qui êtes toute bonté et qui méritez tout mon amour. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre Grâce, de confesser mes péchés, de faire pénitence et d’amender ma vie. Amen.


EXAMEN DE CONSCIENCE POUR ADULTES

Résumé: Il faut rechercher au moins tous les péchés mortels dont on se souvient et qui n’ont pas encore été confessés dans une bonne confession et à un prêtre ayant les pouvoirs pour absoudre. Un péché est mortel s’il y a : gravité de matière, pleine connaissance et plein consentement. Indiquer, dans la mesure du possible, leur espèce et leur nombre (même pour les désirs). Pour cela on demande à Dieu la grâce de bien connaître ses fautes et on s’examine sur les Dix Commandements et les préceptes de l’Église, sur les péchés capitaux et les devoirs de notre état. Il faudra penser à accuser également les péchés qui ont pu être commis par omission. N.B.: La confession est sacrilège lorsqu’on a volontairement caché des fautes mortelles. COMMANDEMENTS DE DIEU l er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Dieu est-il au centre de ma vie ? Est-il bien pour moi un Père à l’amour duquel je réponds par un amour total et une généreuse obéissance ? Jésus est-il vraiment mon Maître et mon modèle, celui dont je vis par la foi et les sacrements ? Manquements par omission ou négligence dans les prières (matin, soir, dans les tentations) et la réception des sacrements. Tiédeur. Respect humain pour manifester sa foi. Parole ou acte contre la religion. Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique. Superstitions, spiritisme. Avoir tenté Dieu. Péchés contre la foi : refus d’adhérer à une ou plusieurs vérités révélées. Doutes volontaires. Négligeance dans sa sa propre formation religieuse. Lectures, émissions et spectacles portant atteinte à la foi ou à la morale. Péchés contre l’espérance : manque de confiance en la bonté et la providence de Dieu. Découragement, désespoir. Compter sur ses seules forces. Prétexter de la bonté de Dieu pour pécher. Ne pas désirer le ciel. Péchés contre la charité : indifférence par rapport à Dieu ; absence de prière et de pratique religieuse. Sacrilèges en profanant les choses saintes, en particulier confessions (incomplètes volontairement) et communions sacrilèges (reçues en état de péché mortel). Envers le prochain : refus de voir Dieu dans nos frères; haines, mépris, moqueries ; refus d’assister son prohain dans les graves nécessités. 2e Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Transgresser les serments et vœux faits en son nom. Associer son nom à des serments faux ou inutiles. Blasphémer son nom, celui de la Vierge ou des saints. Prononcer des imprécations contre soi ou contre autrui. 3e Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Avoir manqué à la sainte Messe par sa faute, y être arrivé en retard. Avoir fait ou fait faire “des travaux et des occupations qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur, ou la détente convenable de l’esprit et du corps” (can.1247). Avoir été à des amusements ou réunions dangereuses pour la foi ou les mœurs. 4e Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère. » Enfants de tous âges : Manque d’amour, de respect, d’obéissance (dans les limites de leur autorité), de reconnaissance et d’assistance (matérielle, spirituelle) aux parents. Parents : ne pas témoigner de l’affection à tous ses enfants ; ne pas leur donner l’exemple d’une vie vertueuse et chrétienne. Envers ceux encore sous leur dépendance : Association Notre Dame de Chrétienté manquements dans leur formation humaine et chrétienne (instruction religieuse, choix de l’école); et dans ses devoirs de surveillance, de conseil et de corrections nécessaires. Tous : disputes d’intérêt en famille. Manquements dans l’accomplissement du travail dans le respect dû à l’autorité (dans le métier, la vie collective) ou dans les responsabilités des dirigeants (conditions de travail honnêtes, juste salaire, respect vis-à-vis des employés). Insoumission aux lois civiles justes (impôts, service militaire, devoir civique). 5e Commandement : « Tu ne tueras point. » Meurtre, tentative de suicide, imprudence exposant à tuer ou blesser son prochain (sport à risque, transgression grave et volontaire du code de la route, conduite en état d’ivresse). Colères, disputes, vengeances, refus de pardon, rancunes, envie, jalousie, drogue. Excès dans les boissons, gourmandise. Attitude insultante et scandaleuse. Participation (par action ou par omission), à la stérilisation, à l’avortement, à l’euthanasie, au suicide. Incitation à la violence, à la lutte des classes. Haine raciale ou ethnique. 6e et 9e Commandements : « Tu ne commettras pas d’impureté. Tu n’auras pas le désir impur volontaire. » Pensées, désirs et actes commis seul ou avec d’autres contre la pureté. Conversations et chansons déshonnêtes. Lectures, spectacles (TV, films,...), fréquentation de lieux exposant à l’impureté. Responsabilité dans le péché d’autrui (danse, mode et attitude provocantes). Personnes mariées : Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse. Moyens contraceptifs, ponctuels ou permanents. Refus des droits du conjoint. Adultère (pensées, désirs, actions). Infidélité affective. Liaison extra-matrimoniale. Divorce. “Remariage”. Fiancés : Manifestations de tendresse excessivement sensuelles. Relations pré matrimoniales. Cohabitation. 7e et 10e Commandements : « Tu ne voleras pas. Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. » Participation direct ou indirect à des vols, fraudes, injustices. Dettes impayées. Non restitution. Recel d’objets volés. Tort causé dans les ventes, contrats, transactions. Tricheries. Fraudes. Pots de vin. Non-respect des lois sociales justes sur le travail, les assurances... Travail bâclé ; perte de temps. Dépenses excessives, par luxe, vanité, etc. Gaspillage. 8e Commandement : « Tu ne mentiras point. » Mensonges. Faux témoignage. Accusations injustes. Jugements téméraires. Calomnies (personnes ou institutions). Secrets violés. Médisances, ragots. Refus de réparer ou de rectifier COMMANDEMENTS DE L’ÉGLISE 1. Tu sanctifieras les dimanches et fêtes d’obligation (en France : Noël, Pâques, Ascension, La Pentecôte, Assomption, Toussaint) : par l’assistance à la messe et l’abstention d’activités contraires à la sanctification du jour du Seigneur (voir 3e commandement de Dieu). 2. Tu te confesseras au moins une fois l’an. 3. Tu communieras chaque année au Temps pascal (de Pâques à la Pentecôte). 4. Tu jeûneras ou feras abstinence les jours fixés. Jeûne et abstinence: Mercredi des Cendres et Vendredi Saint ; abstinence : tous les vendredis de l’année (les vendredis autres que ceux du Carême, on peut remplacer l’abstinence par une autre pénitence). 5. Tu contribueras selon tes moyens aux dépenses de l’Eglise. Association Notre Dame de Chrétienté DEVOIRS D’ÉTAT 1. Devoirs de chrétien : effort pour tendre à la perfection de la charité ; témoignage de cohérence entre la foi et les œuvres ; fidélité à la vocation reçue de Dieu ; dimension apostolique de sa vie ; approfondissement de sa foi ; aide à l’Eglise ; respect et obéissance à la hiérarchie dans ce qui dépend de son autorité. 2. Devoirs dans la famille : fidélité et don de soi dans le mariage ; générosité dans la procréation et l’éducation des enfants ; amour et entraide ; affection et assistance aux ascendants. 3. Devoirs dans la profession application au travail ; sens de la justice dans les rapports professionnels, dans les contrats. 4. Devoirs dans la cité : participation à la vie de la cité, devoir électoral ; respect des lois justes ; effort pour faire changer les lois injustes (avortement, ...) ; solidarité avec les plus démunis. MAÎTRISE DE SON TEMPÉRAMENT Il faut soumettre à la raison et à la loi de Dieu les passions déréglées par le péché originel et nos propres péchés. On distingue sept tendances qui nous inclinent au mal : - l’orgueil : amour désordonné de soi-même qui engendre l’ambition, la présomption, la vaine gloire, les attitudes hautaines, les vanités mondaines. - l’avarice : attachement désordonné aux richesses qui engendre l’injustice, l’endurcissement du cœur, le défaut de générosité pour faire l’aumône, l’aveuglement de l’esprit. - la luxure : vice contraire, voir 6e et 9e commandements. - L’envie : nous attriste à la vue des qualités ou des succès d’autrui ; engendre la calomnie, la jalousie, les discordes, les actions portant tort à autrui. - la gourmandise : excès dans le manger et le boire (alcoolisme) qui met en danger notre santé et nous fait perdre la possession de nous-mêmes. - la colère : fait perdre le contrôle de soi-même et porte aux injures, querelles, coups... - la paresse : incline à fuir l’effort dans le travail, l’accomplissement des devoirs. Association Notre Dame de Chrétienté

Mit freundlichen Grüssen

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely
Saludos cordiales
בברכה, בכבוד רב
С уважение
ขอแสดงความนับถือ
你的真诚的
المخلص

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement ! Comme à Chypre et en Grèce... Arnaque de la création monétaire du néant, ex nihilo... Grâce à monnaie-pleine, on peut rédiger ensemble un projet de loi d'application ou un contre-projet et reprendre ainsi toutes les meilleures solutions, BNS, RBI, monnaie, crédits, etc...

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Invitations 2017
In English
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/free-invitations-every-year.html

en français:
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/invitations-gratuites-chaque-annee.html

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement !

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Articles les plus consultés