Google+ Followers

Vidéos par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/136794177

Loading...

Google+ Badge

lundi 30 novembre 2009

Interdire Noël par intolérance ?

Ils nous ont interdit Noël notamment au CHUV de Lausanne ( la crèche est supprimée...), dans les hôpitaux et dans les écoles du Canton de Vaud ( sic )...

Résistons...Après les minarets, la burqa. La coupole fédérale et sa Croix en or.


http://fc-foto.de/15299013


 [fc-foto:123456]



Les ornements de la coupole et la Croix du Christ dressée en son sommet brillent à nouveau de tout leur éclat suite à la récente rénovation.

Les adversaires des minarets ont largement gagné et les partis "chrétiens" sautent dans le train de l'UDC.

Ils envisagent de nouvelles mesures protectrices, comme le signale la Neue Luzerner Zeitung.

La Basler Zeitung fait sa une de Christophe Darbellay. Le président du PDC a déclaré qu'il allait proposer à ses collègues du parlement d'interdire la burqa. Ce voile total corporel, symbole du fondamentalisme, doit disparaître de nos rues.

Selon le Tages-Anzeiger , le Parti évangélique veut une initiative pour inscrire l'empreinte chrétienne dans la Constitution helvétique. «On ne peut pas interdire à une classe de chanter Noël parce qu'il y a un élève musulman», résume le président du parti.


Le canton de Vaud
par exemple avait en effet interdit aux enseignants vaudois de faire apprendre aux enfants des chants de Noël chrétiens,
sur demande de musulmans ...


Extrait de l'annexe officielle ci-dessous:
"Le fait par exemple pour un élève de devoir se rendre dans une classe
décorée avec des étoiles et un sapin ne constitue pas une atteinte disproportionnée à ses
convictions religieuses. II faut par ailleurs relever que la place que prend Noël à l' école est tout a
fait marginale et souvent superficielle."

Donc, il est fortement recommandé par instructions verbales de ne rien faire de chrétien, surtout à Noël...
En résumé réel sous le chef d'oeuvre de langue de bois ci-dessous, les crèches et les chants et symboles de Noël ne sont pas les bienvenus, ni dans les écoles, ni au CHUV ( la crèche de l'entrée principale y est bannie par exemple, on n'y voit plus de bébés vivants comme de par le passé ) ni dans les autres bâtiments publics.


Canton de Vaud ( texte scanné en OCR )

Service des communes et des
relations institutionnelles

Département des institutions et des
relations extérieures

Rue Cite- Derrière 17
1014 LAUSANNE

Direction
Tel. 021 / 316 40 80
Fax 021/316 40 70
N/ref: eg/ez
V/ref:
Version scannée
Monsieur Jean-Paul JUBIN
Secrétaire général du DFJ
Rue de la Barre 8
1014 Lausanne

Octroi de dispenses de cours avant la fête de Noël - Recommandations du GT interservices
religions

Monsieur le Secrétaire général,
Le Département de la formation et de la jeunesse a interpellé le GT interservices religions (GT)
pour que celui-ci se prononce sur des demandes de dispenses de cours formulées par des parents
d'élèves musulmans
. Ces demandes de dispenses portent sur la période de décembre, au motif
qu'il faut éviter à ces enfants de se trouver exposés aux activités liées a l' Avent et aux préparatifs
de la fête de Noël. Le GT a examine cette question et vous fait part des éléments qui suivent.
Cadre juridique
Sans prétendre formuler un avis de droit, le GT affirme la nécessité de se mouvoir dans le cadre
juridique suisse, en prenant en compte les critères concernant la liberté religieuse tels qu'ils ont
été posés par la jurisprudence du Tribunal fédéral.
a/ Sources
Art. 15 Cst fédérale : Liberté de conscience et de croyance

La liberté de conscience et de croyance est garantie.
2 Toute personne a le droit de choisir librement sa religion ainsi que de se forger ses convictions
philosophiques et de les professer individuellement ou en communauté.

3 Toute personne a le droit d'adhérer a une communauté religieuse ou d'y appartenir et de
suivre un enseignement religieux.

4 Nul ne peut être contraint d'adhérer a une communauté religieuse ou d'y appartenir,
d'accomplir un acte religieux ou de suivre un enseignement religieux.

Art. 16 Cst-VD Liberté de conscience et de croyance
1 La liberté de conscience et de croyance est garantie.
2 Toute personne a le droit de choisir librement sa religion, ainsi que de se forger ses
convictions philosophiques et de les professer individuellement ou en communauté.

3 Toute personne a le droit de se joindre a la communauté de son choix ou de la quitter.
4 Toute contrainte, abus de pouvoir ou manipulation en matière de conscience et de croyance
sont interdits.

On se référera également a l'article 9 de la Convention européenne des droits de 1'Homme et a
1'article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques. Une abondante jurisprudence a été développée par Ie Tribunal fédéral et la Cour européenne des droits de
1'Homme.

Certaines lois spéciales contiennent également des éléments ayant trait aux convictions;
religieuses. On mentionnera en particulier 1'article 4 de la lot scolaire vaudoise :
1 L'école respecte les convictions religieuses, morales et politiques des enfants et de leurs.
parents.

2 Toute forme de propagande y est notamment interdite.
b/ Principes
Destinataires
La liberté religieuse, droit fondamental, protège les personnes physiques (parfois aussi les
personnes morales) dans ses relations avec 1'Etat (effet vertical). Elle ne protège pas directement
les personnes privées dans leurs relations avec d'autres personnes privées (physiques ou
morales). L'État doit s'abstenir de violer les libertés et doit protéger celles-ci contre les atteintes
provenant de tiers.
Contenu
Tant la liberté de conviction que la liberté de professer sa religion (protection d'actes individuels
et collectifs) sont protégés.

Restrictions
Une restriction à la liberté religieuse est possible aux conditions suivantes (art. 36 Cst fédérale):

- nécessite d'une base légale : plus 1'atteinte est grave, plus la base légale doit être claire;
-sauvegarde d'un intérêt public : protection de la morale, de 1'ordre, de la sécurité et de la santé
publics; protection des droits d'autrui;

-respect du principe de proportionnalité : correspondance entre Ie but et les moyens mis en
oeuvre.

II existe un noyau intangible : 1'interdiction de contraindre quelqu'un a adopter une conviction.

Le droit d'exprimer ses convictions religieuses, de les professer ou de les mettre en pratique dans
des actes cultuels n'est pas protégé de manière absolue.

Relations entre 1'Etat et la religion
La neutralité tend a ce que toutes les conceptions existant dans une société pluraliste soient prises
en compte sans esprit partisan. La laïcité de 1'Etat se résume en une obligation de neutralité qui
lui impose de s'abstenir, dans les actes publics, de toute considération confessionnelle ou
religieuse susceptible de compromettre la liberté des citoyens dans une société pluraliste. Elle
vise a préserver la liberté de religion des citoyens, mais aussi a maintenir, dans un esprit de
tolérance, la paix confessionnelle. La neutralité imposée a 1'Etat n'est pas absolue. Un canton
peut accorder sa préférence a une ou plusieurs confessions. Ainsi, la nouvelle Constitution
vaudoise accorde le statut d'institutions de droit public a 1'Eglise évangélique reformée et a
1'Eglise catholique romaine. La communauté Israélite est quant a elle reconnue comme institution
d'interet public. D'autres communautés religieuses pourront demander a être reconnues a ce titre,
aux conditions prévues par la loi sur la reconnaissance, actuellement en consultation.

Demande de dispense générale de cours pendant le mois de décembre
Un élève ou son représentant peut invoquer 1'article 4 de la loi scolaire et 1'article 15 de la
Constitution fédérale pour obtenir une dispense pour motifs religieux. La dispense ne pourra être
refusée qu'aux conditions énoncées ci-dessus concemant les restrictions aux droits
fondamentaux.
Le Tribunal fédéral (TF) s'est prononcé a plusieurs reprises sur des demandes de dispenses
d'assister à des cours pour des motifs religieux.
Les cas traités concernent soit des
dispenses pour permettre a des élèves d'assister à des fêtes religieuses hors du cadre scolaire, soit
des dispenses pour des cours spécifiques dont la fréquentation peut heurter la sensibilité
religieuses des enfants ou de leurs parents. Le TF a ainsi considéré qu'on devait, à certaines
conditions, accorder a une fillette musulmane une dispense de suivre des cours de natation
mixtes. Mais 1'octroi de dispenses ne doit pas perturber le bon fonctionnement de l 'établissement
scolaire, ni menacer le bien de 1'enfant, en ne permettant par exemple plus d'assurer 1'egalite des
chances.
A la lumière ce qui précède, plusieurs remarques doivent être formulées, qui sortent du cadre
Strictement juridique esquissé ci-dessus :
- 1'ecole est neutre du point de vue confessionnel. Elle doit le rester y compris durant les périodes
de fêtes religieuses, en tenant en particulier compte des sensibilités des enfants présents dans les
classes. II ne serait par exemple pas acceptable d'obliger un élève non chrétien a participer a une
célébration religieuse. La neutralité confessionnelle de 1'ecole n'implique toutefois pas qu'on y
fasse abstraction des fêtes civiles et religieuses qui ponctuent 1'année scolaire;
-si la fête de Noël est indiscutablement une fête chrétienne, elle possède une dimension
culturelle qui dépasse son fondement religieux. De nombreuses personnes non chrétiennes
fêtent Noël en faisant totalement abstraction de sa dimension religieuse. La prédominance de
symboles non religieux comme le Père Noël ou le sapin en atteste. Ces symboles emplissent
1'espace public et prive durant les semaines qui précèdent Noël. La signification de cette fête ne
peut ainsi être réduite a son aspect religieux. Elle fait partie intégrante de la culture majoritaire
de notre canton;
-on peut attendre des personnes de toutes origines qui vivent dans le canton de Vaud qu'elles
acceptent d'être confrontées aux expressions de la culture majoritaire. Les fondements chrétiens
de celle-ci ne doivent pas être nies ou occultes. Le Tribunal fédéral a par exemple admis que
1'enseignement peut être base sur de tels fondements, dans la mesure ou ils constituent une
référence aux valeurs de la civilisation dans laquelle nous vivons. Cela ne signifie pas que les
personnes issues d'autres cultures doivent nier leurs appartenances. Mais il est essentiel pour la
cohésion d'une société multiculturelle que les citoyens se rencontrent dans un esprit de
tolérance et d'ouverture, dans un processus qui implique toutes les parties. Le fait pour des
parents de refuser que leurs enfants soient exposés aux expressions le plus souvent culturelles
liées aux festivités de Noël apparaît comme un manque d'ouverture envers la culture
majoritaire. Cette attitude n'est pas propre à favoriser la cohabitation harmonieuse entre
personnes d'origines diverses;
- certaines traditions liées a la fête de Noël peuvent heurter la sensibilité religieuse de personnes
de confession musulmane. Si 1'islam par exemple considère Jésus comme un prophète, il ne lui
accorde pas la place prééminente qu'il a dans le christianisme. Un accent particulier mis durant
la fête de Noël sur la filiation divine de Jésus, sur 1'histoire de sa vie, sur le fait qu'il a été
crucifié peut sembler choquant aux yeux de certains musulmans.
Les réponses qui peuvent être apportées aux demandes de dispenses sont de trois types :
1. Octroi d'une dispense générale durant le mois de décembre
Cette mesure répondrait à la demande des parents en assurant que leur sensibilité et celle de leurs
enfants soit pleinement respectée. Pour limiter le retard scolaire engendre par 1'absence des
élèves, des programmes d'enseignement à domicile, assures par les parents, pourraient être mis
sur pied.

2. Refus d'accorder une dispense
L'intérêt public fondant un tel refus parait avéré : il s'agit de préserver les intérêts des élèves a
suivre la scolarité, d'assurer le bon fonctionnement de 1'ecole et de maintenir la paix
confessionnelle dans un esprit de tolérance.
Une absence de plusieurs semaines a un impact non négligeable sur le niveau d'un élève. Si un
enseignement à domicile devait être organisé pour y remédier, cela aurait des conséquences
lourdes sur 1'organisation des établissements scolaires. Assurer un tel enseignement durant
plusieurs semaines impliquerait en effet un travail important de la part de 1'ensemble des
enseignants et un nombre important de dispenses serait susceptible de perturber gravement Ie
fonctionnement scolaire.
II a déjà été exposé que le contenu de 1'enseignement doit rester neutre du point de vue
confessionnel. Sauf exceptions, des cours a contenu confessionnel ne peuvent être donnes dans Ie
cadre de 1'enseignement obligatoire. Cependant, 1'ecole a aussi pour mission de transmettre un
patrimoine culturel. Celui-ci, dans notre pays, est en grande partie fonde sur 1'histoire et les
traditions chrétiennes. La fête de Noël est une partie intégrante et importante de notre héritage et
il est du rôle de 1'ecole de transmettre sa signification, tant religieuse que culturelle.

3. Dispenses particulières
Dans certains cours, 1'aspect religieux attache a la fête de Noël peut apparaître d'une manière
propre a heurter la sensibilité religieuse d'élèves ou de parents non chrétiens. On peut par
exemple penser aux cours de chants. Certains chants de Noël contiennent en effet des messages
contraires aux convictions de certaines personnes. Les enseignants doivent rester attentifs a ces
questions. Une dispense particulière peut parfois constituer la meilleure manière de préserver les
intérêts de toutes les parties.
Le GT considère qu'il ne faut pas entrer en matière pour 1'octroi de dispenses générales durant Ie
mois de décembre. Les inconvénients de cette mesure ont été exposes. II ne parait pas contraire
au principe de la proportionnalité d'obliger tous les élèves a suivre les cours durant la période qui
précède Noël. Le principe de neutralité garantit un enseignement neutre du fait religieux, y
compris dans le cadre de la fête de Noël. II faut toutefois rappeler aux enseignants ce principe et
les encourager a être attentifs a prendre en compte les sensibilités des élèves qui ne sont pas de
culture chrétienne. II apparaît également que le fait même de vivre dans le canton de Vaud
amène ses habitants a être confrontes aux principaux événements culturels et religieux qui y ont
lieu.
II n'est pas souhaitable que 1'ecole se coupe de se coupe de cette tradition en ne 1'incluant pas dans le contenu de ses cours, avec toute la prudence nécessaire pour satisfaire aux exigences de la
neutralité confessionnelle. Le fait par exemple pour un élève de devoir se rendre dans une classe
décorée avec des étoiles et un sapin ne constitue pas une atteinte disproportionnée a ses
convictions religieuses. II faut par ailleurs relever que la place que prend Noël à 1'école est tout a
fait marginale et souvent superficielle. On ne saurait parler d'un "esprit" religieux de Noël qui
concernerait 1'ensemble des cours.
Sur la base de ce qui précède, le GT interservices religions émet les recommandations suivantes :
-refuser d'accorder des dispenses générales pour la période précédant la fête de Noël;
-chercher le dialogue avec les parents;
-examiner au cas par cas des demandes de dispenses pour des cours ou un accent
particulier est mis sur la fête de Noël, d'une manière susceptible de heurter la sensibilité
religieuse d'enfants non chrétiens et de leurs parents. L'octroi de dispenses doit toutefois
demeurer L'exception;
-rappeler aux enseignants les conséquences du principe de neutralité confessionnelle;
-conseiller aux enseignants d'être attentifs aux sensibilités religieuses d'élèves non
chrétiens.
Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire général, l'expression de mes sentiments très distingués.
                            Eric Golaz
                President du GT interservices religions
Commentaires:

L'extrait ci-dessous recommande en fait de supprimer tout symbole vraiment chrétien...

"Le fait par exemple pour un élève de devoir se rendre dans une classe
décorée avec des étoiles et un sapin ne constitue pas une atteinte disproportionnée a ses
convictions religieuses.
"

Signalons que "certains fanatiques" sont même choqués par des sapins...

Tout ceci au pays du "Liberté et Patrie", devise du Canton.

Si on choisit la Liberté, on n'a plus de Patrie et si on choisit la Patrie, on n'a plus de Liberté.

Voici l'inversion absolue des valeurs encore majoritaires dans la population.

Et les électeurs vont-ils continuer longtemps de choisir ceux qui les ridiculisent avec de creuses promesses ?

Voir aussi le gouvernement socialiste neuchâtelois qui coupait juste avant Noël les subventions familiales...

Coupole

À l'origine, un éclairage intérieur la transformait en une immense lanterne censée diffuser sa lumière aux quatre coins du pays. ...

Les ornements de la coupole et la Croix du Christ dressée en son sommet brillent à nouveau de tout leur éclat suite à la récente rénovation.
«Le Palais fédéral à Berne, c'est l'Elysée, Matignon, le palais Bourbon et le palais du Luxembourg réunis en un seul lieu. Une concentration unique au monde.»


Unus pro omnibus, omnes pro uno
locution latine qui signifie
« Un pour tous, tous pour un »
Elle est connue pour être la devise traditionnelle de la Suisse.

Pourquoi lever trois doigts ?


Il est traditionnel en Suisse de prêter serment en levant trois doigts de la main droite (pouce, index, majeur), et en pliant les deux autres, ceci depuis le serment des premiers confédérés à l'origine de la création de la Suisse, et en signe de la Trinité, car le serment  fut fait au nom de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, les trois personnes de la Trinité chrétienne.
Les deux doigts pliés en l'honneur de la nature divine et humaine du Christ.
Les conseillers fédéraux, aux Etats et nationaux élus à Berne prêtent aussi serment à Dieu de cette façon, sauf exceptions "socialistes".

Fichier:Kopp Vereidigung.JPG


http://nwerren.romandie.com/resserver.php?blogId=11609&resource=assermentationcf.jpg&mode=medium
La socialiste refuse de le faire...


vendredi 27 novembre 2009

Alerte: 640 000 faux lingots d'or fourrés au tungstène.


Posted image

Bonjour,

je vous mets ci-dessous copie d'un extrait de la Chronique Agora qui
résume assez bien et en français une affaire que je suis depuis pas mal de
temps sur un forum auquel je contribue depuis 4 ans, affaire qui a été
très débattue sur des sites anglophones mais encore assez peu sur des
sites francophones avec une certaine audience. La c'est Philippe Béchade
(qui intervient régulièrement sur des radios et sur Boursorama) qui
reprend la chose qui semble donc commencer à sortir des sites
"intimistes" spécialisés et à être reprise à un niveau supérieur
d'audience...

Cela a à voir avec les manipulations au plus haut niveau (donc avec
implication des banques centrales et des principales banques entre autres
Goldman Sachs et JPM) du cours de l'or maintenu artificiellement à la
baisse depuis des années afin de maintenir à tout prix a la crédibilité
des "fiat monnaies" (et notamment le dollar) malgré les excès phénoménaux
de création monétaire: l'or est normalement le baromètre mesurant la perte
de valeur d'une monnaie (en fait une mesure de l'inflation - au sens de la
masse monétaire).

Je ne sais pas si vous êtes familiers avec cette affaires sur cette liste,
dans le cas contraire ça devrait être une bonne entrée en matière, sur la
base en outre des derniers événements assez spectaculaires: la découverte
avérée de 5600 lingots asiatiques fourrés au tungstène, et l'hypothèse de
plus en plus avancée par certains qu'une partie de l'or de fort Knox (on
parlerait de 640 000 barres) se serait transmutée en ce même métal...
mais n'y voyez aucune magie si ce n'est peut-être une certaine "alchimie
monétaire"!

Pour information, le GATA est l'organisme qui aux Etats Unis mène la lutte
depuis des années (y compris en justice) pour tenter de faire connaître la
manip, son site ici en anglais:

http://www.gata.org/

Long résumé très complet de leurs enquêtes et actions ici:
http://www.gata.org/node/8052

----------------------------------
http://www.la-chronique-agora.com/articles/20091125-2306.html

La Banque centrale britannique, sous l'impulsion d'un certain Gordon
Brown, vendit de juillet 1999 à mars 2002 pas moins de 395 tonnes d'or, et
ce au cours le plus bas depuis 25 ans, à livre sterling constante. Ces
tonnes ont été vendues par l'intermédiaire de ventes aux enchères
programmées tous les deux mois, réduisant ainsi les réserves de
l'Angleterre à un plancher historique de 314 tonnes -- contre 2 500 tonnes
au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, au début des années 50.

Apparemment sûr de vendre dans les pires conditions, le Trésor britannique
crut bon d'annoncer à l'avance les dates et les quantités d'or qu'il
offrirait sur le marché, dans un souci de "flexibilité et de transparence".

Mais il y a peut-être pire. Certaines Banques centrales, dont la Fed,
auraient discrètement prêté sous forme de SWAP (prêts entre banques) 
— et afin de rentabiliser un actif dormant — des quantités d'or bien
supérieures aux stocks officiels. A charge pour les emprunteurs — la plupart
s'empressant de vendre à leur tour cet or à découvert pour surfer sur la
tendance — de se débrouiller pour rembourser la Fed au cas où les cours se
mettraient à remonter, une hypothèse jugée alors très improbable.

De nombreux bons connaisseurs des turpitudes du marché aurifère sont plus
que jamais convaincus qu'il faudrait, pour solder toutes les positions
short et déboucler tous les SWAPS accumulés ces 15 dernières années,
beaucoup plus d'or que n'en détiennent les institutions précitées. Et
beaucoup plus d'or que ne pourraient en extraire du sol l'an prochain les
plus grandes sociétés minières — sur la base des quantités produites
annuellement, et qui sont connues avec un assez bon degré d'exactitude.

▪ Alors que l'once d'or battait son record absolu en dollars à 1 180 $ et
rééditait son zénith de mars 2008 en euros à 778 euros, me sont revenus en
mémoire divers articles bien documentés et concordants qui circulent sur
Internet et qui dépeignent une gigantesque arnaque aux faux lingots, dont
plusieurs mètres cubes — oui, cela représente des milliers de tonnes ! —
auraient atterri, et pas par hasard, dans les coffres fédéraux de Fort
Knox.

Il s'agirait de 640 000 barres de tungstène — même masse que l'or, mais
c'est un métal beaucoup plus dur et qui fond à des températures bien plus
élevées — de 400 onces plaquées à l'or fin. Elles ont été fabriquées par
une fonderie américaine ultrasophistiquée et ont reçu une immatriculation
tout à fait officielle. Cela se serait déroulé sous l'administration
Clinton et ces faux lingots, indétectables en cas d'immersion dans un
gabarit permettant d'identifier des faux lingots au plomb par exemple,
n'étaient probablement pas destinés à l'exportation.

Connaissez-vous Rob Kirby ? C'est un spécialiste reconnu de tout ce qui
touche au métal précieux. Il affirme connaître les gens qui ont les copies
des bons de transport des barres au tungstène, les adresses de livraison
et les dates. Ce qui n'aurait pas été stocké à Fort Knox aurait été vendu
sur le marché de l'or international. 5 600 à 5 700 fausses barres de 400
onces d'or viennent d'ailleurs d'être découvertes à Hong Kong.

Dans un premier temps, les spécialistes ont cru à une contrefaçon chinoise 
— on ne prête qu'aux riches — mais les numéros d'immatriculation
correspondent exactement à ceux provenant des lots fabriqués aux
Etats-Unis.

Les contrefacteurs — et rien ne prouve qu'il s'agit des Chinois, soyons
très clairs à ce sujet — ont peut-être poussé le souci de l'exactitude
jusqu'à graver les fausses barres avec des numéros qu'ils seraient
parvenus à se procurer de façon plus ou moins ingénieuse. Le NYMEX possède
en effet toutes les archives des cheminements des lingots.

Si Rob Kirby a réussi à récupérer de telles informations, d'autres que lui
peuvent également les détenir et en avoir fait un usage malhonnête, à
condition d'être bien organisé !

En effet, se procurer plusieurs dizaines de tonnes de métal industriel
raffiné, le fondre et le conditionner suppose une logistique de très haut
de gamme, le plaquage à l'or fin étant l'opération la plus simple de la
chaîne de fabrication.

D'après Rob Kirby, les lingots fourrés au tungstène ont essaimé de Londres
à Paris, en passant par Singapour, Francfort, Moscou, et peut-être aussi
dans les coffres des gens qui vendent de l'or papier.

Nous n'avons pas les moyens de pousser très loin nos propres
investigations mais les informations plus ou moins vérifiables qui
circulent ces dernières semaines suffisent à engendrer des comportements
de précaution — que nous décrivions en début de chronique — de la part
d'investisseurs qui n'auraient pas acheté une once d'or physique en temps
normal.
(fin du message)

USA, martial law , why ?


mercredi 25 novembre 2009

Les vaccins H1N1 à base de cellules souches sont illicites.

Les vaccins H1N1 à base de cellules souches sont illicites

Pour un catholique, cette position est confirmée par le Magistère explicite de l'Église qui, dans l'encyclique Evangelium vitæ - en se référant aussi à l'Instruction Donum vitæ de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi – affirme :

"L'Église a toujours enseigné, et enseigne encore, qu'au fruit de la génération humaine, depuis le premier moment de son existence, doit être garanti le respect inconditionnel qui est moralement dû à l'être humain dans sa totalité et dans son unité corporelle et spirituelle : l'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être innocent à la vie".

Lignées cellulaires pour vaccins.

Les lignées cellulaires sont souvent obtenues à partir de cellules souches embryonnaires, puisque qu'elles peuvent se multiplier à l'infini.


Ces cellules souches embryonnaires sont des personnes humaines.

Académie pontificale pour la vie

Déclaration sur la production et l'usage scientifique et thérapeutique des cellules souches embryonnaires humaines

dimanche 10 février 2008, par Blaise

La finalité du présent document est d'apporter une contribution au débat qui se développe et ne cesse de s'amplifier dans la littérature scientifique et éthique, comme dans l'opinion publique, sur la production et l'utilisation des cellules souches embryonnaires. Par conséquent, en raison de l'importance croissante que prend le débat sur leurs limites et leur licéité, une réflexion s'impose pour mettre en évidence leurs implications éthiques.

Dans une première partie, on exposera très brièvement les données les plus récentes de la science sur les cellules souches, et les données de la biotechnologie sur leur production et leur utilisation. Dans une seconde partie, on attirera l'attention sur les problèmes éthiques les plus importants que soulèvent ces nouvelles découvertes et leurs applications.

Aspects scientifiques

L'expression "cellule souche" a pour définition communément acceptée - même si quelques aspects demandent encore un plus grand approfondissement - d'être une cellule qui a deux caractéristiques :

1) la capacité d'auto-renouvellement illimité, c'est-à-dire de se reproduire longtemps sans se différencier ;

2) la capacité de donner naissance à des cellules progénitrices de transition, avec une capacité limitée de prolifération, cellules dont proviennent des populations de cellules hautement différenciées (nerveuses, musculaires, hématiques, etc.). Depuis trente ans environ, ces cellules ont constitué un vaste domaine de recherches, soit dans des tissus adultes, soit dans des tissus embryonnaires et dans des cultures in vitro de cellules souches embryonnaires d'animaux d'expérimentation. Mais l'attention publique pour ces cellules a été récemment attirée par le franchissement d'un nouveau pas : la production de cellules souches embryonnaires humaines.

Les cellules souches embryonnaires humaines

La préparation de cellules souches embryonnaires humaines (ES, ESc, Embryo Stem cells) implique aujourd'hui :

1) la production d'embryons humains et/ou l'utilisation des embryons surnuméraires provenant de la fécondation in vitro ou de la cryoconservation ;

2) leur développement jusqu'au stade de blastocyste initial ;

3) le prélèvement des cellules de l'embryoblaste ou masse cellulaire interne (ICM) - opération qui nécessite la destruction de l'embryon ;

4) la mise en culture de ces cellules sur une couche nourricière de fibroblastes embryonnaires irradiés de rats en terrain adapté, où elles se multiplient et s'associent jusqu'à former des colonies ;

5) mises en culture répétées des cellules des colonies obtenues, qui conduisent à la formation de lignées de cellules capables de se multiplier indéfiniment, tout en conservant les caractéristiques de cellules souches (ES) pendant des mois et des années.

Cependant, elles ne constituent que le point de départ pour la préparation des lignées de cellules différenciées, à savoir des cellules qui possèdent les caractéristiques propres aux différents tissus (musculaires, nerveux, épithéliales, hématiques, germinaux, etc.). Les méthodes pour les obtenir sont encore à l'étude ; mais l'inoculation d'ES humaines chez les animaux d'expérimentation (rat), ou leur culture in vitro en terrain conditionné jusqu'à leur association, ont démontré qu'elles sont capables de donner naissance à des cellules différenciées qui dériveraient, dans le développement normal, de trois petits follicules embryonnaires différents : endoderme (épithélium intestinal), mésoderme (cartilage, os, muscle lisse et strié) et exoderme (épithélium neural, épithélium squameux).

Ces résultats ont ébranlé le monde scientifique autant que biotechnologique - en particulier médical et pharmacologique - de même que le monde commercial et médiatique : grandes apparaissaient les espérances laissant envisager que les applications qui pourraient en résulter ouvriraient des chemins nouveaux et plus sûrs pour la thérapie de maladies graves, chemins que l'on est en train de rechercher déjà depuis des années. Mais, c'est surtout le monde politique qui fut ébranlé. Aux États-Unis en particulier, face au Congrès, qui depuis des années déjà refusait de soutenir avec des fonds fédéraux des recherches dans lesquelles seraient détruits des embryons humains, les réponses furent entre autres : les fortes pressions du NIH (National Institutes of Health) afin d'obtenir des fonds au moins en vue de l'utilisation des cellules souches produites par des groupes privés ; et les recommandations de la part du NBAC (National Bioethics Advisory Committee), institué par le Gouvernement fédéral pour l'étude du problème, afin que soient octroyés des fonds publics non seulement pour la recherche sur les cellules souches embryonnaires, mais aussi pour leur production ; plus encore on insiste pour que soit définitivement annulé l'avis en vigueur qui fait office de loi sur l'usage des fonds fédéraux pour la recherche sur les embryons humains.

Vont également dans le même sens la Grande-Bretagne, le Japon et l'Australie.

Le clonage thérapeutique

Il était apparu évident que l'usage thérapeutique des ES, comme telles, comportait des risques notables, puisqu'elles étaient cancérigènes, comme on l'avait constaté dans l'expérimentation sur le rat. Il aurait donc été nécessaire de préparer des lignées spéciales de cellules différenciées en fonction des besoins ; et il ne semblait pas possible de les obtenir dans un court laps de temps. En réalité, même si on avait réussi, il aurait été bien difficile d'être certain de l'absence totale de cellules souches dans ce qui est inoculé ou dans l'implant thérapeutique, avec les risques qui s'y rattachent ; et, de plus, on aurait dû recourir à des traitements ultérieurs pour surmonter l'incompatibilité immunologique. Pour ces raisons, on proposa trois chemins de "clonage thérapeutique", qui puissent préparer des cellules souches embryonnaires humaines pluripotentes avec un patrimoine génétique bien défini, cellules auxquelles on ferait emprunter ensuite la différenciation désirée.

1. Transfert du noyau d'une cellule d'un sujet donné dans un oocyte humain énucléé, suivi d'un développement embryonnaire jusqu'au stade de blastocyste et de l'utilisation des cellules de la masse cellulaire interne (ICM), en vue d'obtenir les ES et, à partir d'elles, les cellules différenciées souhaitées.

2. Transfert du noyau d'une cellule d'un sujet donné vers un oocyte d'un autre animal. Un éventuel succès devrait conduire - comme on le suppose - au développement d'un embryon humain, qu'on pourrait utiliser comme dans le cas précédent.

3. Reprogrammation du noyau d'une cellule d'un sujet donné en fusionnant le cytoplasme des ES avec le karyoplaste d'une cellule somatique, obtenant ainsi un "cybride" : une telle possibilité est encore à l'étude. De toute façon, même cette voie semblerait exiger une préparation préalable des ES d'embryons humains.

Au stade actuel, la recherche scientifique s'oriente de préférence vers la première voie, mais il est clair que, du point de vue moral, comme nous le verrons, les trois solutions envisagées sont inacceptables.

Les cellules souches adultes

À partir des études sur les cellules souches de l'adulte (ASC - Adult Stem Cells), réalisées durant une trentaine d'années, il était apparu clairement que, dans de nombreux tissus adultes, sont présentes des cellules souches, capables de ne donner naissance qu'à des cellules propres à un tissu donné. On ne pensait donc pas à la possibilité de leur reprogrammation. En revanche, au cours de ces dernières années, on découvrit aussi dans différents tissus humains des cellules souches pluripotentes - dans la moelle osseuse (HSCs), dans le cerveau (NSCs), dans le mésenchyme (MSCs) de divers organes et dans le sang du cordon ombilical (P/CB, placental/Cord blood) - capables alors de donner naissance à plusieurs types de cellules, en majorité hématiques, musculaires et nerveuses. On a vu comment les reconnaître, comment les sélectionner, comment les stimuler dans leur développement et comment les conduire à former différents types de cellules matures au moyen de facteurs de croissance et de protéines régulatrices. Un chemin notable a même déjà été parcouru dans le domaine expérimental, mettant également en application les méthodes les plus avancées d'ingénierie génétique et de biologie moléculaire par l'analyse du programme génétique qui agit dans les cellules souches, et par la transduction de gènes désirés dans des cellules souches ou progénitrices qui, implantées, sont capables de restituer leurs fonctions spécifiques à des tissus endommagés. Il suffit de souligner, sur la base de quelques travaux cités en note, que, chez l'homme, les cellules souches de la moelle osseuse, à partir desquelles se forment toutes les lignées de cellules hématiques, ont comme marqueur de reconnaissance la molécule CD34 et que, purifiées, elles sont capables de reconstituer l'intégralité de la population de cellules hématiques chez les patients qui reçoivent des doses ablatives de radiations et de chimiothérapie, et cela à une vitesse proportionnelle à la quantité utilisée de cellules. Plus encore, on a déjà des indices sur la manière d'orienter le développement des cellules souches nerveuses (NSCs) en utilisant différentes protéines - parmi lesquelles la neuroréguline et la protéine 2 osteomorphogène (BMP2, Bone Morphogenetic Protein 2) -, qui sont capables de conduire les NSCs à devenir des neurones ou des cellules gliales (cellules neuronales de soutien, productrices de myéline) ou encore du muscle lisse.

La satisfaction, malgré tout prudente, avec laquelle se concluent beaucoup des travaux cités est un indice des grandes promesses que les "cellules souches adultes" permettent d'entrevoir pour une thérapie efficace de nombreuses pathologies. Ainsi, D. J. Watt et G. E. Jones affirment : "Les cellules souches musculaires, de la lignée myoblastique embryonnaire ou adulte, peuvent devenir des cellules de plus grand intérêt pour des tissus différents du tissu d'origine, et être la clé de thérapies futures, même pour des maladies autres que des maladies d'origine myogène" (p. 93) ; J. A. Nolta et D. B. Kohn soulignent : "Les progrès dans l'utilisation de la transduction génique dans les cellules souches hématopoïétiques ont conduit à lancer des expérimentations cliniques. Les informations que l'on en obtiendra guideront les développements futurs. En définitive, la thérapie génique pourra permettre de traiter des maladies génétiques et acquises sans rencontrer les complications dues aux transplantations de cellules allogènes" (p. 460) ; et D. L. Clarke et J. Frisén confirmaient : "Ces études suggèrent que les cellules souches dans les différents tissus adultes peuvent être beaucoup plus proches, malgré ce que l'on pensait jusque-là, des cellules embryonnaires humaines, jusqu'à avoir dans certains cas un répertoire très semblable" et " elles démontrent que des cellules nerveuses adultes ont une large capacité de développement et sont potentiellement aptes à être utilisées pour produire une variété de sortes de cellules pour des transplantations en cas de maladies diverses".

Tous ces progrès et les résultats déjà obtenus en ce qui concerne les cellules souches de l'adulte (ASC) laissent donc entrevoir non seulement leur grande plasticité, mais aussi leur grande capacité d'utilisations, vraisemblablement pas différente de celle des cellules souches embryonnaires (ES), étant donné que la plasticité dépend en grande partie d'un contrôle génétique, qui pourrait être reprogrammé.

Évidemment, il n'est pas encore possible de comparer les résultats thérapeutiques obtenus ou ceux qui peuvent l'être en utilisant les cellules souches embryonnaires et les cellules souches adultes. En ce qui concerne ces dernières, des expérimentations cliniques sont déjà en cours dans différents laboratoires pharmaceutiques ; elles laissent entrevoir de bons succès et offrent des espoirs sérieux dans un avenir relativement proche. En ce qui concerne les premières, même si différentes approches expérimentales donnent des éléments positifs, leur application dans le domaine clinique - en raison des graves problèmes éthiques et légaux qui y sont liés - demande une nouvelle et sérieuse prise en considération et un grand sens de la responsabilité face à la dignité de tout être humain.

Problèmes éthiques

Étant donné la nature du document, on formulera brièvement les problèmes éthiques essentiels posés par ces nouvelles technologies, indiquant la réponse qui se dégage d'une prise en considération attentive du sujet humain depuis le moment de sa conception ; cette prise en considération est à la base de la position affirmée et proposée par le Magistère de l'Église.

Le premier problème éthique, fondamental, peut être ainsi formulé : "Est-il moralement licite de produire et/ou d'utiliser des embryons humains vivants pour la préparation d'ES ?"

La réponse est négative, pour les raisons suivantes :

1. Sur la base d'une analyse biologique complète, l'embryon humain vivant est - à partir de la fusion des gamètes - un sujet humain avec une identité bien définie, qui, dès ce moment-là, commence son propre développement de façon coordonnée, continue et graduelle, de sorte qu'il ne pourra être considéré, à aucun stade ultérieur, comme un simple amas de cellules.

2. Il s'ensuit que, comme "individu humain", il a droit à sa vie propre ; c'est pourquoi toute intervention qui n'est pas en faveur de l'embryon lui-même constitue un acte qui lèse ce droit. La théologie morale a depuis toujours enseigné que, dans le cas du "ius certum tertii", le système du probabilisme n'est pas applicable.

3. Par conséquent, l'ablation de la masse cellulaire interne (ICM) du blastocyste, qui altère de façon grave et irréparable l'embryon humain, en arrêtant son développement, est un acte gravement immoral et donc gravement illicite.

4. Aucune fin considérée comme bonne, telle l'utilisation de cellules souches qui pourraient en être obtenues pour la préparation d'autres cellules différenciées en vue de traitements thérapeutiques dont on pourrait beaucoup attendre, ne peut justifier une telle intervention. Une fin bonne ne rend pas bonne une action en soi mauvaise.

5. Pour un catholique, cette position est confirmée par le Magistère explicite de l'Église qui, dans l'encyclique Evangelium vitæ - en se référant aussi à l'Instruction Donum vitæ de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi – affirme : "L'Église a toujours enseigné, et enseigne encore, qu'au fruit de la génération humaine, depuis le premier moment de son existence, doit être garanti le respect inconditionnel qui est moralement dû à l'être humain dans sa totalité et dans son unité corporelle et spirituelle : l'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être innocent à la vie".

Le deuxième problème éthique peut être formulé ainsi : est-il moralement licite de réaliser le "clonage thérapeutique" à travers la production d'embryons humains et la destruction qui en résulte pour la production d'ES ?

La réponse est négative, pour la raison suivante :

Tout type de clonage thérapeutique qui implique la production d'embryons humains puis leur destruction, en vue d'en obtenir des cellules souches, est illicite, car on revient à la question éthique précédemment exposée, qui ne peut recevoir qu'une réponse négative.

Le troisième problème éthique peut être formulé ainsi : Est-il moralement licite d'utiliser les ES et les cellules différenciées qui en proviennent, éventuellement fournies par d'autres chercheurs ou que l'on peut trouver dans le commerce ?

La réponse est négative, car au-delà du partage, formel ou non, de l'intention moralement illicite de l'agent principal, dans le cas présent, il y a une coopération matérielle très proche dans la production et la manipulation d'embryons humains de la part des producteurs ou des fournisseurs.

En conclusion, le sérieux et la gravité du problème éthique posé par la volonté d'étendre au domaine de la recherche humaine la production et/ou l'utilisation d'embryons humains, même dans une perspective humanitaire, apparaissent comme évidents.

Le fait, désormais vérifié, qu'il est possible d'utiliser des cellules souches adultes pour atteindre les finalités auxquelles on souhaiterait parvenir avec les cellules souches embryonnaires - même s'il faut encore beaucoup de développements ultérieurs dans l'un et l'autre domaines avant d'avoir des résultats clairs et définitifs - indique la première position comme la voie la plus raisonnable et la plus humaine en vue d'un progrès convenable et valable dans ce domaine nouveau qui s'ouvre à la recherche et qui permet d'envisager des applications thérapeutiques prometteuses. Cela représente sans aucun doute une grande espérance pour un bon nombre de personnes qui souffrent.

Le 25 août 2000

Le Président, Prof. Juan de Dios Vial Correa

Le Vice-Président, S.E. Mgr Elio Sgreccia

Accueil du site > Point de Vue Catholique > Bioéthique > Déclaration sur la production et l'usage scientifique et (...)

"Un officier catholique de la Garde côtière étatsunienne, Joseph Healy, avait refusé la vaccination obligatoire contre l'hépatite A parce que le vaccin proposé était fabriqué à partir d'un enfant avorté à 14 semaines.

La Garde côtière permet des exemptions religieuses pour ceux dont les croyances s'opposent à l'immunisation, mais ses supérieurs ont refusé l'exemption au lieutenant-commandant Healy sous prétexte que la foi catholique ne s'oppose pas à la vaccination (ce qui est certes vrai). L'officier ayant été en justice la Garde côtière vient - ce 9 mai - de dire qu'elle accordait l'exemption demandée. Ceci attire l'attention sur une horrible réalité : aujourd'hui de nombreux vaccins ... sont fabriqués à partir d'enfants avortés !!! L'association Children of God lutte contre cette pratique et demande au moins l'obligation de renseignement sur les sources des vaccins. ...

L'Académie pontificale pour la vie a rédigé un excellent document sur la question, très précis, en anglais, intitulé : Moral Reflections on vaccines prepared from Stem Cells derived from aborted Human Foetuses. Le document fait une liste provisoire de vaccins provenant de cadavres d'embryons (e.g. Poliovax contre la polio, Imovax contre la rage…), puis étudie la gravité morale des différentes coopérations avec cette horreur : la préparation, la distribution et la publicité, pour de tels vaccins, sont illicites car constituent une coopération formelle passive à l'avortement; les producteurs de tels vaccins se rendent coupables d'une coopération matérielle passive s'ils ne recherchent pas d'autre source de vaccin pour la même maladie; les utilisateurs, simples citoyens, commettent une coopération matérielle passive et éloignée au mal, d'autant que cela renforce le consensus social d'acceptation de la pratique."

Ces entreprises fabriquent leurs vaccins avec des embryons tirés d'avortements

Merck, GSK Merck, GSK Sanofi, Berna GSK Sanofi Merck, GSK Merck GSK. Merck Merck. Merck. Sanofi Pasteur Sanofi Pasteur, GSK Sanofi Pasteur Amgen Eli Lilly Merck. Acambis Crucell/NIH MedImmune Vaxin, Sanofi Merck, Novartis

S. Ertelt: USA: Vaccins H1N1 moralement OK

En lisant l'article de la Tribune de Genève de ce samedi-dimanche sur le vaccin H1N1, j''ai particulièrement apprécié le fait que personne, y compris au niveau du personnel de la santé, ne sera obligé d'être vacciné. Cependant si l'article mentionne  le scalène dans la composition du vaccin H1N1 (un risque ? http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=2009... http://desiebenthal.blogspot.com/2009/09/questions-sur-un...  ) il ne répond pas à la question fondamentalement éthique : ce vaccin (ainsi que les vaccins saisonniers…)  utilise t'il des cellules d'origine humaine ?  Les citoyens américains ont réussi, dans ce cas précis, à faire prévaloir leur droit fondamental à l'objection de conscience ;  ils seront donc vaccinés éthiquement.  Et nous ?

Un groupe pro-vie qui surveille les vaccinations a le plaisir de signaler que les nouveaux vaccins H1N1 de la grippe porcine que le gouvernement fédéral distribuera le mois prochain n'utilisent pas de cellules de bébés tués par les avortements. D'autres vaccinations ont été condamnées pour s'appuyer sur de telles cellules dans leur formulation de vaccins.

Children of God for Life affirme à LifeNews.com que les 4 nouveaux vaccins H1N1 (grippe porcine) approuvés à la fin de la semaine passée par le FDA n'utilisent pas des lignées de cellules fœtales avortées.

Les 4 vaccins sont faits par Sanofi Pasteur, Novartis, CSL and Medimmune et tous utilisent les oeufs de poussin au lieu des cellules des humains.

Debi Vinnedge, directrice du groupe explique à LifeNews.com. : "Nous sommes satisfaits de constater que les compagnies pharmaceutiques ont choisi ces lignées cellulaires ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Lign%C3%A9e_cellulaire ) pour les vaccins H1N1 de cette année. Il y a suffisamment de préoccupations au sujet de la santé et de la sécurité publiques sans que l'on complique les problèmes avec des questions morales."

Vinnedge fit remarquer qu'il y a deux méthodes pour produire des vaccins contre la grippe et le H1N1: Des embryons de poussins ou des cultures cellulaires. ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Culture_cellulaire ).

L'embryon de poussin est la méthode standard qui a été utilisée pour produire tous les vaccins contre la grippe depuis des années, dit-elle. Le problème avec cette méthode, c'est que chaque fois que l'on a besoin d'un nouveau lot de vaccins, on doit utiliser des oeufs frais ce qui rend plus difficile de mettre les vaccins à la disposition du marché en temps voulu pour correspondre à la saison grippale annuelle.

De ce fait, l'industrie pharmaceutique a travaillé sur une méthode qui accélérerait le développement et le temps du processus en utilisant une culture cellulaire établie. A la différence de l'embryon de poussin, on a développé des lignées cellulaires approuvées par le FDA et on les a congelé pour un usage futur de façon à ce que le temps de production soit considérablement réduit.

Plusieurs compagnies pharmaceutiques telles que Medimmune, Protein Science and Novavax sont en train de développer ces futurs vaccins contre la grippe en utilisant une culture cellulaire morale du type MDCK ou du type cellules d'insectes. Mais certains fabricants comme Sanofi Pasteur et Vaxin sont en train de développer les cultures cellulaires de leurs vaccins en utilisant des lignées de cellules fœtales avortées, PER C6.

Pour Vinnedge, "Il n'est absolument pas nécessaire d'utiliser des lignées de cellules foetales avortées."

Elle poursuit: "Si ces compagnies avaient vraiment à cœur la santé du public, elles prendraient en considération les préoccupations morales de millions de familles qui vont refuser leurs produits."

Vinnedge a suivi de près les processus de culture cellulaire et les premiers essais cliniques montrent que les vaccins élaborés moralement seront les premiers à toucher le marché --- un soulagement bienvenu à la fois pour les parents et les professionnels de la santé qui ont pressé l'industrie d'utiliser des lignées cellulaires produites éthiquement.  

Un peu plus tôt cette année, le FDA a également approuvé les vaccins habituels contre la grippe pour la saison 2009-2010 qui  sont aussi produits moralement à base d'œufs de poussin.

L'avocate pro-vie remarque que si les Centers for Disease Control et le FDA veulent s'assurer que le plus de gens possibles reçoivent ces futurs vaccins, il serait sage d'encourager les compagnies pharmaceutiques à utiliser des lignées cellulaires morales.

"Il n' y a pas de raison pourquoi quelqu'un devrait compromettre la santé et la sécurité de sa famille à cause de leurs profondes convictions morales et religieuses,"  conclut Vinnedge. "Il est grand temps que notre gouvernement et l'industrie pharmaceutique commencent à écouter le public."

STEVEN ERTELT,  New H1N1 Swine Flu Vaccines Don't Rely on Cells From Babies Killed in Abortion, 21 septembre 2009 http://www.lifenews.com/nat5490.html  With permission and many thanks!

Children of God for Life - http://www.cogforlife.org

http://www.cogforlife.org/SCPIJune2009news.pdf Possible corrélation entre autisme et vaccination cannibale

http://www.soundchoice.org/

 

Et pis…

Ps 1. http://www.lifenews.com/int1328.html Le vote de l'Irlande – sous hautes surveillance et  pression européennes - approchant, se on rappellera que la Pologne a été condamnée par la Cour Européenne pour être une nation pro vie (en pseudo violation de l'article 8) et qu'un journal polonais vient d'être condamné à payer une amende astronomique pour avoir critiqué la décision d'une femme à avorter.

Ps.2 http://www.lepost.fr/article/2009/08/26/1670339_elle-recl... http://www.pi-news.net/2009/08/die-linke-embryos-sind-zel...  http://wikileaks.org/leak/die-linke-spaetabtreibung.pdf  Frau Huberty réclame le droit de tuer un enfant jusqu'à l'âge de 3 ans.

Ps 3 http://www.libertepolitique.com/respect-de-la-vie/5552-eu...  Tout est lié ? Euthanazie : les Pays-Bas montrés du doigt par les Nations Unies ! Les papis et mamies néerlandais se réfugient en Allemagne pour éviter le zèle exterminateur de leurs toubibs tout puissants et de leurs proches empressés.

Ps.4 http://www.libertepolitique.com/actualite/54-internationa...  Le Lancet, la production de 10 milliards de préservatifs et le réchauffement climatique…

ps.5 http://www.zigonet.com/mariage/des-indiens-ont-pour-sloga... Inde: Des épouses pour nos votes!

Ps.6: www.uklifeleague.com... Au 21.9.2009: http://www.medicalnewstoday.com/articles/164479.php Presque 400 avortements médicaux ont été pratiqués dans 2 cliniques de généralistes au cours de cette année (d'août 2008 à juillet 2009) depuis l'autorisation donnée au premier cabinet de GP. The LifeLeague  says:  We will continue to campaign against this truly disgusting development, please click here to urge your MP to do all in their power to oppose abortions being carried out in GP surgeries .http://www.guardian.co.uk/science/2009/sep/16/abort... Les femmes qui ont eu un avortement peuvent encourir un risque accru de donner subséquemment naissance à des bébés prématurés ou de faible poids, selon une étude qui va alimenter encore plus le débat sur l'avortement. The LifeLeague says: Nous accueillons cette révélation comme une autre preuve fondant la confirmation de la cause pro vie. http://www.guardian.co.uk/lifeandstyle/2009/sep/13/mother... Les femmes peuvent risquer leur vie et leur compte en banque avec les traitements in vitro

 

http://www.youtube.com/watch?v=8Me2oOA_Ntg&NR=1

14:19 Publié dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (0) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note



mardi 24 novembre 2009

Argent provincial en Argentine

                                            

Conférence du Docteur Osvaldo CIRNIGLIARDO,
                                                       de Tucumán, Argentine


Votre Éminence Cardinal Bernard Agré,


Messeigneurs les Évêques, les Directeurs des Pèlerins de Saint Michel et les autres participants.

J'ai le grand honneur d'être présent en cette semaine d''Études, en en premier lieu, je désir être le transmetteur du salut des habitants de la Province de Tucumán, Argentine, qui m'ont élu comme législateur du Parti Travailliste (Partido Laborista).

Ainsi, je crois que je suis l'unique homme politique à participer à cet événement ici avec l'espoir d'apprendre des méthodes alternatives qui puissent soulager les maux des peuples. Vous me voyez ravi par tout ce que j'entends ici, et de constater que lorsque nous pratiquons les mêmes thèmes et avons des conceptions identiques, nous agissons de la même manière en n'importe quel endroit du monde, même sans nous connaître.

Ces jours-ci, nous avons appris ce singulier mécanisme du Crédit-Spécial qui confirme ce que nous pensons avec d'autres que le développement intégral de l'homme doit être anthropocentrique, donc le centre de nos savoirs. En ce sens, aucune doctrine politique, religieuse, économique ou sociale ne peut avoir d'autre objectif.

Les réalités du manque de ressource et de la pauvreté que j'ai écouté ici me touchent particulièrement. Mais je dois vous avouer que quoique je vienne d'un pays riche de toutes sortes de ressources naturelles, la pauvreté le touche de la même façon. L'Argentine, qui a la capacité d'alimenter 380 millions d'habitants en est habitée par 40 millions, dont 25 millions vivent sous le seuil de la pauvreté. Parmi ceux-ci, 10 millions sont indigents.

Alors je me demande pourquoi donc tous les pays ont tant de pauvres et d'indigents, indépendamment de leurs dotations en ressources naturelles?

Quelle en est la raison? Y-a-t-il inefficience dans l'application et l'usage de toutes ces ressources? Existe-il des problèmes techniques que l'homme ne sache résoudre? Ou peut-être un système politique, économique ou social injuste qui fait que plus de la moitié des habitants de la planète sont dans l'impossibilité de satisfaire leurs besoins minimum de survie?

En tant que professionnel d l'économie, je propose de retourner aux sources où j'ai étudié, et je me rappelle d'un livre classique, que tous les étudiants américains en économie ont du étudier. Paul Samuelson fut un professeur qui laissa gravé dans nos esprits le fruit de ses meilleurs efforts à nous enseigner que l'économie est une science qui étudie le comportement humain par la transformation des ressources rares en biens et services qui seront distribués entre les membres d'une communauté

Et en outre, il précisa que les problèmes de base que doit résoudre une société sont: QUE PRODUIRE? COMMENT PRODUIRE? POURQUOI PRODUIRE? Les réponses à ces interrogations servent pout évaluer si la société a été capable de résoudre les problèmes centraux que propose n'importe quelle économie.

Nous savons que se sont développées des techniques tel que produire tout ce qu'on propose, la seconde question y répond par elle-même. La réponse à la première question: QUE produire? est plus complexe, car elle dépend des décisions politiques des peuples; tandis que la troisième question: POUR QUI PRODUIRE a une réponse qui se base sur l'injustice plus absolue DU SYSTÈME ÉCONOMIQUE en vigueur. Cette société est capable de dépenser des quantités colossales d'argent pour la recherche spatiale et de doter quelques nations d'armements capable de détruire la planète en une minute. Mais elle exhibe alors le stigmate déshonorant de laisser mourir de faim des peuples entiers. Cette conclusion catégorique nous dit que le système a échoué.

Les deux mécanismes qui servent à lier l'existence de ressources rares face aux besoins des peuples: le libéralisme et le socialisme ont échoué. Ils ont échoué parce que dans ces deux propositions existe un effort de domination et d'exploitation de l'homme. Jamais l'on propose de résoudre les problèmes. Au contraire, le libéralisme et le socialisme ont démontré un mépris pour la condition humaine, à tel point que beaucoup de peuples ont succombé par la faim, la guerre, les déprédations, les tortures et les génocides de masse.

Cela se doit au fait que ces deux doctrines ont une base crûment matérialiste et régressent par le pouvoir de ce pouvoir lui-même et non dans la recherche d'une solution. Pour ce type de pouvoir, tout se concentre dans la force et non dans la raison. Une société humaine qui nie la Justice, entame un processus inexorable qui la conduit à sa propre destruction.

À l'intérieur des mécanismes développés, surtout par le capitalisme, celui du système financier a produit un résultat pervers. L'usure a servi comme moyen habituel de domination en faisant de l'argent un instrument satanique de perdition.

L'argent survient pour faciliter le troc des marchandises, il sert pour exprimer, par des unités déterminées, les valeurs que les choses ont déjà. L'argent devrait aussi avoir une fonction de réserve de valeur, c'est à dire que la personne qui a obtenu cet argent possède un pouvoir d'achat qu'elle pourra matérialiser au moment qu'elle estime opportun. Et enfin, l'argent sert également comme moyen de paiement des charges pécuniaires et de transfert de pouvoir d'achat.

Maintenant, nous allons mettre à découvert là où se trouve le piège des usuriers. L'argent étant un bien intermédiaire, il ne devrait pas avoir de valeur en lui-même. C'est une condition essentielle que le pain qui coûte 5 dollars et le lait 2 dollars conservent cette valeur. Je répète, c'est une condition essentielle que l'argent n'ait pas de prix. Quant à l'argent qui a un prix, pour beaucoup, c'est le taux d'intérêt. Nous subissons donc directement de la part de ceux qui manipulent les fluctuations du prix de l'argent, la manipulation directe de la valeur de tous les biens produits au monde.

Je ne vais pas m'arrêter sur l'endettement de tous les pays par l'usure internationale alors que j'ai le droit de le faire, parce que quand j'exerçais la fonction de ministre de l'économie de Tucumán, je pus diminuer la dette publique externe de cet État-là de 35% en seulement dix huit mois de fonction. Si, en tant que ministre de l'économie, j'aurais cédé aux pressions usuraires et que j'aurais pratiqué l'endettement de l'État comme action permanente de gouvernement ainsi que le firent tous mes autres collègues, je dis bien TOUS, je ne serais pas ici en face de vous en train de vous en parler.

Cela est la raison par laquelle, dans mon pays, pour le développement et la mise en pratique de ces idées, je fus un politique poursuivi par la dernière dictature militaire et par l'actuelle narcodémocratie en vigueur.

Je vous raconte que j'assumai le Ministère dans des moments où l'on s'endettait jusqu'à cinq moid de salaire personnel de l'État, où les besoins de financement exédaient les possibilités et il pleuvait alors des offres des banques du pays et de l'extérieur avec des taux d'intérêts exagérés, mais avec de bonnes commissions... Alors j'ai procédé à la création d'argent, ce qui était impensable dans un État provincial. Et si en plus cet État-là était libéral, créer de l'argent sans la permission des maîtres, des patrons de l'économie, c'était une cause d'excommunication. Bon, depuis lors, je suis excommunié de l'église de Lucifer.

Je m'en tiens à expliquer son fonctionnement de cet argent. J'émis dix millions de pesos. Je payais les salaires le 30 du mois et ces bons-là pouvaient être présentés à la banque qui était une banque d'État, à partir du 18, jusqu'au 28 du mois suivant.

La presse du système nous attaqua furieusement et le peuple acceptait, méfiant, ces papiers signés par le Gouverneur et par moi-même. Quand arriva le jour du 18, une multitude se rua sur la banque et le premier jour les gens changèrent 80% de ces bons pour de l'argent liquide, mais ils commencèrent à croire que ce mécanisme là fonctionnait. Les banques et le gouvernement national, qui restaient au service de l'usure et de l'endettement, me harcelaient. Le mois suivant, le premier jour donc d'échange, l'on changea seulement 40% du montant émis. Deux mois après, tout était déjà mélangé, l'argent national et les bons. Nous avions prouvé que le bon était un instrument de crédit populaire avec un taux d'intérêt égal à 0.

Durant le temps de ma fonction, le peuple de la Province de Tucumán épargna 1.750.000 dollars (un million sept cent cinquante mille) qui autrement auraient été dans les mains des usuriers. Quel a donc été la base de cette réussite? LA CONFIANCE, comme l'est la base de la réussite par le Crédit-Social que je suis venu apprendre.

Mais une hirondelle ne fait pas le printemps dit-on chez-moi.

L'Église Catholique a fait un formidable effort tout au long de deux millénaires pour racheter l'homme en cherchant à lui arracher son cœur de pierre pour y mettre un cœur de chair et d'Esprit saint. J'ai lu avec beaucoup d'attention le COMPENDIUM DE LA DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE paru en avril 2004, qui, avec un esprit généreux, nous donne à nous les hommes et les femmes de notre temps une œuvre merveilleuse.

Je me sens fier d'appartenir à l'Église du Christ et de pouvoir développer ma mission politique dans le Mouvement National Justicialiste (Movimiento Nacional Justicialista) qui, en tant qu'impulseur d'une révolution de paix, trouve sa base en une doctrine qui considère l'homme comme cause et fin de la Vie communautaire, c'est une théorie politique qui a contribué à mettre cette doctrine en chemin vers des réalisations pratiques. Le Justicialisme fut le promoteur responsable de la transformation sociale la plus impoprtante de l'histoire de l'Argentine.

Son initiateur, le Général Juan Domingo Perón, concevait l'homme comme un être dans ses frontières, en relation vers plus haut que lui. Avec Dieu. Dans une action portant À SE RELIER à plus haut que soi. Ce qui signifie l'ouverture de l'homme à la Vie éternelle céleste dans le déploiement d'une œuvre auto-perfectionnante, qui atteint sa plénitude par le culte. Ici bas, l'homme se lie au monde des choses de son domaine avec la nature que Dieu le Créateur y a mis, et ceci dans une relation de RESPECT obligé.

Aussi l'homme se met en relation avec les autres hommes dans une action d'INTÉGRATION qui est le fondement et l'origine d'une Communauté Organisée.

La rupture des relations portant À SE RELIER à plus haut que soi, de RESPECT, d'ACCEPTATION et d'INTÉGRATION génère une crise sociale pour avoir détruit l'homme. En ce sens, le Justicialisme propose une SOLUTION COMPLÈTE qui, restaurant ces relations en relevant l'homme de ses ruines jusqu'à l'élever aux plus hauts niveaux de son éminente dignité humaine.


La COMMUNAUTÉ ORGANISÉE est la société intégrée de bas en haut, qui partage le nœud primaire qui est celui de la famille, harmonise en un critère de justice les relations individuelles et des groupes sociaux offrant les conditions nécessaires pour que son mode d'action soit équilibré et rende possible la concrétisation du BIEN COMMUN.

Nous devons transformer les habitants d'un territoire comme des personnes intégrantes d'un peuple transcendant.

Je suis conscient que la mission que Le Christ confia à son Église - ainsi que le confirme le Compendium de la Doctrine Sociale - n'est pas d'ordre politique, économique ou social. Le but que Le Christ assigna est d'ordre religieux. Mais précisément, de cette même mission religieuse découlent des fonctions, des lumières et des énergies qui peuvent servir pour établir et consolider la communauté humaine selon la loi divine. L'Église a la compétence qui lui vient de l'Évangile: du message de la libération de l'homme annonçant et témoignant par Le Fils de Dieu fait homme. Pour cela, il doit servir de guide à l'organisation sociale, économique et politique des peuples.

Cependant malgré tant d'efforts créatifs, développés et propulsés à travers l'histoire, l'homme et la société sont confrontés aujourd'hui à une crise des valeurs la plus profonde qu'enregistre son évolution. Victime d'un profond relativisme sur son échelle des valeurs, l'homme traverse plein d'angoisse et de désenchantement une vie qu'il se trouve
obligé de vivre. En celle-ci, il ne vit pas, elle dure; en celle-ci, il ne trouve pas la paix, mais vit angoissé, il ne trouve pas de liberté car il vit en esclave; il ne reconnaît pas ses semblables et à cause de cela il vit isolé; ni la beauté, ni l'harmonie n'attirent son attention, alors il détruit; ses instincts se développent et s'exacerbent comme un centaure furieux; ses affects ne trouvent ni la paix, ni sa réalisation, ni dans son travail, ni dans sa famille, il en reçoit de la prise de drogue en petites doses létales qui l'endorment et le tranquillise par moment. Sentimental et désespéré, il cherche de vagues sensations, confondu qu'il est en un état de profonde dégradation. Ni le sexe débridé, ni la luxure toute puissante ne suffisent à le calmer. Ni même la douleur que provoque son attitude. Il transite désorienté, déambulant parmi les morts qu'il provoque, qui lui balisent le chemin de sa propre mort. Il a perdu irrémédiablement le sentiment de son immortalité. Déjà il ne veut pas vivre, en aucune manière.

L'homme actuel rendu esclave, désorienté et exclu d'un système économique cruellement compétitif a besoin de s'incorporer à la vie sociale, de s'intégrer dans sa communauté et de restaurer ses liens sociaux. Il lui faut une action décisive de l'État, mais pas de l'État prédateur actuel existant dans les pays Latino-Américains, ou bien l'État  confiscatoire du monde développé, mais de l'État organisateur et promoteur de la vie sociale, économique et politique d'un Peuple dans le besoin de restaurer son existence.

Cette action de l'État ne doit pas être isolée parce qu'il ne s'agit pas seulement d'améliorer les conditions économiques du Peuple, sinon de l'orienter inexorablement vers un chemin de progrès soutenu et durable.

Les usuriers firent perdre à l'homme son sens de l'immortalité, tous nous avons le devoir de lui rendre la foi en sa nature infinie.

Je voudrais terminer avec quelque paroles du Pape Jean-Paul II toujours présent dans nos mémoires:

"C' EST LA NUIT.  JE CONTEMPLE LE CHRIST MORT SUR LA CROIX, JE PENSE À TOUTES CES INJUSTICES ET CES SOUFFRANCES QUI PROLONGENT SA PASSION DANS TOUS LES COINS DE LA TERRE.  JE PENSE À TOUS LES ENDROITS OÙ L'ÊTRE HUMAIN EST OFFENSÉ ET HUMILIÉ, MALTRAITÉ ET EXPLOITÉ.  EN CHAQUE PERSONNE BLESSÉE PAR LA HAINE ET LA VIOLENCE , OU MARGINALISÉ PAR L'ÉGOÏSME ET L'INDIFFÉRENCE, LE CHRIST SOUFFRE ENCORE ET MEURE.  SUR LES VISAGES DES VAINCUS DE LA VIE SE DESSINE LES TRAITS DU VISAGE DU CHRIST QUI MEURE SUR LA CROIX.
AVE, CROIX, (SPES) ESPOIR UNIQUE. DE LA CROIX POUSSE AUSSI L'ESPÉRANCE POUR TOUS".

Merci beaucoup

Dr. Osvaldo CIRNIGLIARO
Argentine


 CONGRÈS International des Pèlerins de saint Michel qui a lieu chaque année de la fin août au début du mois de septembre
                           
    précédé de la Semaine d'Études du CRÉDIT-SOCIAL

                                               28 août au 7 septembre 2009

                                          Maison de l'immaculée des Pèlerins de Saint Michel
                                                   Rougemont, Québec-Canada

Enthousiasme en Argentine parmi ceux qui se soucient de leur nation avec le projet : 
Segunda República Argentina.
C'est en espagnol, tu devrais pouvoir en comprendre.

Il y a assez longtemps que je consulte parfois les articles de Adrian Salbuchi (1) argentin, très versé dans les sujets contemporains fondamentaux en différente échelles du monde. Il fait partie de ceux qui soulèvent et dénonce l'essentiel du système financier mensonger et destructeur.





(1) En cherchant sur internet, il y a des articles de lui en anglais et en français

Le capital suisse


Le capital suisse

« Dans l'histoire des peuples, la Suisse aura le dernier mot ».
Victor Hugo.

« … encore faut-il qu'elle le dise ».
Denis de Rougemont dans son livre
La Suisse ou l'Histoire d'un Peuple heureux.

Disons-le...

LA  BATAILLE  FINALE  DE  LA  CHRÉTIENTÉ  SE  FERA  AUTOUR  DU PROBLÈME  DE  L'ARGENT,  ET  TANT  QUE  CE PROBLÈME  NE  SERA  PAS  RÉSOLU, IL NE POURRA Y AVOIR  L'APPLICATION  UNIVERSELLE  DU CHRISTIANISME —

Honoré de Balzac

à lire attentivement le texte en lien ci-dessous, l'exemple suisse, le capital suisse, le capital à la Suisse...





Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

Rechercher dans ce blog

Translate

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

(c) Date de l'article, sinon 2000 Famille de Siebenthal, Lausanne, Suisse. 021 616 88 88

Sites que vous devriez visiter, merci

Saint Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html


http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes. Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Les combats intérieurs.

Les combats intérieurs.
Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus. Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous. Meaning of the coat of arms: Chapel of Gstaad, St Niklaus. Let the dragon that is in each of us within 7 locks. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Un pour tous, tous pour un.

Un pour tous, tous pour un.
Le dragon de nos armoiries qui crache le feu sur le casque.

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont en nous et qui nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire mieux agir en faveur du bien commun.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php

Les conseils du pape François pour se confesser

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

  • Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.
  • Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur »

I. Petits rappels sur le sacrement de Confession (ou de Pénitence ou de Réconciliation)

Un vrai chrétien a le souci constant de conserver son âme en état de grâce aux yeux de Dieu. Il sait, en effet, d’une part, que nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa mort et que, d’autre part, l’âme, pour être admise au bonheur parfait et éternel du Ciel, doit être entiè­rement purifiée du péché. C’est pourquoi il reçoit volontiers le sacrement de la Réconciliation.

Par ce sacrement, on obtient la rémission de tous les péchés person­nels (quelle qu’en soit la gravité) commis après le baptême. Ce pouvoir qu’avait le Christ, il l’a transmis à ses Apôtres quand, leur apparaissant après sa Résurrection, il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit : les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Jean, XX, 23). Ce pouvoir passa des Apôtres à leurs successeurs.


Tout chrétien doit recevoir ce sacrement au moins une fois chaque année. Il comporte :

L’examen des fautes commises.
Le regret de les avoir commises (Contrition).
La résolution sincère de les éviter à l’avenir.
L’accusation des péchés, au moins graves, à un prêtre approuvé, tenant la place de Dieu.
L’absolution donnée par le prêtre au nom de Jésus-Christ.
L’accomplissement de la pénitence qu’il a imposée (Satisfaction).


Le sacrement de pénitence produit notre propre mort au péché et notre résurrection à la vie en Dieu. Il prolonge ainsi notre baptême et nous prépare à l’eucharistie. Il doit laisser dans nos âmes une immense joie, car c’est un sacrement de vie.


II. Quelques conseils pour bien réaliser son examen de conscience

Par une courte prière, demander à Dieu et à Notre-Dame la grâce de bien connaître les péchés dont on est coupable.

S’examiner sur les Commandements de Dieu et de l’Église ; les péchés capitaux ; les devoirs de son état.

Pour aider le plus d’âmes possible, dont les besoins sont très divers, l’examen proposé ci-après est plutôt détaillé. Mais il est rappelé qu’en confession seule l’accusation des péchés mortels est obligatoire. Un péché est mortel quand, sachant pleinement que la matière en était grave, on l’a néanmoins commis avec un entier consentement. C’est alors une rupture d’amour avec Dieu. Et comme l’âme cesse ainsi d’être unie à Dieu - de qui elle tenait sa vie -, elle meurt surna­turellement : le péché a été "mortel" pour elle.

L’examen terminé, demander instamment à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’une vraie contrition des péchés com­mis et la ferme résolution de les éviter à l’avenir, conditions indispen­sables pour obtenir le pardon de ses péchés.

Pour exciter en soi le regret de ses fautes, réfléchir durant quelques instants :

au redoutable châtiment du purgatoire ou de l’enfer que l’on a mérité ;
aux souffrances et à la mort que Jésus-Christ endura pour l’expiation de nos péchés ;
à la bonté d’un Dieu d’amour et de miséricorde, offensé par le péché qui a produit une rupture profonde, surtout s’il a été mortel.

Puis, réciter lentement l’acte de contrition.

III. Quelques conseils pour recevoir le sacrement lui-même

Avant de rentrer au confessionnal, ou immédiatement en entrant, suivant la coutume, réciter le « Je confesse à Dieu… » LeConfiteor nous remet devant cette réalité du péché et nous fait accomplir le mouvement de « conver­sion » nécessaire, vers Dieu et vers les autres :

Parce que nous nous sommes opposés à l’Amour tout-puissant, en cherchant à réaliser notre bonheur contre Lui ou sans Lui, nous disons : « Je confesse à Dieu tout-puissant » ;

Parce que nous avons porté atteinte à l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, en nous séparant de tous ceux qui ont coopéré à cette œuvre, notamment de la Mère du Christ, nous disons : « Je confesse … à la Bienheureuse Marie toujours Vierge » ;

Parce que nous nous sommes opposés à l’œuvre de lutte et de fidélité des anges, l’attente des martyrs, des prophètes de l’Ancien Testament, morts pour que le Règne du Messie se réalise, à l’œuvre des apôtres et des saints qui ont travaillé pour le Christ, nous disons : « Je confesse… à saint Michel (vainqueur du démon), à saint Jean Baptiste (dernier des pro­phètes), aux apôtres (représentés par saint Pierre et saint Paul), et à tous les saints » ;

Enfin, parce que notre péché s’est opposé à toute l’Église et nous sépare des autres membres du Corps Mystique que le prêtre représente, en même temps qu’il tient la place de Jésus Christ, nous disons : « Je confesse… à vous, mon Père… ».


Avant de commencer l’énumération des péchés, préciser : le temps écoulé depuis la dernière confession ; un oubli ou une dissimulation de péché grave dans celle-ci ; une ou plusieurs mauvaises communions (en état de péché grave) ; une omission de la pénitence donnée (volontaire ou non).


Accuser sincèrement tous les péchés mortels que l’on a commis, avec leur nombre et les circonstances qui les ont modifiés (aggravés, allégés), comme par exemple, les péchés commis avec d’autres personnes qu’on a ainsi scandalisées, ou qu’on a entraîné au péché.

L’accusation des péchés véniels n’est pas indispensable car on peut en obtenir le pardon par d’autres moyens que la confession, par exemple la prière, l’aumône, la pénitence… Pourtant, cette accusation est fort conseillée car, par le sacrement de la Confession, on obtient des grâces spéciales pour éviter ces péchés véniels à l’avenir.

Dans le cadre de confessions régulières, on peut dire où l’on en est par rapport à son défaut dominant, ou par rapport à ses résolutions.

Si l’on est troublé ou que l’on a peur, ou tout simplement si on hésite, on peut demander au prêtre de nous interroger, ou de nous renseigner sur la gravité d’un péché.

Terminer par : « Je m’accuse de tous ces péchés, de tous ceux que j’aurais pu avoir oublié et de tous ceux de ma vie passée ; j’en demande très humblement pardon à Dieu, et à vous mon Père, pénitence et absolution si vous m’en jugez digne ».


Ecouter avec attention le mot d'exhortation du prêtre. Avant l'absolution, bien regretter ses péchés, et réciter à cet effet l'acte de contrition : « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplaît. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre sainte grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence. »


Après la confession, accomplir la pénitence imposée par le confesseur au plus tôt, afin de ne pas l’oublier ; remercier Dieu du pardon obtenu ; renouveler sa résolution d’éviter tout péché à l’avenir, surtout le péché grave.


Examen de conscience détaillé

Avant de commencer cet examen, adresser à Dieu cette prière :

Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il.


Examen sur les commandements de Dieu

1er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et l’aimeras plus que tout… »

Omission de la prière (en particulier le matin et le soir), de la fré­quentation des sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie… Communions ou confessions sacrilèges… Manque de respect des sacrements… Manque au jeûne avant la communion (une heure au moins)… Violation du secret de confession… Doutes volontaires contre la foi… Mise en péril de la foi par la lecture de journaux impies, par des fréquentations dangereuses… Respect humain… Manque de confiance en Dieu ou confiance présomptueuse en ses propres forces… Indifférence à l’égard de Dieu… Manque de soumission à la volonté de Dieu… Pratiques superstitieuses, spiritisme… Critiques de la religion… Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique… Négligence dans sa formation chrétienne…


2ème Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect… »

Emploi inutile du nom de Dieu… Blasphèmes, imprécations, jurons… Serments faux ou inutiles… Irrespect à l’égard des personnes et des choses consacrées à Dieu… Souhaits néfastes à l’égard de soi-même ou d’autrui… Non-accomplissement des vœux émis…


3ème Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur… »

Omission volontaire ou sans motif de l’assistance à la Messe domini­cale ou des fêtes d’obligation… Retard volontaire ou dissipation durant ces Messes… Travail fait ou ordonné sans nécessité ou permission… Recherches de distractions contraires à la sanctification du dimanche…


4ème Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère… »

Manque d’amour, d’affection, de respect, d’obéissance, d’assistance à l’égard des parents durant leur vie et de prière à leur intention après leur mort… Peine causée… Souhaits de mal… Disputes d’intérêt en famille… Manque de déférence et de soumission à l’égard des supérieurs…

Pour les parents à l’égard de leurs enfants : négligence dans leur édu­cation chrétienne ou leur pratique religieuse, mauvais exemples donnés, manque de surveillance, de soins, de disponibilité, de conseils ou de corrections nécessaire… Dureté, injustice, sévérité excessive…


5ème Commandement : « Tu ne tueras point… »

Meurtre, tentative de suicide, euthanasie… Avortements, stérilisations… Souhait de mort ou de malheur à l’égard d’autrui… Vengeance, coups, blessures, torts causés à la santé, drogues, alcool, mutilations… Insultes, injures, mépris, faux rapports, haine, violences, refus de pardonner, vengeances… Indifférence à la peine d’autrui… Scan­dales par mauvais exemples, par conseils ou approbation silen­cieuse…


6ème et 9ème Commandements : « Tu ne feras pas d’impureté… » et « Tu n’auras pas de désir impur volontaire… »

Pensées ou désirs impurs provoqués en soi ou chez les autres… Conversations, chansons, lectures, spectacles immoraux (TV, Internet…) Flirts… Familiarités coupables… Danses lascives… Touchers indécents… Actions contraires à la chasteté, seul ou avec d’autres : masturbation, relations charnelles en dehors du mariage, homosexualité… Tenues ou attitudes provocantes…

Pour les fiancés : Légèretés, tendresses excessivement sensuelles… Relations prématrimoniales… Cohabitation…

Pour les époux : Atteintes coupables à la fécondité du mariage, contraception permanente ou temporaire… Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse… Adultère (pensées, désirs, actions)… Liaisons… Divorce… Remariage civil… Refus injuste du droit du conjoint…


7ème et 10ème Commandements : « Tu ne voleras pas… » et « Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui… »

Vol (quoi ? combien ? circonstances ?), recel, objets trouvés ou empruntés et non rendus… Dommages injustes causés au prochain dans ses biens… Fraudes, manœuvres déloyales dans le travail, les affaires, le commerce, les contrats… Pots-de-vin… Coopération à des injustices… Recel d’objets volés… Négligence dans le paiement des dettes… Salaires insuffisants… Exploitation des faibles… Dommages aux biens collectifs… Désirs de vol ou d’injustices… Non-réparation de dommages causés… Non-restitution… Gaspillage… Travail bâclé…


8ème Commandement : « Tu ne mentiras pas… »

Mensonges avec ou sans préjudice pour autrui… Médisances ou calom­nies, faites ou approuvées… Faux témoignages en justice… Accusations injustes… Jugements téméraires… Rapports injustes nuisibles… Violation du secret, confié ou professionnel, des correspondances… Dissimulation, hypocrisie… Tricheries… Promesses non tenues… Refus de rectifier la vérité…


Examen sur les commandements de l’Église

Tu sanctifieras les fêtes d’obligation (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).

Tu assisteras à la messe les dimanches et fêtes d’obligation.

Tu te confesseras au moins une fois l’an.

Tu communieras chaque année au Temps pascal.

Tu jeûneras les jours fixés par l’Église (Mercredi des Cendres et Vendredi Saint).

Tu ne mangeras pas de viande les jours fixés par l’Église (c’est-à-dire, les jours de jeûne et les vendredis de Carême). Pour les autres vendredis de l’année, cette abstinence peut être remplacée par une autre forme de pénitence (qu’il faut alors accomplir sous peine de péché).


Examen sur les péchés capitaux

ORGUEIL : Amour-propre désordonné… Complaisance en soi-même… Egoïsme… Ambition démesurée… Vanité mondaine… Présomption… Attitudes hautaines, susceptibilité…

AVARICE : Vices contraires aux 7ème et 10ème commandements. Refus de partager, d’aider ceux qui sont dans le besoin (aumône) …

LUXURE : Vices contraires aux 6ème et 9ème commandements.

ENVIE : Jalousie du bonheur, des biens, des succès des autres ; joie de leurs malheurs, de leurs misères, de leurs revers…

GOURMANDISE : Excès dans le manger, le boire… Ivrognerie… Sensualité… Ivresse des stupéfiants…

COLÈRE : Manque de maîtrise de soi, emportements, rancunes, res­sentiment, murmures, bouderie, brusquerie, grossièreté, cruauté…

PARESSE : Dans le lever, le travail, les prières… Oisiveté… Fuite systématique des efforts…


Examen sur les devoirs d’état

N.B. L’examen suivant est très détaillé, et reprend en partie ce qui a déjà été vu auparavant.


Alors qu’il est très important, c’est un domaine qu’on oublie souvent dans l’examen de la conscience. Selon son état de vie et ses responsabilités :


1. Devoirs personnels de chrétiens :

Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?

Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?

Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Sei­gneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?

Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?

Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?

Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?

Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?

Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?

Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accom­pli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?

Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?

N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?

Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidé autant que je pouvais ?


2. Devoirs envers le prochain :

Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?

La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les sou­lager ?

Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?

N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?

Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des im­prudences dans le travail, le sport ou sur la route ?

En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, rail­lerie, médisance, calomnie, secrets ré­vélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scan­dale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.


3. Devoirs familiaux :

Enfants :

Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?

Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?

Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?

N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?

Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne, ou malades ou isolés ?

Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?


Personnes mariées :

Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?

Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?

N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les pro­blèmes de ma famille ?

N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?

N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?

La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?

N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?

Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?

Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?

Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?

Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?

Est-ce que je leur donne le bon exemple ?

Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?

Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?

Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?

Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?


4. Devoirs professionnels :

Enfants :

Ai-je manqué l’école par ma faute ?

Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?

Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?


Adultes :

Ai-je négligé mon travail ?

Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?

Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ? N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?

Ai-je pris ma place dans les organisa­tions professionnelles ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traité humainement, en res­pectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?


5. Devoirs civiques :

Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?

Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les pro­blèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?

Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orienta­tion ? Ai-je su accepter les charges mu­nicipales ou autres en les envisageant comme un service ?

Ai-je choisi mes représentants en fonc­tion de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?

Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?

Examen de conscience pour Adultes

________________________________

Je crois en un Sauveur aimant qui pardonne mes péchés et qui me donne la grâce de devenir un Saint. Par le ministère de ses Prêtres, Jésus–Christ accomplit l’un et l’autre dans le Sacrement de Pénitence.

"Comme le Père M’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie … Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à qui vous les pardonnerez ils seront retenus à qui vous les retiendrez." (Jean XX : 21-23)

"Vos péchés seraient-ils rouges comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige." (Isaie I : 18)

"Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs." ( Matt. IX : 13)

"Les hommes ont reçu de Dieu un pouvoir accordé ni aux Anges,ni aux Archanges. Jamais il n’a dit aux Esprits Célestes « Tout ce que vous lierez et délierez sur la terre sera lié et délié dans le ciel ». Les Princes de ce monde peuvent seulement lier et délier le corps. Le pouvoir du prêtre va plus loin, il atteint l’âme et elle est exorcisée non seulement par le baptême, mais encore plus par le pardon des péchés. Ne rougissons donc pas de confesser nos fautes. Celui qui rougit de découvrir ses péchés à un homme et qui ne se confesse pas, sera couvert de honte au Jour du Jugement en présence de tout l’univers," (St Jean Chrysostome, Traité sur les prêtres, Livre 3)

Prière avant la confession: O Seigneur, accordez-moi la lumière pour que je me voie comme Vous me voyez, et le grâce de regretter vraiment et effectivement mes péchés. O Marie, aidez-moi à faire une bonne confession.

Comment se confesser: D’abord, examinez bien votre conscience, puis dites au prêtre le genre précis de péchés que vous avez commis et dans la mesure du possible, combien de fois vous les avez commis depuis votre dernière bonne confession. Il n’est obligatoire de confesser que les péchés mortels puisqu’on peut obtenir le pardon des péchés véniels par les sacrifices et les actes de charité. Si vous n’avez pas la certitude qu’un péché soit mortel ou véniel, mentionnez votre doute au confesseur. Souvenez-vous aussi que la confession de péchés véniels aide à éviter le péché et à progresser vers le Ciel.

Conditions nécessaires pour qu’un péché soit mortel:

Matière grave
Pleine connaissance
Entier consentement de la volonté.

Considérations préliminaires:

Ai-je parfois omis de confesser un péché grave dans le passé ; ou ai-je volontairement déguisé ou caché un tel péché ?
Nota bene : Cacher des péchés rend invalide la confession .
La confession est secrète, c’est à dire que c’est une faute mortelle pour le prêtre de révéler à qui que ce soit l’objet d’une confession.
Ai-je été coupable d’irrévérence envers ce sacrement en omettant d’examiner ma conscience avec soin?
Ai-je négligé de faire la pénitence donnée par le prêtre?
Ai-je des habitudes de péchés graves à confesser d’abord (par exemple: impureté, ivrognerie, etc.)

Premier Commandement:

Je suis le Seigneur Ton Dieu. Tu n’auras pas des dieux étrangers devant Moi. (y compris les péchés contre la Foi, l’Espérance et la Charité)

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux, c'est une idolâtrie...

Ai-je négligé de connaître ma foi selon l’enseignement du catéchisme, par exemple le Symbole des Apôtres, les Dix Commandements, les Sept Sacrements, le Notre Père, etc.?
Ai-je volontairement mis en doute ou renié l’un des enseignements de l’Eglise?
Ai-je pris part à quelque culte non- catholique?
Suis-je membre de quelque organisation religieuse non-catholique, société secrète ou groupe anti-catholique?
Ai-je, en toute connaissance, lu quelque littérature hérétique, blasphématoire ou anti catholique?
Ai-je pratiqué des superstitions (telles que les horoscopes, prédiction d’avenir, spiritisme, etc.)
Ai-je omis des obligations ou pratiques religieuses pour des motifs de respect humain?
Me suis-je recommandé chaque jour à Dieu?
Ai-je été fidèle à mes prières quotidiennes?
Ai-je fait mauvais usage des Sacrements? Les ai-je reçus sans respect (par exemple la Communion dans la main) ou de manière invalide?
Me suis-je moqué de Dieu, de Notre-Dame, des Saints, de l’Eglise, des Sacrements ou d’autres sujets sacrés?
Ai-je été coupable de grande irrévérence dans l’Eglise (par exemple: conversation, comportement ou vêtement)?
Ai-je été indifférent vis-à-vis de ma foi catholique – en croyant qu’on peut se sauver dans n’importe quelle religion, que toutes les religions se valent?
Ai-je présumé de la miséricorde de Dieu en toute circonstance?
Ai-je désespéré de la miséricorde de Dieu?
Ai-je trahi Dieu?
Ai-je donné trop d’importance à quelque créature, activité, objet ou opinion?

Deuxième Commandement:

Tu ne prendras pas en vain le Nom du Seigneur Ton Dieu.

Ai-je blasphémé le Nom de Dieu à tort, inconsidérément ou en matière légère et triviale?
Ai-je murmuré ou gémi contre Dieu (blasphème)?
Ai-je prononcé des malédictions contre moi-même ou les autres, ou toute créature?
Me suis-je emporté contre les autres jusqu’à provoquer des jurons ou des blasphèmes contre Dieu?
Ai-je manqué à un vœu fait à Dieu?

Troisième Commandement:

Souvenez –vous de sanctifier le Sabbat.

Ai-je manqué la Messe le dimanche ou une fête d’obligation?
Ai-je été en retard à la Messe ou l’ai-je écourtée par ma faute?
Ai-je fait manquer la Messe à d’autres ou leur ai-je fait écourter la Messe?
Ai-je été volontairement distrait pendant la Messe ?
Ai-je fait ou commander un travail servile non nécessaire le dimanche ou les jours de fête d’obligation?
Ai-je acheté ou vendu sans nécessité ce jour là?

Quatrième Commandement:

Honore ton père et ta mère.

Ai-je désobéi ou manqué de respect envers mes parents ou ai-je négligé ou refusé de les aider dans leurs besoins ?
Ai-je manqué de respect pour des personnes chargées de me commander?
Ai-je calomnié ou insulté des prêtres ou d’autres personnes consacrées à Dieu?
Ai-je manqué de respect vis à vis des personnes âgées?
Ai-je maltraité mon conjoint ou mes enfants?
Ai-je désobéi ou manqué de respect à mon mari?
En ce qui concerne mes enfants:

Ai-je négligé leurs besoins matériels?
Me suis-je soucié de les faire baptiser de bonne heure?1
Ai-je pris soin de leur éducation religieuse personnelle?
Leur ai-je permis de négliger leurs devoirs religieux?
Leur ai-je permis le flirt ou des fréquentations régulières sans perspective du mariage dans un proche avenir?
Ai-je veillé à leurs compagnies?
Ai-je omis de les discipliner quand c’était nécessaire?
Leur ai-je donné un mauvais exemple?
Les ai-je scandalisés par des disputes avec mon conjoint en présence de mes enfants? En jurant ou blasphémant en leur présence?
Ai-je gardé la modestie à la maison?
Leur ai-je permis de porter des vêtements immodestes (mini jupes, pantalons serrés, robes ou pulls trop ajustés, corsages transparents, shorts courts, tenues de bain provocantes, etc.)? 2
Leur ai-je refusé la liberté de se marier ou de suivre une vocation religieuse?

________________________________

1 Les nouveaux nés devraient être baptisés dès que possible. Sauf prescription diocésaines particulières, il semble généralement admis qu’un nouveau-né devrait être baptisé dans l’intervalle de une semaine ou dix jours environ après sa naissance. Beaucoup de catholiques repoussent le baptême à une quinzaine ou un peu plus. L’idée d’administrer le baptême dans les trois jours après la naissance est considérée comme trop stricte. Saint Alphonse, suivant l’opinion commune, pensait qu’un délai non motivé au-delà de dix ou onze jours serait un péché grave. Par rapport à la coutume moderne, connue et non corrigée par les Ordinaires locaux, un délai non motivé au delà d’un mois serait un péché grave. S’il n’y a pas de danger probable pour l’enfant, les parents ne peuvent être convaincus de péché grave en différant le baptême un peu au-delà de trois semaines au plus, mais l’usage de faire baptiser un nouveau-né dans l’intervalle d’environ une semaine ou dix jours après la naissance est fort recommandable et en vérité, une date plus précoce peut être recommandée à juste titre. — H. Davis S.J., Moral and Pastoral Theology, Vol. III, Pg.65, Sheed and Ward, New York, 1935

2 Demander le feuillet LF05 Règles Mariales pour la Modestie dans le vêtement.

Cinquième Commandement:

Tu ne tueras pas.

Ai-je provoqué, désiré ou hâté la mort ou la blessure physique de quelqu’un?
Ai-je entretenu de la haine contre quelqu’un?
Ai-je opprimé quelqu’un?
Ai-je désiré la vengeance?
Ai-je été cause d’inimitié entre d’autres personnes?
Ai-je querellé ou combattu quelqu’un?
Ai-je souhaité du mal à quelqu’un?
Ai-je eu l’intention ou tenté de blesser ou de maltraiter d’autres personnes?
Y a-t-il quelqu’un avec qui je refuse de parler ou contre qui je garde rancune?
Ai-je pris plaisir aux malheurs de quelqu’un?
Ai-je été jaloux ou envieux?
Ai-je pratiqué ou essayé de pratiquer un avortement ou conseillé à quelqu’un de le faire
Ai-je, d’une manière ou d’une autre, mutilé mon corps sans nécessité?
Ai-je eu des pensées de suicide ou des tentatives?
Me suis-je enivré ? Ai-je pris des drogues interdites?
Ai-je trop mangé ou est-ce que je néglige de me nourrir convenablement? (c’est à dire avec des aliments sains)
Ai-je manqué à la correction fraternelle?
Ai-je nuit à l’âme de quelqu’un, surtout aux enfants en scandalisant par le mauvais exemple?
Ai-je nuit à moi-même en exposant mon âme aux tentations volontairement et sans nécessité. (par exemple: mauvaises émissions, mauvaises chansons, plages, etc.)?

Sixième et Neuvième Commandement:

Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.

Ai-je refusé à mon conjoint, à ma conjointe, les droits du mariage?
Ai-je pratiqué le contrôle des naissances (pilules, appareils, retrait)?
Ai-je abusé des droits du mariage de quelque autre manière?
Ai-je commis l’adultère ou la fornication ( pratiques sexuelles prémaritales)?
Ai-je commis un péché contre nature dans le domaine de la pureté (homosexualité ou lesbianisme en pensée, en parole ou en action )?
Ai-je touché ou embrassé quelqu’un de manière impure?
Me suis-je engagé dans des baisers prolongés et passionnés en dehors du mariage ?
Me suis-je engagé dans des affections désordonnées?
Ai-je pratiqué l’impureté solitairement ( masturbation )?
Ai-je entretenu des pensées impures et m’y suis-je complu?
Me suis-je laissé aller à des désirs sensuels pour quelqu’un ou ai-je volontairement désiré voir ou faire quelque chose d’impur?
Me suis-je laissé aller volontairement à quelque plaisir sexuel complet ou incomplet en dehors du mariage?
Ai-je été occasion de péché pour d’autres en portant des vêtements immodestes, trop serrés ou provocants de toute autre manière?
Ai-je agi pour provoquer ou occasionner chez les autres des pensées ou des désirs impurs délibérément ou par légèreté?
Ai-je fait des lectures indécentes ou regardé de mauvais film?
Ai-je regardé des films et des émissions érotiques ou la pornographie par internet ou permis à des enfants de le faire?
Ai-je prononcé des paroles ou raconté des histoires indécentes?
Ai-je écouté volontairement de telles histoires?
Me suis-je vanté de mes péchés ou complu dans les péchés du passé?
Me suis-je trouvé en compagnie impudique?
Ai-je consenti à des regards impudiques?
Ai-je négligé de contrôler mon imagination?
Ai-je prié tout de suite pour bannir de si mauvaises pensées et tentations?
Ai-je évité la paresse, la gourmandise, l’oisiveté et les occasions d’impureté?
Ai-je pris part à des danses immodestes et à des spectacles indécents?
Suis-je resté sans nécessité seul en compagnie de quelqu’un du sexe opposé en dehors du mariage?

Nota bene: Ne pas craindre de dire au prêtre tout péché d’impureté que vous avez pu commettre. Ne pas cacher ou essayer de déguiser de tels péchés. Le prêtre est là pour vous aider et vous pardonner. Rien de ce que vous dites ne le choquera, donc ne craignez pas, quelque puisse être votre honte.

Septième et Dixième Commandement:

Tu ne voleras pas. Tu ne convoitera pas les biens du prochains.

Ai-je volé quelque chose? Quoi ou combien?
Ai-je endommagé le bien des autres?
Ai-je par négligence abîmé le bien des autres?
Ai-je été négligent dans la gestion de l’argent et des biens d’autrui?
Ai-je triché ou fraudé?
Ai-je participé excessivement à des jeux d’argent?
Ai-je refusé ou négligé de payer mes dettes?
Ai-je acquis un bien notoirement volé?
Ai-je omis de rendre des objets prêtés?
Ai-je trompé mon employeur sur ma journée de travail?
Ai-je triché sur les salaires de mes employés?
Ai-je refusé ou négligé d’aider quelqu’un en urgente nécessité?
Ai-je omis de restituer en cas de vol, de tricherie ou de fraude?
Ai-je envié à un autre ce qu’il avait?
Ai-je été jaloux du bien d’autrui?
Ai-je été avare?
Ai-je été cupide et avare, accordant trop d’importance aux biens matériels et au confort? Mon cœur est-il porté vers les possessions terrestres ou les vrais trésors du Ciel ?

Huitième Commandement:

Tu ne porteras pas de faux témoignage envers ton prochain.

Ai-je menti à propos de quelqu’un?
Mes mensonges ont-ils causé un tort matériel ou spirituel?
Ai-je porté des jugements téméraires (c’est à dire cru fermement, sans preuve évidente à la culpabilité de quelqu’un dans un crime ou une faute morale?
Ai-je nui à la bonne réputation de quelqu’un en révélant des fautes vraies mais cachées (délation )?
Ai-je révélé les péchés d’autrui?
Ai-je été coupable de cafardage (c’est à dire d’avoir rapporté quelque chose de défavorable dit par quelqu’un à propos d’un autre de manière à créer l’inimitié entre eux)?
Ai-je encouragé ou prêté l’oreille à la diffusion du scandale concernant mon prochain?
Ai-je prêté de faux serments ou signé de faux documents?
Suis-je critique, négatif ou peu charitable dans ma conversation?
Ai-je flatté les autres?

Les Sept Péchés Capitaux et les Vertus opposées.

Orgueil..............................................Humilité
Avarice............................................Libéralité
Luxure.............................................Chasteté
Colère...............................................Douceur
Gourmandise....................................Tempérance
Jalousie...........................................Amour fraternel
Paresse............................................Effort

Cinq effets de l’Orgueil

La vaine gloiren a. Vantardise b. Dissimulation/Duplicité
Ambition
Mépris des autres
Colère / Vengeance / Ressentiment
Entêtement / Obstination

Neuf manières d’être instrument de péché pour d’autres.

A. Ai-je sciemment été cause de péché ?
B. Ai-je coopéré au péché des autres ?

Le conseil
Le commandement
Le consentement
La provocation
La louange ou la flatterie
La dissimulation
La participation
Le silence
La défense du mal accompli.

Les Quatre Péchés qui crient vengeance au Ciel.

Le meurtre volontaire
La Sodomie ou le Lesbianisme
L’oppression des pauvres
La fraude sur le juste salaire du travailleur.

Les Six Commandements de l’Eglise.

Ai-je entendu la Messe le dimanche et les fêtes d’obligation?
Ai-je pratiqué le jeûne et l’abstinence les jours désignés et ai-je observé le jeûne eucharistique?
Me suis-je confessé au moins une fois l’an?
Ai-je reçu la Sainte Eucharistie au temps de Pâques?
Ai-je contribué au soutien de l’Eglise dans la mesure où je le dois?
Ai-je observé les lois de l’Eglise concernant le mariage (c’est à dire le mariage sans présence d’un prêtre ou mariage avec un parent ou non-catholique)?

Les Cinq Blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie.

Ai-je blasphémé contre l’Immaculée Conception?
Ai-je blasphémé contre la Virginité Perpétuelle de Marie?
Ai-je blasphémé contre la Divine Maternité de Notre Dame ? Ai-je manqué à reconnaître Notre Dame comme Mère de tous les hommes?
Ai-je cherché officiellement à semer dans les cœurs des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine de ce Cœur Immaculé?
L’ai-je outragée directement dans Ses Saintes Images?

Finalement:

Ai-je reçu la Sainte Communion en état de péché mortel? (Sacrilège)

Examen des péchés véniels d’après St Antoine-Marie Claret.

L’âme devrait éviter tous les péchés véniels, spécialement ceux qui ouvrent la voie du péché mortel. Ce n’est pas assez , mon âme, de prendre la ferme résolution de souffrir la mort plutôt que de commettre un péché mortel. Il est nécessaire de former une résolution semblable par rapport au péché véniel. Celui qui ne trouve pas en lui-même cette volonté ne peut trouver la sécurité. Rien ne peut nous donner une certaine sécurité du salut éternel comme une vigilance incessante pour éviter même le moindre péché véniel et un sérieux remarquable en tous points touchant toutes les pratiques de la vie spirituelle - sérieux dans la prière et les rapports avec Dieu, sérieux dans la mortification et le renoncement, sérieux dans l’humilité et l’acceptation du mépris, sérieux dans l’obéissance et le renoncement à sa volonté propre, sérieux dans l’amour de Dieu et du prochain . Celui qui veut atteindre ce sérieux et le garder, doit nécessairement prendre la résolution d’éviter toujours spécialement les péchés véniels

suivants:

Le péché d’admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain.
Le péché d’entrer en conversation sur les défauts d’autrui et de manquer à la charité de toute autre manière même légèrement.
Le péché d’omettre, par paresse, nos pratiques spirituelles ou de les accomplir avec négligence volontaire.
Le péché d’avoir une affection désordonnée pour quelqu’un.
Le péché d’avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne
Le péché de recevoir le Saint Sacrement de manière insouciante, avec des distractions et autres irrévérences et sans préparation sérieuse.
Impatiences, ressentiment, tout manquement à accepter des déceptions comme venant de la Main de Dieu ; car cela met obstacle à la voie des décrets et dispositions de la Divine Providence par rapport à nous-mêmes.
Le péché de se donner occasion de ternir même de loin l’éclat immaculé de la sainte pureté.
La faute de cacher volontairement à ceux qui devraient les connaître, les mauvaises inclinations, les faiblesses et les mortifications, en cherchant à poursuivre la route de la vertu, non sous la direction de l’obéissance, mais en se laissant guider par ses propres caprices.

Nota bene: Ceci s’entend de circonstances où nous pourrions avoir une direction qui mérite d’être recherchée, mais nous préférons suivre nos faibles lumières personnelles).

Prière pour une bonne confession

O mon Dieu, par mes péchés détestables, j’ai crucifié de nouveau Votre Divin Fils et L’ai tourné en dérision. A cause de cela, j’ai mérité Votre Colère et me suis rendu digne des feux de l’Enfer. Combien aussi j’ai été ingrat envers Vous, mon Père Céleste, qui m’avez tiré du néant, m’avez racheté par le Précieux Sang de Votre Fils et m’avez sanctifié par Vos Saints Sacrements et le Saint Esprit. Mais dans Votre Miséricorde, vous m’avez réservé cette confession. Recevez –moi de nouveau comme Votre fils prodigue et accordez-moi de bien me confesser pour que je puisse recommencer à Vous aimer de tout mon cœur et de toute mon âme et par conséquent garder vos commandements et souffrir patiemment toute expiation temporelle qui reste à accomplir. J’espère obtenir de Votre bonté et puissance, la vie éternelle au Paradis. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

Note Finale

N’oubliez pas de confesser vos péchés avec regret surnaturel en même temps que ferme résolution de ne plus retomber dans le péché et d’éviter les occasions prochaines de péché. Demandez à votre Confesseur de vous aider en toute difficulté qui entraverait une bonne confession. Accomplissez promptement votre pénitence.

Acte de Contrition

O mon Dieu, je regrette du fond du cœur de vous avoir offensé. Et je déteste tous mes péchés, parce que je redoute la perte du Ciel et les peines de l’Enfer, mais surtout parce que mes péchés Vous offensent, mon Dieu, qui êtes toute bonté et qui méritez tout mon amour. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre Grâce, de confesser mes péchés, de faire pénitence et d’amender ma vie. Amen.


EXAMEN DE CONSCIENCE POUR ADULTES

Résumé: Il faut rechercher au moins tous les péchés mortels dont on se souvient et qui n’ont pas encore été confessés dans une bonne confession et à un prêtre ayant les pouvoirs pour absoudre. Un péché est mortel s’il y a : gravité de matière, pleine connaissance et plein consentement. Indiquer, dans la mesure du possible, leur espèce et leur nombre (même pour les désirs). Pour cela on demande à Dieu la grâce de bien connaître ses fautes et on s’examine sur les Dix Commandements et les préceptes de l’Église, sur les péchés capitaux et les devoirs de notre état. Il faudra penser à accuser également les péchés qui ont pu être commis par omission. N.B.: La confession est sacrilège lorsqu’on a volontairement caché des fautes mortelles. COMMANDEMENTS DE DIEU l er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Dieu est-il au centre de ma vie ? Est-il bien pour moi un Père à l’amour duquel je réponds par un amour total et une généreuse obéissance ? Jésus est-il vraiment mon Maître et mon modèle, celui dont je vis par la foi et les sacrements ? Manquements par omission ou négligence dans les prières (matin, soir, dans les tentations) et la réception des sacrements. Tiédeur. Respect humain pour manifester sa foi. Parole ou acte contre la religion. Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique. Superstitions, spiritisme. Avoir tenté Dieu. Péchés contre la foi : refus d’adhérer à une ou plusieurs vérités révélées. Doutes volontaires. Négligeance dans sa sa propre formation religieuse. Lectures, émissions et spectacles portant atteinte à la foi ou à la morale. Péchés contre l’espérance : manque de confiance en la bonté et la providence de Dieu. Découragement, désespoir. Compter sur ses seules forces. Prétexter de la bonté de Dieu pour pécher. Ne pas désirer le ciel. Péchés contre la charité : indifférence par rapport à Dieu ; absence de prière et de pratique religieuse. Sacrilèges en profanant les choses saintes, en particulier confessions (incomplètes volontairement) et communions sacrilèges (reçues en état de péché mortel). Envers le prochain : refus de voir Dieu dans nos frères; haines, mépris, moqueries ; refus d’assister son prohain dans les graves nécessités. 2e Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Transgresser les serments et vœux faits en son nom. Associer son nom à des serments faux ou inutiles. Blasphémer son nom, celui de la Vierge ou des saints. Prononcer des imprécations contre soi ou contre autrui. 3e Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Avoir manqué à la sainte Messe par sa faute, y être arrivé en retard. Avoir fait ou fait faire “des travaux et des occupations qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur, ou la détente convenable de l’esprit et du corps” (can.1247). Avoir été à des amusements ou réunions dangereuses pour la foi ou les mœurs. 4e Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère. » Enfants de tous âges : Manque d’amour, de respect, d’obéissance (dans les limites de leur autorité), de reconnaissance et d’assistance (matérielle, spirituelle) aux parents. Parents : ne pas témoigner de l’affection à tous ses enfants ; ne pas leur donner l’exemple d’une vie vertueuse et chrétienne. Envers ceux encore sous leur dépendance : Association Notre Dame de Chrétienté manquements dans leur formation humaine et chrétienne (instruction religieuse, choix de l’école); et dans ses devoirs de surveillance, de conseil et de corrections nécessaires. Tous : disputes d’intérêt en famille. Manquements dans l’accomplissement du travail dans le respect dû à l’autorité (dans le métier, la vie collective) ou dans les responsabilités des dirigeants (conditions de travail honnêtes, juste salaire, respect vis-à-vis des employés). Insoumission aux lois civiles justes (impôts, service militaire, devoir civique). 5e Commandement : « Tu ne tueras point. » Meurtre, tentative de suicide, imprudence exposant à tuer ou blesser son prochain (sport à risque, transgression grave et volontaire du code de la route, conduite en état d’ivresse). Colères, disputes, vengeances, refus de pardon, rancunes, envie, jalousie, drogue. Excès dans les boissons, gourmandise. Attitude insultante et scandaleuse. Participation (par action ou par omission), à la stérilisation, à l’avortement, à l’euthanasie, au suicide. Incitation à la violence, à la lutte des classes. Haine raciale ou ethnique. 6e et 9e Commandements : « Tu ne commettras pas d’impureté. Tu n’auras pas le désir impur volontaire. » Pensées, désirs et actes commis seul ou avec d’autres contre la pureté. Conversations et chansons déshonnêtes. Lectures, spectacles (TV, films,...), fréquentation de lieux exposant à l’impureté. Responsabilité dans le péché d’autrui (danse, mode et attitude provocantes). Personnes mariées : Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse. Moyens contraceptifs, ponctuels ou permanents. Refus des droits du conjoint. Adultère (pensées, désirs, actions). Infidélité affective. Liaison extra-matrimoniale. Divorce. “Remariage”. Fiancés : Manifestations de tendresse excessivement sensuelles. Relations pré matrimoniales. Cohabitation. 7e et 10e Commandements : « Tu ne voleras pas. Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. » Participation direct ou indirect à des vols, fraudes, injustices. Dettes impayées. Non restitution. Recel d’objets volés. Tort causé dans les ventes, contrats, transactions. Tricheries. Fraudes. Pots de vin. Non-respect des lois sociales justes sur le travail, les assurances... Travail bâclé ; perte de temps. Dépenses excessives, par luxe, vanité, etc. Gaspillage. 8e Commandement : « Tu ne mentiras point. » Mensonges. Faux témoignage. Accusations injustes. Jugements téméraires. Calomnies (personnes ou institutions). Secrets violés. Médisances, ragots. Refus de réparer ou de rectifier COMMANDEMENTS DE L’ÉGLISE 1. Tu sanctifieras les dimanches et fêtes d’obligation (en France : Noël, Pâques, Ascension, La Pentecôte, Assomption, Toussaint) : par l’assistance à la messe et l’abstention d’activités contraires à la sanctification du jour du Seigneur (voir 3e commandement de Dieu). 2. Tu te confesseras au moins une fois l’an. 3. Tu communieras chaque année au Temps pascal (de Pâques à la Pentecôte). 4. Tu jeûneras ou feras abstinence les jours fixés. Jeûne et abstinence: Mercredi des Cendres et Vendredi Saint ; abstinence : tous les vendredis de l’année (les vendredis autres que ceux du Carême, on peut remplacer l’abstinence par une autre pénitence). 5. Tu contribueras selon tes moyens aux dépenses de l’Eglise. Association Notre Dame de Chrétienté DEVOIRS D’ÉTAT 1. Devoirs de chrétien : effort pour tendre à la perfection de la charité ; témoignage de cohérence entre la foi et les œuvres ; fidélité à la vocation reçue de Dieu ; dimension apostolique de sa vie ; approfondissement de sa foi ; aide à l’Eglise ; respect et obéissance à la hiérarchie dans ce qui dépend de son autorité. 2. Devoirs dans la famille : fidélité et don de soi dans le mariage ; générosité dans la procréation et l’éducation des enfants ; amour et entraide ; affection et assistance aux ascendants. 3. Devoirs dans la profession application au travail ; sens de la justice dans les rapports professionnels, dans les contrats. 4. Devoirs dans la cité : participation à la vie de la cité, devoir électoral ; respect des lois justes ; effort pour faire changer les lois injustes (avortement, ...) ; solidarité avec les plus démunis. MAÎTRISE DE SON TEMPÉRAMENT Il faut soumettre à la raison et à la loi de Dieu les passions déréglées par le péché originel et nos propres péchés. On distingue sept tendances qui nous inclinent au mal : - l’orgueil : amour désordonné de soi-même qui engendre l’ambition, la présomption, la vaine gloire, les attitudes hautaines, les vanités mondaines. - l’avarice : attachement désordonné aux richesses qui engendre l’injustice, l’endurcissement du cœur, le défaut de générosité pour faire l’aumône, l’aveuglement de l’esprit. - la luxure : vice contraire, voir 6e et 9e commandements. - L’envie : nous attriste à la vue des qualités ou des succès d’autrui ; engendre la calomnie, la jalousie, les discordes, les actions portant tort à autrui. - la gourmandise : excès dans le manger et le boire (alcoolisme) qui met en danger notre santé et nous fait perdre la possession de nous-mêmes. - la colère : fait perdre le contrôle de soi-même et porte aux injures, querelles, coups... - la paresse : incline à fuir l’effort dans le travail, l’accomplissement des devoirs. Association Notre Dame de Chrétienté

Mit freundlichen Grüssen

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely
Saludos cordiales
בברכה, בכבוד רב
С уважение
ขอแสดงความนับถือ
你的真诚的
المخلص

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement ! Comme à Chypre et en Grèce... Arnaque de la création monétaire du néant, ex nihilo... Grâce à monnaie-pleine, on peut rédiger ensemble un projet de loi d'application ou un contre-projet et reprendre ainsi toutes les meilleures solutions, BNS, RBI, monnaie, crédits, etc...

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Invitations 2017
In English
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/free-invitations-every-year.html

en français:
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/invitations-gratuites-chaque-annee.html

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement !

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Articles les plus consultés