Google+ Followers

Vidéos par François de Siebenthal sur youtube, dailymotion ou https://vimeo.com/136794177

Loading...

Google+ Badge

samedi 31 janvier 2009

Concrete figures of dividends for USA ? How to compute now or soon...how much per month this year and every other year for the next 25 years?

Dear friends of social credit,

Some people  would like to have an estimate of what the dividend would be/could be for the United States or any other country. Do you think you could give me some numbers, and your estimate of how you got them? I'm not sure if it is too important to have this information... but they are really set on it and if it gets the 10 Lessons spread more, than I'm in favor of the idea. Thanks so much for your help.

What could be the full production of USA if all human and robots energies are free for the good ? Then, this will be the consumption divided among all citizen, including all persons. What portion could be the dividend now and then ?
 
God bless to give the good answer !

MA


--
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal

Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Pour nous soutenir, mieux résister aux manipulations, rester unis et recevoir des nouvelles différentes et vraies, un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques à:
Mme Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7
Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

jeudi 29 janvier 2009

Les rois de la finance sont nus...Davos, Poutine ne veut plus d'argent virtuel. La solution, le crédit social...

http://michaeljournal.org/images/Parizeau.gif

FMI, son roi est-il nu pour passer plus vite à l'action ?

Après la mise à nu des dirigeants incompétents, Davos reste l' occasion unique pour mettre l'honnêteté au premier rang, laquelle suppose la capacité d'admettre ses erreurs".

Davos, c'est aussi l'occasion pour les premiers ministres russes et chinois de donner "une véritable leçon au monde en crise" souligne de son côté Le Temps .

Vladimir Poutine propose au surplus un système de sécurité énergétique mondial «entre tous les acteurs de la chaîne» afin d’établir une base normative et juridique qui permettrait d’éviter les crises récemment traversées, et de stabiliser les prix. «Ce serait une création aussi importante que la Communauté du charbon et de l’acier», précurseur de la Communauté européenne. Il exige enfin une moindre dépendance vis-à-vis du dollar et un meilleur contrôle des critères d’émission de la principale monnaie de réserve.

Exemple avec les propos adoucis de Vladimir Poutine envers Barack Obama, comme le relève également la Tribune de Genève .

--
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Pour nous soutenir, mieux résister aux manipulations, rester unis et recevoir des nouvelles différentes et vraies, un abonnement nous encourage. Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques à:
Mme Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7
Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

mercredi 28 janvier 2009

"Dignitas" en Suisse : témoignage sur le suicide assisté...


Dignitas en Suisse : témoignage
Depuis qu'elle a quitté la "clinique du suicide" en 2005, Wernli, infirmière, témoigne avec amertume des abus dont elle a été témoin. Elle a travaillé pour le fondateur de Dignitas en Suisse, Ludwig Minelli, pensant qu'elle se retrouverait dans un environnement compatissant envers les patients.

Du manque d'attention aux patients au traitement insoutenable des proches empêchés de prendre du temps pour réfléchir à leur décision, Wernli déclare que rien ne l'avait préparée à vivre une telle expérience. Elle dénonce une méthodologie totalement contraire et irrespectueuse de la dignité humaine : "la dignité est la dernière chose apportée à ces pauvres gens". C'est, selon elle, une véritable machinerie en quête de bénéfice économique qui meut l'association.

Wernli écrit actuellement un livre - Le business des cocktails mortels - qui raconte son expérience au sein de Dignitas afin de sensibiliser les autorités suisses à cette situation.

© genethique.org

Suicide assisté et euthanasie active sont des programmes franc-maçons...

Catholicisme et philosophie maçonnique: deux paradigmes inconciliables,

                                                      deux conceptions du monde incompatibles.

Le débat n'est pas nouveau, puisque vingt et un ans seulement après la création de la maçonnerie moderne, spéculative, le Pape Clément XII la condamnait par "une constitution valable à perpétuité", condamnation reprise par de nombreux papes, jusqu'à Jean-Paul II (sur proposition de Mgr Ratzinger en novembre 1983). Cependant il a toujours été de bon ton parmi les fidèles et même les écclésiastiques, surtout en France, de faire preuve d'indépendance vis-à-vis de recommandations pourtant motivées du Magistère: le coq gaulois est toujours fier de son indépendance et il ne chante pas seulement dans les basses-cours, mais aussi dans les sacristies! C'est ainsi que l'on a vu le R.P Riquet et Allec Mellor faire l'apologie de la maçonnerie dans les années soixante. Vingt ans plus tard, c'était Mgr Thomas de Versailles qui "flirtait" avec J.J Gabut, Grand Maître de la Grande Loge de france. Et le 9 décembre 1999, on pouvait lire avec effarement la notice "auto-nécrologique" de l'abbé Jean-Claude Desbrosse dans le Figaro, avec tous ses titres maçonniques. Il trouva malencontreusement un soutien posthume de son ancien Evêque, Mgr Le Bourgeois, dans le journal La Croix, contredit très rapidement par son successeur Mgr Seguy du diocèse d'Autun. Depuis, d'autres Evêques français, et non des moindres, ont soutenu le point de vue romain: Mgr Bonfils dans les Nouvelles Religieuses (n°161), Mgr Brincard sur le site internet de son diocèse  du Puy-en-Velay, Mgr Rey de Toulon dans un article de La NEF de décembre 2004, Mgr de Germiny de Blois.

Personnellement, je suis témoin et je ne suis que témoin, mais converti et baptisé à cinquante ans, j'ai été franc-maçon du Grand Orient de France pendant quinze années, et voilà vingt deux ans que je suis chrétien. Etant catholique aussi convaincu et actif que j'ai été franc-maçon militant, je me permets d'affirmer, en dehors de toute interdiction magistrale, malheureusement mal ressentie même par des catholiques pratiquants, qu'il est absurde, philosophiquement contradictoire, de prétendre être à la fois vrai catholique et franc-maçon authentique, quelles que soient les obédiences (mais qui se soucie aujourd'hui du principe de non-contradiction?). Je précise que j'ai fréquenté des maçons de toutes obédiences, notamment en Fraternelle.

Chirurgien gynécologue et urologue, j'ai participé en paroles et en actions dès 1966 à la contraception artificielle, aux stérilisations, à l'avortement, partageant les combats de francs-maçons publiquement connus, comme Lucien Neuwirth, Jean-Pierre Prouteau, Pierre Simon, Henri Caillavet, pour la légalisation et la pratique de ces actes.

De 1970 à 1985, j'ai gravi les grades initiatiques d'apprenti jusqu'au 18° (Chevalier Rose-Croix), j'ai été Vénérable de loge, délégué au Convent(député à l'assemblée nationale annuelle), membre de la Fraternelle des Hauts Fonctionnaires.

Depuis le début de ma conversion en 1984, j'ai témoigné, en de nombreuses occasions, de ma joie d'avoir rencontré notre Seigneur Jésus-Christ, par écrit (cinq livres: cliquez sur LIVRES) et oralement (une soixantaine de conférences: cliquez sur CONFERENCES et une trentaine d'interviews). J'ai la fierté aujourd'hui d'être devenu membre sociétaire de l'Association des Ecrivains Catholiques de langue française, membre du comité d'honneur  de l'Alliance pour les Droits de la Vie et je dispose de ce site-blog sur le réseau internet, déjà visité par près de 40.000 internautes.

Qu'est-ce que la franc-maçonnerie? Officiellement, il s'agit d'une association philosophique et philanthropique, qui, sous sa forme spéculative est apparue au début du XVIII° siècle. Les obédiences sont des fédérations de loges. Dans toutes les obédiences, il existe au moins trois structures parallèles de nature différente.
Une structure que l'on peut qualifier de démocratique, regroupant les ateliers ou loges bleues ou de Saint Jean, qui gère les trois premiers grades d'apprenti, de compagnon et de maître. Tous les responsables, Officiers et Vénérable de loge, Délégué au Convent, membres de Conseil de l'Ordre, Grand Maître et ses adjoints sont élus et non reconductibles au delà de deux ou trois ans. Ces loges font l'objet de déclaration, comme association loi de 1901, auprès des Préfectures, et sont souvent à la une des hebdomadaires avec photo du Grand Maître à l'appui. Il existe à ce niveau une Constitution, des Statuts et une justice maçonnique chargée de règler les conflits entre maçons.
Une seconde structure, initiatique, est beaucoup moins connue, voire ignorée des "profanes": il s'agit des ateliers de perfectionnement, cloisonnés en quatre niveaux, du 4° au 33° grades selon certains rites (REAA), sans communication des ateliers supérieurs vers les inférieurs. Le recrutement d'un niveau à l'autre se fait par cooptation, et la gestion de cet ensemble est assuré par un collège de grands initiés, inconnus des maçons de base et encore plus de la presse, et présidé par un Grand Commandeur élu à vie. Notons au passage cette affirmation pour le moins surprenante d'un "Grand Commandeur" américain, Albert Pike en juillet 1889: "Lucifer le Dieu de la Lumière et le Dieu du Bien lutte pour l'humanité contre Adonaï, la Dieu de l'obscurité et du mal" (cité par J.C Lozac'hmeur). Plus discret, Oswald Wirth, grand initié et initiateur, écrivait dans le "Livre du compagnon": "...le Serpent inspirateur de désobéissance, d'insubordination et de révolte, fut maudit par les anciens théocrates, alors qu'il était en honneur parmi les initiés".
La troisième structure n'a même pas de statut officiel dans les obédiences: il s'agit des fraternelles qui regroupent des maçons selon leur profession ou leurs intérêts, ce qui ouvre la porte à toutes sortes de compromissions et corruptions, d'autant plus que s'y retrouvent des maçons appartenant à des obédiences différentes, qui, publiquement, n'hésitent pas à se lancer des anathèmes, comme celui d'être une maçonnerie "irrégulière"! Pour s'en convaincre il suffit de consulter le site Hiram réalisé par des maçons, écoeurés, qui tentent de contrer ces dérives affairistes.
Enfin, sept maîtres peuvent constituer une loge "sauvage", qui n'a de compte à rendre à personne. J'ai été sollicité pour en faire partie. Il existe aussi des clubs spécifiquement maçonniques, comme les "Clubs des 50", cinquante des maçons les plus influents de chaque grande ville, qui se réunissent dans de grands restaurants.

Tout oppose la philosophie maçonnique et la religion catholique.

1°) Historiquement chacun connaît Saint Pierre, premier Evêque de Rome à qui Jésus a confié son Eglise.
Les origines de la maçonnerie spéculative sont plus discutables; cependant, beaucoup d'historiens admettent que celle-ci a résulté de la transformation de la maçonnerie opérative (bâtisseurs de cathédrales) à Londres en 1717, sous l'impulsion de deux pasteurs, Anderson presbytérien et Désaguliers anglican, influencés en sous-main par le physicien Isaac Newton, hérétique notoire, pratiquant la magie et l'alchimie, et admirateur de Nostradamus et des Lumières ! Du reste, les Constitutions fondatrices, dites d'Anderson (1723) ne mentionnent Dieu qu'une seule fois, dans une tête de chapitre, et jamais la Sainte Trinité, le péché, le salut, la Résurrection, l'Ascension ni la Pentecôte, la venue du Saint Esprit. En France la maçonnerie apparaît dès 1725 avec Montesquieu, et ses membres, nobles, grands bourgeois voire écclésiastiques sont gallicans, c'est-à-dire opposés à la prééminence de l'Evêque de Rome. En tous cas, la FM, qu'elle soit opérative ou spéculative est une résurgence de la Gnose, hérésie dèjà condamnée par Saint Irénée au II° siècle et que l'on retrouve dans tous les ordres initiatiques. 

2°) Les fondements sont
- pour le christianisme, le kérygme, c'est-à-dire l'annonce par des témoins oculaires, dont l'apôtre Saint Jean, de la mort et de la résurrection de Jésus pour notre salut; (lire à ce sujet la Deuxième Epître de Pierre);
- pour la maçonnerie, des mythes, dont le mythe central d'Hiram, architecte du temple de Salomon qui aurait été assassiné par trois mauvais compagnons, ce qui ne repose sur aucune preuve historique, pas plus que la transmission par Saint Jean d'un enseignement secret de Jésus aux ordres initiatiques successifs en passant par les Templiers, pas plus que la transmission des rites initiatiques depuis l'antiquité égyptiennne jusqu'aux francs-maçons modernes, transmission soutenue par le franc-maçon et talentueux romancier Christian Jacq. Rappelons qu'entre la mort de Saint Jean et l'apparition des Templiers près d'un millénaire s'est écoulé, sans qu'un historien ait trouvé trace d'une relation entre eux.   

3°) Les principes de base sont aussi opposés.
- Le christianisme est une religion révélée par Dieu lui-même, d'abord à Moïse, puis en et par Jésus le Messie, et il comporte un certain nombre de dogmes, inclus dans le Credo, qu'un catholique bien formé et convaincu ne peut contester sans renier sa Foi (Dieu trinitaire, Incarnation, Résurrection, Ascension, Immaculée Conception, Assomption de la Vierge Marie). L'Eglise affirme détenir la Vérité sur les relations entre Dieu et l'Homme. Enfin, le chrétien compte plus sur la Grâce miséricordieuse de Dieu que sur ses propres oeuvres pour accéder au salut.
- La Franc-maçonnerie prône une philosophie humaniste consacrée à la recherche de la vérité, mais qu'elle estime inaccessible. Elle rejette tout dogme et soutient le relativisme:
. relativisme religieux qui met toutes les religions sur le même plan, alors qu'elle s'érige au-dessus d'elles, dès 1723, comme "centre de l'union" (indifférentisme);
.relativisme moral, aucune règle morale n'étant pour elle d'essence divine et donc intangible: sa morale évolue au gré du consensus des sociétés, ce qui ressort également du naturalisme: "En toutes choses, la nature ou la raison humaine doit être maîtresse et souveraine"(Léon XIII dans son encyclique mettant à jour la maçonnerie qu'il qualifie de secte). En quelques mots et toutes obédiences confondues, c'est l'indépendance de l'Homme vis-à-vis de Dieu et la négation de tout phénomène surnaturel: c'est la cité terrestre de Saint Augustin..."l'amour de soi porté jusqu'au mépris de Dieu". Entous cas, c'est le refus de tout phénomène surnaturel: théophanies, apparitions, miracles.

4°) Les enseignements
- dans l'Eglise Catholique sont accessibles à tous; il n'y a pas d'enseignement secret, n'en déplaise à Dan Brown et aux gnostiques: Catéchisme, comptes rendus des Conciles, Encycliques destinées aux Evêques et cependant divulguées urbi et orbi;
- dans la franc-maçonnerie une formation ésotérique, secrète est donnée aux initiés selon leur grade, qui révélerait progressivement les mystères cachés par les dignitaires de la religion exotérique que serait l'Eglise apostolique et romaine (et pourquoi les Eglises orthodoxes et protestantes dissimuleraient-elles les mêmes mystères, alors qu'elles ont longtemps combattu l'Eglise romaine?). Tous les rituels font miroiter aux yeux des initiés la "Connaissance" d'une soi-disant "Tradition primordiale" préhistorique et d'une "Lumière", qui au mieux est celle d'une meilleure connaissance psychologique de l'initié par lui-même, mais en aucun cas celle de la Transfiguration au Thabor ou celle d'un Saint Séraphin de Sarov en présence de Motovilov.

5°) La conception de Dieu est profondément différente:
- pour un chrétien, Dieu est un être personnel, trois personnes en une, mais un Dieu-personne entretenant une relation d'amour avec la créature humaine: c'est du théisme;
- pour un FM, ce peut être au mieux le Grand Architecte de l'Univers, Dieu abstrait, mais c'est seulement le "Créateur-maître horloger" comme le désigne le pourtant pasteur Désaguliers et plus tard Voltaire, initié sur le tard: c'est du déisme. Ce GADLU n'intervient pas dans les affaires des hommes.

) L'eschatologie, les fins dernières 
- dans le christianisme, c'est la Vie Eternelle, accordée par grâce, dans une adoration et une louange sans fin, face à face amoureux avec le Seigneur;
- dans la franc-maçonnerie, c'est le "passage à l'Orient éternel", espérance de l'abbé J.C Desbrosse, qui échappe à toute définition ou description, hormis le respect des initiés vis-à-vis de leurs défunts.

) Le perfectionnement de l'Homme
- pour le chrétien, consiste, avec la grâce de Dieu et les sacrements, à s'acheminer vers la sainteté, dans l'imitation de Jésus Christ, l'humilité et la charité;
- pour le FM, c'est l'élitisme des initiations successives, forme d'animisme (selon René Guénon et Mircéa Eliade), et la recherche du bien qui n'est nulle part précisé, puisque la morale évolue, dans la sincérité qui, chacun le sait, n'est pas synonyme de vérité: le FM est un self-made man. Cela rappelle le pélagianisme combattu par Saint Augustin.

) La relation avec les autres religions   
- pour le catholique, c'est un respect des croyants des autres religions, dans la tolérance due aux personnes qui n'ont pas encore été éclairées par l'Esprit Saint, mais dans la préservation jalouse de la doctrine de l'Eglise, transmise aux Apôtres et leurs successeurs; c'est le véritable esprit de la rencontre d'Assise de 1986;
- pour le FM, c'est une tolérance générale vis-à-vis de toutes les croyances et philosophies, avec un goût prononcé pour le syncrétisme, c'est-à-dire la combinaison peu cohérente de différentes doctrines spirituelles: c'est aussi la Gnose, subversion de la vraie Foi, affadissement du sel de la terre!  

9°) La relation au corps et au plaisir   
- pour le catholique n'a pas été puritaine, sauf pour les Cathares et les Jansénistes, et elle ne l'est pas dans les écrits du Saint Père, Jean-Paul II, qui célèbre l'acte conjugal comme un "véritable acte d'adoration", mais le corps et les sens doivent rester soumis à la conscience et à la loi morale et subordonnés à l'amour véritable;
- pour le FM, elle doit être d'une liberté totale entre adultes consentants; cet hédonisme a conduit la franc-maçonnerie à promouvoir toutes les lois favorisant le divorce, la contraception, l'avortement, le PACS, les manipulations embryonnaires et bientôt la dépénalisation des drogues dites douces, ainsi que la légalisation de l'euthanasie: "c'est tout le concept de famille qui en train de basculer" selon le pronostic du Docteur Pierre Simon (De la vie avant toute chose; Ed. Mazarine 1979).

Conclusion  

Le catholique ne doit pas se laisser séduire par les idéaux maçonniques, qui sont ceux de notre République: liberté, égalité, fraternité, qui n'ont pas le même sens dans l'esprit d'un chrétien et d'un FM.
La liberté, pour un chrétien, est un moyen, un instrument accordé par Dieu à l'Homme pour aller vers le Bien et l'amour. Pour un FM c'est un but sans fin, qui doit abattre tous les tabous et tous les interdits de la morale naturelle.
L'égalité, pour les chrétiens résulte du fait qu'ils sont tous fils d'un même Père et frères et soeurs de Jésus.
Pour un FM, c'est une illusion puisqu'il distingue profanes et initiés et, par ailleurs les FM eux-mêmes en 33 grades bien étanches.
La fraternité chrétienne est universelle et celle des FM se limite ou se concentre sur le cercle restreint des initiés, tout en aspirant à l'avénement d'un gouvernement mondial...dirigé par les initiés, bien entendu! 

Mgr Girotti vient de rappeler la condamnation romaine de 1983: le catholique qui appartient à une organisation maçonnique est "en état de péché grave" et "ne peut accéder à la Sainte Communion" (Le Figaro du 5 mars 2007). Du reste aucun texte des Pères de l'Eglise ne suggère l'intérêt spirituel pour un baptisé de se soumettre à une quelconque initiation; Saint Irénée, par contre, dans son "Traité des Hérésies" combat la Gnose qui tentait déjà de corrompre la vraie Foi.

En 1936, lors de leur première rencontre à Chateauneuf-de-Galaure, Marthe Robin, grande mystique, déclara au Père Finet que "parmi les erreurs qui allaient sombrer, il y aurait le communisme, le laïcisme et la franc-maçonnerie"* Le communisme n'a déjà plus beaucoup d'avenir. Prions donc pour la conversion des FM qui, souvent de bonne foi, sont dans l'erreur et les ténèbres, alors qu'ils croient avoir reçu la Lumière.

                                La Lumière qui éclaire tout homme c'est Jésus le Christ

                                                               ce n'est pas Lucifer!                             Maurice Caillet

* in Raymond Perret, "Prends ma vie, Seigneur" p.139, chez Desclée de Brouwer

Prière: Père infiniment bon, tu vois dans le secret des coeurs et des loges; tu sais que beaucoup de francs-maçons, égarés par une philosophie trompeuse, recherchent de vaines vérités; libère-les, Seigneur, des esprits qui les abusent; que l'Esprit Saint, l'Esprit de vérité, investisse leur intelligence et leur coeur et leur révèle la Vérité prime et ultime, l'Alpha et l'Oméga: ton fils, Jésus le Christ, sa vie, son enseignement: la Bonne Nouvelle de ton Amour.


Maurice.Caillet

http://www.cailletm.com/index.php/2006/05/30/80-peut-on-etre-catholique-et-franc-macon#co

 -- Admiration

.http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv


Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Pour nous soutenir, mieux résister aux manipulations, rester unis et recevoir des nouvelles différentes et vraies, un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques à:
Mme Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7
Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

Julien Courbet, qui avait révélé l'affaire Ferraye, révélatrice de Clearstream à TF1, dénonce un nouveau complot médiatique.






©F2/DR





Julien Courbet  dénonce un nouveau complot. "J'ai été le pion sur lequel tout le monde tapait pour atteindre le service public et Patrick de Carolis", déclare-t-il dans Télé Poche cette semaine.

Il est vrai que Courbet a essuyé pas mal de critiques depuis son arrivée sur France Télévisions en septembre.

Nicolas Sarkozy lui-même l'a brocardé, mais aussi Christine Albanel et le porte-parole de l'UMP Frédéric Lefebvre.

Commentaire de Courbet, toujours dans Télé Poche: "C'était dégueulasse ! Et c'est là qu'on voit la perversion de la politique qui est une machine à détruire".

Mais ce n'est pas tout. Cette déstabilisation, ajoute Julien Courbet dans la même interview, décidément passionnante, est orchestrée par des gens "de TF1 qui n'avaient pas envie que je parte, des gens à qui je m'étais attaqué dans "Sans aucun doute", et qui tous appartiennent au même réseau politique."

Le même qui a profité du vol des royalties de l'affaire Ferraye, alias Koweït-gate.

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=3126

Affaire Ferraye et les autres victimes des criminels financiers.Julien Courbet de TF1 et de France 2 encore censuré.

L'émission de Julien Courbet déprogrammée : un couple de Solesmois essuie les plâtres

vendredi 23.01.2009, 04:50 - La Voix du Nord

 Audrey et David sont victimes de l'annulation du tournage.

Audrey et David sont victimes de l'annulation du tournage.

|  DÉCONVENUE |

Un couple de Solesmes attendait l'équipe de tournage de l'émission Service maximum, diffusée sur France 2, pour que leur maison soit restaurée devant les caméras. Mais, mardi, la production l'a informé que l'émission était retirée et les travaux annulés.

C'est une mésaventure digne de Sans aucun doute que vit ce jeune couple du Cambrésis. David, surveillant de nuit dans un foyer, et Audrey, sans emploi, ont acheté leur maison, rue du Nouveau-Monde à Solesmes, en janvier 2008. Disposant de peu de moyens financiers, ils tentent leur chance auprès de la rubrique Tous pour un de l'émission Service maximum, présentée par Julien Courbet.

Coup de chance : leur dossier est sélectionné. Le couple reçoit des entrepreneurs du Valenciennois, de Roubaix et de Douai. Et il mobilise des amis, à la demande de la production, pour assurer une meilleure main-d'oeuvre. En tout, une bonne vingtaine de personnes devaient rénover leur demeure en quatre jours.

La totalité du rez-de-chaussée et, si le temps le permettait, les chambres au premier étage devaient être terminées. Leur emménagement était prévu pour dimanche.

« Très tristes »

Mais, mardi, les choses se gâtent. La production de l'émission annonce au couple que le tournage est annulé. Le motif ? L'émission Service maximum est arrêtée le 31 janvier. Et comme la diffusion du tournage chez les Kuzniewski était programmée le 1er février, ce dernier passe à la trappe. Mais David et Audrey comptaient sur ce sacré coup de pouce. Ils désirent adopter deux enfants. La décision concernant leur agrément doit être rendue lundi.

Par ailleurs, Audrey attend avec impatience un logement refait à neuf, car elle souhaite devenir assistante maternelle. « Nous sommes très tristes, confie le couple, et nous ne comprenons pas pourquoi la production ne l'a pas su avant. » Et ce qui l'affecte davantage : « La mairie avait mis à notre disposition une benne, et des personnes venaient nous aider pendant le tournage de l'émission. Et nous n'avons plus de nouvelles... » •

ANNE-SOPHIE LAURENT

> Le couple lance un appel pour l'aider à trouver une solution. Contact au Tél : 06 33 91 87 35.

Autres moyens trouvés pour museler la justice et la résistance.


¤ Van Ruymbeke: "Le glas des affaires politico-financières"
¤ La suppression du juge d'instruction "sonne le glas des affaires", selon van Ruymbeke
¤ Fin du juge d'instruction: une "régression" pour Eva Joly
¤ Eva Joly dénonce la suppression du juge d'instruction
¤ Premières réflexions sur la suppression annoncée du juge d'instruction
¤ La suppression du juge d'instruction, une nouvelle illustration de la concentration des pouvoirs. Mobilisons-nous!
¤ Eva Joly: interview par Dominique Souchier - "C'est arrivé cette semaine" - Europe1 - 10/01/09 Cet



--
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Pour nous soutenir, mieux résister aux manipulations, rester unis et recevoir des nouvelles différentes et vraies, un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques à:
Mme Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7
Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

lundi 26 janvier 2009

Pourquoi la Banque nationale suisse vend-elle tant d'or contre des dollars qui vont s'écrouler ?

   http://michaeljournal.org/images/Compte-Goutte.gif

Irak. Iran, Afghanistan, Afrique, Gaza...

Pourquoi la Banque nationale suisse vend-elle tant d'or contre des dollars qui vont s'écrouler ?

Pour financer les guerres US ?

Les ventes d'or de la Banque nationale suisse, la crise financière et la démocratie directe

Dialogue entre un grand-père et sa petite-fille

par Werner Wüthrich, Zurich

Nicole: Grand-papa, le père de Charlie a dit que la Banque nationale suisse veut vendre encore plus d'or.

Grand-père: C'est juste. Il y a peu, notre Banque nationale possédait encore 2600 tonnes d'or. Elle en a déjà vendu la moitié. Maintenant, elle a recommencé à en vendre. Jusqu'en septembre, 250 tonnes supplémentaires seront vendues. Elle ne possèdera alors plus que 40% de la réserve originale. D'autres ventes sont tout à fait possibles.

Mais pourquoi la Banque nationale a-t-elle autant d'or?

Nos parents et grands-parents ont fait le nécessaire pour cela. En 1951 – après la Se­conde Guerre mondiale – une votation populaire a eu lieu. Il s'agissait de la question suivante: on voulait ancrer dans la Constitution fédérale un article qui garantirait que le franc suisse devrait dorénavant être couvert par de l'or et par des créances à court terme. Le peuple et les cantons l'ont accepté avec une majorité écrasante – avec plus de 70 % de oui. A cette époque, il ne s'agissait pas seulement d'assurer la valeur, la stabilité et l'indépendance du franc suisse. Il s'agissait aussi d'agrandir les réserves d'or – quasiment comme assurance pour des situations de précarité. A l'époque, une terrible guerre faisait rage en Corée. Pour des temps de crise et de guerre – quelle qu'en soit l'origine – il fallait créer une réserve d'or assez grande pour que des générations futures puissent y avoir recours. On peut relire tout cela aujourd'hui dans le procès-verbal des délibérations parlementaires. Nos grands-parents ont fait ces réserves pas seulement avec l'or, mais aussi avec le pétrole et avec d'autres matières premières. – C'est ainsi que le voulaient nos parents et grands-parents. Aujourd'hui, toi, tu fais partie d'une de ces «générations futures».

Pourquoi l'or est-il si important pour le pays?

Il y a environ deux millénaires et demie que dans l'histoire culturelle de l'humanité l'or a obtenu une forme de valeur en tant que monnaie, et pas seulement en tant que bijoux. Cette valeur est indépendante des lois et de la politique. Personne ne l'a inventé ou même ordonné. Cela s'est développé ainsi et est toujours va­lable. Les billets de banque et de nos jours aussi l'argent électronique ont par contre beaucoup de défauts cachés – surtout s'il y en a trop qui circulent. C'est tout simple. Orell Füssli et d'autres imprimeries les livrent très bon marché. Avant tout, on peut en remplir les ­caisses vides de l'Etat pour financer des guerres coûteuses. Ainsi l'argent perd peu à peu de sa valeur et aucune loi ne peut l'empêcher. Hier, tu as regardé à la télé un film qui parlait de la situation aux USA il y a plus de cent ans. La ­famille avec ses deux enfants avait acheté un cheval pour 5 dollars. La semaine passée tu as été à New York et tu as vu toi-même ce qu'on peut encore acheter avec 5 dollars. Entre deux, il y a 100 ans d'histoire américaine. Et nous les Européens nous pourrions aussi raconter des choses à ce propos.

Quel importance a l'or pour les banques monétaires de nos jours?

A part l'or les banques monétaires possèdent aussi des dollars, des euros et d'autres monnaies. Ils possèdent aussi beaucoup de titres. Ce que vaut la sécurité de titres soi-disant à bas risques, nous a été démontré ces dernières semaines par l'UBS et plusieurs autres banques. Le seul moyen de paiement qui a gardé sa valeur pendant des siècles c'est l'or. L'or est une valeur très spéciale, même si depuis un peu plus de 70 ans il n'est plus reconnu comme moyen de paiement. Mais il continue à représenter de l'argent, même si certains ne veulent pas en tenir compte. Les banquiers peuvent l'observer très exactement sur leurs écrans. Dès que le dollar s'affaiblit quelque peu, le prix de l'or augmente en quelques minutes. Cela ne veut cependant pas dire que l'or vaut davantage. Cela signifie qu'il faut payer plus de dollars qui ont de nouveau perdu un peu de leur valeur, pour acheter de l'or avec sa valeur stable. C'est pourquoi l'or, dans notre monde peu sûr, a toujours et encore une importance spéciale pour les banques monétaires.

C'est passionnant, grand-papa, continue. Qu'est ce qui s'est passé en Suisse après la votation de 1951?

En un peu plus de dix ans la Banque nationale suisse a augmenté massivement ses réserves d'or d'à peu près 800 tonnes (niveau après la Seconde Guerre mondiale) à 2600 tonnes. Tu peux relire cela dans les rapports mensuels de la Banque nationale. Mais ce n'est pas venu tout seul. Nos parents et nos grands-parents ont beaucoup travaillé pour cela, aussi le samedi, et ils avait beaucoup moins de vacances qu'aujourd'hui.
Dans les décennies qui ont suivi, cet or était «sacré» pour la politique, cela veut dire que tous les politiciens et aussi la direction de la Banque nationale ont respecté la volonté et le travail de nos grands-parents et n'ont pas touché à cet or. L'or était basé sur une entente nationale et représentait une assurance pour des situations d'urgence pour les générations à venir. Cela a aussi contribué à la bonne réputation du franc suisse dans le monde entier. Elle était aussi bonne que l'or.

Est-ce que c'étaient les mêmes grands-parents dont on dit à la télé qu'ils ont commis de graves fautes pendant la Seconde Guerre mondiale – à cause des réfugiés etc.

Oui.

Bizarre – je trouve ça super que pour nos grands-parents le bien-être de leurs petits-enfants ait été si important. Je ne trouve pas juste qu'on parle d'eux de manière dégradante.

Je suis du même avis. Celui qui prend soin de ses descendants de manière si exemplaire a aussi de l'estime pour les autres personnes.

Grand-papa, pourquoi la Banque nationale veut-elle aujourd'hui absolument se débarrasser de cet or? Est-ce que les temps présents sont plus sûrs que jadis? Est-ce que l'on n'a plus besoin d'assurance?

Il y a aujourd'hui des guerres et des crises – exactement comme jadis. Peut-être même que la situation mondiale est encore plus dangereuse parce qu'on n'a encore jamais dépensé autant d'argent pour des armes que de nos jours, et l'approvisionnement garanti en pétrole et en d'autres matières premières pourraient bientôt être mis en question. Les disputes et la guerre pour le pétrole pourraient bientôt s'intensifier.

Mais pourquoi la Banque nationale veut-elle alors brader les réserves d'or pour lesquelles nos grands-parents ont travaillé si durement? Et qu'en est-il de ces immenses dettes que les responsables politiques actuels ont amassé?

Ils attendent peut-être que nous les remboursions. Et la prévoyance à laquelle nous pourrions avoir recours dans des situations d'urgence, ils la vendent.

Alors là, je trouve nos grands-parents bien plus sympathiques. Ce n'est pas difficile de faire des dettes et de vendre l'or à grande échelle pour lequel d'autres ont travaillé. – Là, il y a quelque chose qui cloche.

Hmm…

Qu'est-ce que la Banque nationale reçoit pour l'or qu'elle vend?

Les 250 tonnes qui sont à vendre actuellement vont être vendues contre des dollars américains.

Quoi? Contre des dollars américains? Grand-papa, est-ce que j'ai bien compris? – Le papa à Charlie a dit que les USA impriment tous les jours des quantités de dollars ou qu'ils les fabriquent électroniquement pour financer leurs guerres en Irak et en Afghanistan. Ils auraient déjà fait cela pendant la guerre du Vietnam. Et ce serait une des raisons pour laquelle le dollar ne vaut plus qu'une fraction de sa valeur d'antan. Le papa de Charlie nous a raconté que les dettes des Américains sont aujourd'hui si grandes qu'elles ne pourront plus jamais être remboursées et qu'en plus les Américains ne savent de toute façon pas faire des économies. – Si c'est comme ça, les dollars ne peuvent pas être aussi sûrs que l'or.

Hmm – je pense que tu as raison. S'y ajoute que les banques monétaires pompent aujourd'hui d'énormes sommes d'argent neuf dans le système de finance pour tirer du pétrin les nombreuses banques imprudentes qui se sont trompées dans leurs spéculations. En tout cas, les Américains savent eux-mêmes très bien pourquoi ils ne vendent pas un seul kilo de leurs propres réserves d'or. Il y a aussi des pays qui ont commencé à échanger leurs dollars contre de l'or – les Russes et les Chinois par ­exemple. Ou bien ils achètent des parts de sociétés occidentales – en Suisse par exemple l'UBS comme on vient de l'apprendre. ­Singapour fait la même chose. Ce petit pays possèdera bientôt environ 10 % de l'UBS.

Le papa de Charlie a dit que les réserves d'or de la Suisse font partie du patrimoine populaire et ne peuvent pas être vendues sans nouvelle votation populaire. En 1951, le peuple a décidé lors d'un vote fédéral de créer de manière prévoyante de grandes réserves d'or. Alors aujourd'hui la vente de l'or aurait de nouveau dû être décidée de la même manière. C'est ainsi que cela se passe dans une démocratie directe. C'est d'autant plus valable que nos grands-parents ont ancré cette décision dans un article de la Constitution.

Tu as tout à fait raison. Les autorités politiques en Suisse ne sont que des administrateurs et n'ont pas le droit de vendre le patrimoine populaire qui leur est confié.

Oui, le peuple est propriétaire et doit donner son avis. Nous ne sommes quand même pas une république bananière! – Est-ce qu'il y a eu une votation pour permettre la vente de l'or?

Non – une telle votation n'a jamais eu lieu. Il y a quelques années, le Conseil fédéral et la direction de la Banque nationale ont prétendu que la moitié de l'or était superflu et qu'il pouvait être vendu. Entre-temps cela a été fait sans demander l'avis des citoyennes et des citoyens. Le produit a déjà été partagé. Une grande partie de l'argent a été versé aux cantons qui ont souvent aussi fait profiter les communes. La commune de Buchberg, située au bord du Rhin par exemple, que nous avons visitée dimanche passé a obtenu 200 000 francs. Avec cela elle veut réaménager la place devant la mairie. D'autres ont remboursé leurs dettes. Le riche canton de Zurich a tout simplement utilisé ces millions pour ses dépenses d'Etat normales. Actuellement, la Banque nationale vend 250 tonnes d'or supplémentaires. La valeur de l'or a augmenté, donc nous n'avons plus besoin de tant d'or, disent les responsables. Une drôle de logique: Avant de pouvoir recourir à cet or lors d'une crise, il est vendu.

Comment cela a-t-il pu arriver?

Cela a seulement été possible parce qu'en 1999 nos responsables politiques ont biffé de la nouvelle Constitution l'article que nos grands-parents avaient accepté à grande majorité en 1951 et qui exigeait que notre ­monnaie nationale doive être couverte en grande partie avec de l'or. Cet article n'était pas du tout démodé dans l'ordre monétaire actuel avec ses cours de changes variables parce qu'il a laissé ouvertes la manière et la méthode de la couverture-or. – Avec sa suppression, la voie était libre pour les ventes d'or comme elles se font aujourd'hui et dont personne ne comprend vraiment le sens. Ainsi l'on murmure sous couvert que les Américains font pression dans ce sens. Une monnaie nationale stable et pour une grande partie couverte d'or dérange de nos jours. Finalement, nous vivons dans un monde globalisé, dans lequel jour après jour – à partir du néant – d'immenses sommes d'argent neuf sont mises en circulation pour calmer les bourses, aider les banques à relancer la conjoncture, financer des guerres et bien d'autres choses. – La question reste: Etait-il nécessaire de rompre l'accord que nos grands-parents avaient conclu et pour lequel ils ont durement travaillé?

Pourquoi les citoyens n'ont-ils pas tout simplement refusé la nouvelle Constitution?

Parce qu'ils n'ont pas été informés correctement. Le Conseil fédéral a déclaré avant la votation à la radio et à la télévision que la nouvelle Constitution ne contenait rien de neuf qu'elle avait simplement été remaniée et modernisée du point de vue linguistique et structurel, juste un petit «toilettage». Aujourd'hui nous savons que ce n'était pas vrai. Ce fut un exemple probant de propagande gouvernementale trompeuse.

Mais grand-papa, c'est un vrai scandale! Et ce n'était pas voulu ainsi. Ils vendent l'or qui est en réalité prévu pour nous les jeunes pour nous aider lors d'une situation précaire. Ce sont des pratiques commerciales dé­loyales pour lesquelles on va normalement en ­prison. Pour nos enfants à nous, l'or n'existera plus que dans les manuels d'histoire. Je ne veux pas savoir comment ils parleront de nous plus tard. Mais vraiment!

Bon Nicole, on en reste là.

Commentaire
Ce n'est pas tout à fait exact que dans l'affaire de l'«or» la démocratie directe ait été entièrement contournée. Il y a eu de nombreuses votations à ce sujet. Déjà en 1949 le peuple a pu s'exprimer sur un article concernant la monnaie et qui aurait laissé la main libre à la Confédération de décider sur la composition des réserves monétaires. («La Confédération décide de la manière et de l'étendue de la couverture»). Le dollar américain (à l'époque de la valeur de 4,37) était jugé absolument sûr et était présenté comme réserve de devises. Le Conseil fédéral, le Parlement et la Banque nationale étaient favorables. Les citoyens cependant ont heureusement dit non – à une majorité de plus de 60 %. En 1951, un article contenant la phrase suivante a été accepté: «Les billets de banque émis doivent être couverts par de l'or et des avoirs à court terme.» (art. 39.7) Cet article a été remplacé en l'an 2000 – 49 ans plus tard – dans la nouvelle Constitution par un article qui a libéré la voie à la vente de l'or.
Plus récemment, il y a eu d'autres votations. En 2002, le peuple a pu s'exprimer sur la manière d'utiliser le produit des ventes de cet or. Il y avait deux propositions: De l'argent pour la Confédération, les cantons et la «Fondation pour la solidarité» ou bien tout l'argent pour l'AVS. Le peuple a rejeté les deux propositions. Puis, le Conseil fédéral a distribué le produit à la Confédération et aux cantons sans procéder à une nouvelle votation. A mes yeux, dans le comportement de vote des citoyennes et des citoyens se sont exprimées la déception et la protestation contre une élite politique qui les a ignorés dans cette question centrale de «vente d'or, oui ou non». L'or «superflu» n'était pas seulement un tas de métal précieux dont personne ne savait où il se trouvait et qu'on pouvait en quelque sorte «éliminer» comme étant superflu. Cet or était un projet commun auquel toute une génération a réfléchi, discuté, décidé et avant tout contribué par son travail.
Aujourd'hui, il y a des questions ouvertes. Bien des choses dans le comportement des responsables sont difficilement compréhensibles. Pourquoi la Banque nationale, après la vente contestée de la moitié des réserves d'or, continue-t-elle les ventes comme si de rien n'était? Bien que le Conseil fédéral et la Banque nationale aient déclaré que l'on ne vendrait plus d'or. – Il y a des indices qu'une grande puissance a fait pression et continue à en faire. Ou bien, est-ce que les ventes d'or se font en vue d'un rapprochement avec l'UE ou même en vue d'une adhésion? Les membres de l'UE ont transféré la responsabilité de leur réserves d'or à la direction de la ­Banque centrale ­européenne ­(Accord d'Amsterdam, ­chapitre 2, ­article 105, alinéa 2).
On pense automatiquement à des parallèles avec la Seconde Guerre mondiale. A cette époque aussi une grande puissance avait fait pression sur la petite Suisse. ­Le 5 octobre 2007, le conseiller national ­Luzi Stamm a déposé un postulat avec le contenu suivant: «Le Conseil fédéral est prié de présenter un rapport sur les dessous des ventes d'or de la Banque nationale. Qui a proposé et pour quelles raisons les différentes ventes d'or? Tout spécialement il faut ré­pondre à la question s'il existe des ententes avec des Banques nationales étrangères pour la vente coordonnée d'or.»
Espérons qu'il ne faudra pas de nouveau 50 ans jusqu'à ce que la population reçoive une réponse à ces questions. La démocratie directe, une information ouverte et loyale sont le meilleur moyen de contrer toute tentative de pression de cette sorte. Cette sagesse vaut certainement aussi pour la relation avec l'UE.    •

PS:

Pour pouvoir vendre ses stocks d'or, la Suisse devait changer sa Constitution. Ce qui a été fait en trichant les résultats (sic), notamment dans les cantons de Lucerne et du Tessin. De plus, le matériel de vote a été distribué très en retard, notamment dans le canton de Vaud et les arguments étaient mensongers. ( un simple toilettage...mon oeil...)

Ces ventes d'or sont donc illégales. C'est une énorme escroquerie des peuples suisses.

Bonne nouvelle:

Les robots peuvent nous libérer toujours plus.

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=765

Le crédit social peut nous sauver des guerres.
 
Il s'applique en s'adaptant aux conditions locales. La Suisse est l'un des pays qui l'applique le plus du fait de sa structure fédéraliste.
On peut rechercher l'idéal en une fois, mais il est plus efficace de l'appliquer par petites touches, et, au fur et à mesure des avantages prouvés, il deviendra indispensable.

wir. reka, franc suisse, coupons locaux, amap,...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_pour_le_maintien_d%27une_agriculture_paysanne

Comment unir les personnes de bonne volonté ?


Notre programme repose sur dix pierres de construction :


1.la dignité de la personne humaine,

2.la vie humaine,

3.l'association libre et la démocratie directe,

4.la participation,

5.la préférence pour les pauvres,

6.la solidarité,

7.la gérance,

8.la subsidiarité suisse et le fédéralisme,

9.l'égalité,

10.le bien commun.  

Buts principaux

Avoir la force de dire oui à la primauté de l'aide des plus nécessiteux, des faibles, des marginaux et des exclus, des victimes d'une société qui trop souvent sacrifie l'homme à d'autres fins et intérêts

Avoir la force de dire non aux duperies du pouvoir, de l'argent, du plaisir, aux gains malhonnêtes, à la corruption, à l'hypocrisie, à l'égoïsme et à la violence. Non au mal, principe mensonger de ce monde. Oui au Bien qui détruit la puissance du mal par la toute-puissance de l'amour.

Nous savons que seuls les cœurs convertis à l'Amour, ..., peuvent construire un avenir meilleur pour tous".

 Les échecs des grands systèmes politiques sont prouvés.

De même que l'esclavagisme n'a pu être éradiqué qu'avec l'aide des croyants, nous devons faire une alliance de tous les hommes de bonne volonté pour vaincre les égoïsmes.

Etudions les bases possibles d'une collaboration.

Sous le Signe de l'Abondance

English

 

Ce volume de 312 pages présente une conception nouvelle de la finance, du système d'argent, qui libérerait définitivement la société des problèmes purement financiers. L'auteur, Louis Even, y expose les grandes lignes des propositions du Crédit Social, conçues par l'ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas.

Télécharger le livre en format PDF (2,4 MB)

Table des matières

Préface de l'auteur

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d'être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu'à l'économique. Nous croyons même, avec Douglas — à qui le monde doit cette lumineuse doctrine — qu'un redressement économique, dans le sens du Crédit Social, est impossible sans un redressement préalable d'ordre politique.

Dans ce volume, cependant, sauf quelques réflexions incidentes aux répercussions sur la politique d'un système financier détraqué et dominateur, nous avons borné notre étude aux objectifs économiques et aux propositions monétaires du Crédit Social.

Louis Even

Le titre du livre — Sous le signe de l'abondance — exprime assez bien qu'il s'agit d'une économie d'abondance, de l'accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

L'économie ancienne pouvait être «sous le signe de l'or» ou de quelque autre objet rare lorsque la production elle-même faisait souvent défaut. Mais c'est méconnaître le progrès et outrager la logique que vouloir conserver un instrument lié à la rareté pour conférer des titres à une production motorisé.

Dans la première partie de ce volume, on rappelle des notions essentielles et très simples, que tout le monde admet sans peine, mais qui sont presque totalement ignorées dans l'organisme économique actuel. Les fins ne commandent plus les moyens. Une brève étude du système monétaire démontre que l'argent régit là où il devrait servir. On présente comme remède les propositions du Crédit Social, dont on expose les grandes lignes, sans entrer dans les méthodes d'application. Le problème, croyons-nous, n'est pas tant de développer une technique de fonctionnement que de faire accepter des propositions qui semblent à la fois trop simples et trop audacieuses aux esprits habitués à perdre de vue les fins et à s'enliser dans la complexité des moyens. Aussi, nombre de chapitres se présentent-ils surtout comme un plaidoyer de justification de la doctrine créditiste.

La deuxième partie reproduit, sans enchaînement nécessaire entre eux, certains discours et articles de nature à jeter de la lumière sur divers aspects du Crédit Social. Outre les production de l'auteur lui-même, on trouvera dans cette partie quelques contributions de Maître J.-Ernest Grégoire, avocat, de Mlle Gilberte Côté (depuis Mme Gilberte Côté-Mercier) et de M. Edmond Major.

En offrant ce libre au public, nous avons surtout en vue le lecteur moyen. Mëme en traitant de sujets spécifiques, nous évitons autant que possible les termes techniques, plus aptes à fatiguer qu'à éclairer. Nous avons visé à écrire de façon à être facilement compris par le grand nombre: c'est d'ailleurs dans l'esprit d'une économie d'abondance au service de tous et de chacun.

Montréal, 1er mai 1946.

LOUIS EVEN        

La cinquième édition de juin 2008 porte à 28 000 le nombre total d'exemplaires tirés du livre «Sous le Signe de l'Abondance». Dans la quatrième édition de 1988, les chiffres ont été adaptés pour 1988, et quelques articles de Louis Even et d'autres auteurs ont été ajouté dans la deuxième partie, portant sur divers aspects du Crédit Social, ainsi que des appendices et une brève biographie de Louis Even. Une édition en langue anglaise, avec davantage de chapitres (une quinzaine de plus que l'édition en français de 1988), est parue en 1996. C'est l'équivalent de cette version que l'on trouve dans l'édition de 2008 en langue française, qui est aussi en ligne sur ce site.



Nos lecteurs réguliers savent que chaque numéro de ce journal contient des articles sur les propositions financières du Crédit Social, qui sont plus d'actualité que jamais pour résoudre les problèmes économiques actuels. Cette idée du Crédit Social peut susciter de nombreuses questions parmi nos nouveaux lecteurs, et un seul article n'est certainement pas suffisant pour répondre à toutes ces questions, ou pour donner une bonne compréhension de tout le concept du Crédit Social. De plus, la plus part des gens n'ont tout simplement pas le temps de lire de longs livres sur le sujet.

Alors, voici la solution: les propositions du Crédit Social expliquées en 10 leçons, chacune étant la suite logique de la précédente. La première leçon débute avec les principes, et de là, on bâtit les fondations pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Voici la liste des 10 leçons:

Leçon 1: Le but de l'économie: faire les biens joindre ceux qui en ont besoin;

Leçon 2: La pauvreté en face de l'abondance, la naissance de l'argent;

Leçon 3: Les banques créent l'argent sous forme de dette;

Leçon 4: La solution: un argent sans dette créé par la société;

Leçon 5: Le manque chronique de pouvoir d'achat — Le dividende;

etc...

Télécharger le livre en format PDF (1,8 MB)


--

--
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Pour nous soutenir, mieux résister aux manipulations, rester unis et recevoir des nouvelles différentes et vraies, un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques à:
Mme Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7
Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

Les locavores, Initiatives d'agriculture locale et de proximité de Suisse romande.

Systèmes locaux du type Amap.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_pour_le_maintien_d%27une_agriculture_paysanne

Initiatives d'agriculture locale contractuelle de proximité de Suisse romande
Etat 2008

Les Jardins
de Cocagne
GE 1978 400 1, 2,
4, 5
Hebdo Bio Les Jardins de Cocagne
CP 245
CH-1233 Bernex
Tél 022 756 34 45
www.cocagne.ch
cocagne@cocagne.ch
Les cueillettes
de Landecy
GE 2006 50 4, 5 Selfcueillett
e
Bio Jacques Falquet & Reto
Cadotsch
31 Avenue A-F- Dubois
1217 Meyrin
Tél 079 296 62 89
www.cueillettes.org
raeto.cadotsch@wanadoo.fr
Les ares et
vous
GE 2006 60 1, 2,
4, 5
Hebdo Bio Thomas Descombes
161 Ch. des Princes
1253 Vandoeuvre
Tél 078 842 83 50
t.descombes@infomaniak.ch
www.lesaresetvous.ch
L'Affaire
TourneRê
GE 2003 1300 1, 2,
4, 5, 7
2 / an Bio / PER L'Affaire TourneRêve
CP 2578
1211 Genève 2
Tél 022 734 28 50
www.affairetournereve.ch
Le Panier à 4
pattes
GE 2006 100 1, 2,
3, 4,
5, 7
2 / an PER Le panier à 4 pattes
CP 4
1294 Genthod
Tél 022 755 60 10
info@paniera4pattes.ch
www.paniera4pattes.ch
Le Jardin des
Charrotons
GE 2007 80 4, 5 Hebdo Bio Le Jardin des Charrotons
Irène Anex
3 Ch. Du Relai
1258 Perly
Tél. 0227430587
charrotons@hotmail.com
Les Vergers
D'Epicure
GE 2007 Env.20 5 Irréguli
er
Bio Les Vergers d'Epicure
Christian Bavarel
Tél. 0797517730
info@vergers-epicure.ch
www.vergers-epicure.ch
Le Jardin
Potager
VD 2006 240 1, 4, 5 Hebdo Bio Le Jardin Potager
c/o Famille Meer
Av. de Florissant 5
1008 Prilly
Tél 021 624 13 20
www.lejardinpotager.ch
lejardinpotager@emailasso.net
La ferme du
Taulard
VD 2006 50 4, 5 Hebdo PER Denis et Samuel Pache
Le Taulard 1
Ch. Du Boulard 1
1032 Romanel
Tél 021 647 81 22
Fax 021 647 81 87
www.marchepaysan.ch
taulard@citycable.ch
L'Agrihotte
VD 2005 150 1, 2,
4, 5, 7
2 / an Bio / PER Association L'Agriotte »
Corinne Favre-Savoy
Rue Centrale 31
1804 Corsier-sur-Vevey
Tél 021 921 37 71
www.lagrihotte.ch
lagrihotte@romandie.com
Femmes
Solidaires
VD 2006 30 4 2 / mois PER Nicole Pletscher
Gare 90
1022 Chavannes-près-Renens
Tél. 021 691 51 07
nicolepletscher@yahoo.fr
Lumière des Champs
VD /
FR
2007 80 4, 5 Hebdo Bio
(reconv.)
Binggeli Flore
1614 Granges - Veveyse
Port. 079 594 24 11
ou
Helen Forster
1800 Vevey
Tél. 021 922 16 02
www.lumiere-des-champs.ch
info@lumiere-des-champs.ch
Les Jardins
du Flon
VD 2007 130 1, 2,
4, 5,
33 / an PER/BIO Les Jardins du Flon
Maison du Peuple
Place Chauderon 5
1003 Lausanne
info@lesjardinsduflon.ch
http://www.lesjardinsduflon.ch
Le lopin bleu
NE 2005 360 1, 2,
3, 6, 7
1 / an Bio / PER Association Le Lopin bleu
Bernard Boschung
Rue de la Côte 29
2000 Neuchâtel
Tél 032 724 13 42
www.lopinbleu.ch
info@lopinbleu.ch
L'Abbaye de Fontaine-André
NE 2005 40 1, 4, 5 Hebdo Bio Abbaye de Fontaine-André
Fam. Gisler-Illi
Rue de Monruz 9
2000 Neuchâtel
Tél 032 710 00 19
www.fontaine-andre.ch
kurluc@hotmail.com
ou
Urs Weber
Rue Luis-Bourguet 5
2000 Neuchâtel
Tél 032 724 47 79
ursaufkurs@hotmail.com
La Clef des
champs
JU 1980 130 1, 4,
5, 6, 7
Hebdo Bio La Clef des Champs
Le Borbet 21
2950 Courgenay
Tél 032 471 12 86
www.clef-des-champs.ch
h.ernst@infomaniak.ch
Saveurs de
Saison
JU 2006 50 1, 2,
3, 4,
5, 6, 7
1 / an Bio Association Saveurs de saisons
Famille Schoeni
La Vaux
2912 Roche d'Or
Tél/Fax 032 476 69 39
www.saveurs-de-saisons.ch
info@saveurs-de-saisons.ch
Notre panier
Bio
FR Fin 2006 140 1, 2,
3, 4,
5, 6, 7
12 / an Bio Gehrard Hasinger
Chemin des Vernes 32
1663 Pringy
Tél 026 921 30 72
Fax 026 921 30 68
g.hasinger@bio-conseil.ch
Le Panier
du Bisse
VS Dès avril
2008
80 1, 2,
4, 5
Hebdo Bio Panier du Bisse
Riddes
Tél. 079 441 63 88
panierdubisse@bluewin.ch
Produits livrés
1. produits de garde (pommes de terre, lentille, céréales,…)
2. Produits transformés (jus de fruits, vinaigre,…)
3. Vins
4. Fruits
5. Légumes
6. Produits laitiers
7. Produits carnés
PER : Prestations écologiques requises
BIO : Production biologique

Pour plus d'informations
Uniterre
Nicolas Bezençon
Av. du Grammont 9
1007 Lausanne
Tél.0041216017467
Port. 0041795745412
Fax. 0041216175175
e-mail 1 info@uniterre.ch
e-mail 2. n.bezencon@uniterre.ch
web. www.uniterre.ch, membre de http://www.viacampesina.org

http://www.raslafraise.ch/index.php?p=more&l=fr
--
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Pour nous soutenir, mieux résister aux manipulations, rester unis et recevoir des nouvelles différentes et vraies, un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques à:
Mme Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7
Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

Les exceptions suisses, une banque centrale au service du peuple, des monnaies parallèles, du wir et du reka...

ZURICH

Reka, le remède miracle ? Les coupons qui sauvent l'économie et les familles.

http://michaeljournal.org/images/FemmeTravaille.gif

   

L'argent libre Reka, moteur de l'entreprise Reka, jouit d'une grande notoriété auprès des citoyennes et citoyens suisses. Plus de deux millions de Suisses utilisent en effet de l'argent Reka. Les chèques Reka, la Reka-Card et les Reka Rail font partie des prestations salariales accessoires préférées des employeurs et des salariés. Avec le bénéfice qu'elle réalise, la Reka finance la majeure partie de son aide aux vacances. Des familles à faible revenu peuvent ainsi bénéficier de vacances gratuites.

www.reka.ch

Yngve Abrahamsen, économiste à l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich veut distribuer des chèques Reka à la population pour relancer l'économie.

Plus de 8000 commerces les acceptent déjà, avant tout des d'hôtels, des remontées mécaniques et des station essence. «En distribuant des chèques-coupons Reka, nous faisons d'une pierre trois coups», affirme-t-il dans le quotidien Cash.

Selon lui, cela permettrait de soutenir le tourisme, une industrie qui souffre vraiment de la crise et du franc fort. Deuxièmement cela garantirait que le consommateur dépense cet argent et ne l'épargne pas. Enfin l'essentiel de ce capital serait réinjecté en Suisse.

(gim)

http://www.20min.ch/ro/news/economie/story/19496775

www.wir.ch


La découverte des congés payés.

La Reka, contraction de Reisekasse (en indien, ligne droite; en russe, fleuve) voit le jour en juin 1939, aux portes de la Deuxième Guerre mondiale. La Suisse savoure depuis deux ans la «paix du travail». La formule magique du bien-être helvétique règle une fois pour toutes les relations entre patrons et ouvriers de l'industrie des machines et de la métallurgie. Les conventions collectives inventent les vacances des travailleurs. Les couches modestes de la population découvrent les congés payés. Il faut leur offrir détente et repos à des tarifs démocratiques. L'idée d'une caisse d'épargne-voyage saisit le président et le directeur de la Fédération suisse du tourisme. Avec la complicité du président de l'Union syndicale suisse (USS), ils cassent les prix des vacances jusqu'à la gratuité pour les plus démunis. Les timbres de voyage, et les chèques Reka qui les remplacent à partir de 1966, garnissent les portefeuilles d'estivants fauchés, en mal d'économies. Pour la première fois au milieu des années cinquante, deux cents familles nombreuses partent en villégiature aux frais de la Reka. L'industrie touristique en embryon profite de l'aubaine. En un tour de main, elle ravive le PIB national quelque peu essoufflé par la guerre et la crise économique.
La Caisse suisse de voyage prend l'allure d'une coopérative de 21 membres dotée d'un capital social de 26 000 francs. Aujourd'hui encore, l'USS, Gastrosuisse, Coop, Novartis ou les CFF se pressent dans ses organes de direction. Les Trente glorieuses décrètent son triomphe. Soixante ans plus tard le chiffre d'affaires dépasse les 500 millions et près de mille familles voyagent à l'œil pour un millions de francs. Social Value contre Shareholder Value, le slogan s'altermondialise. Le tourisme assume sa responsabilité sociale à but non lucratif. Les chèques Reka font le bonheur d'un quart des Suisses. Les employeurs - la Coop en tête - en distribuent largement quand il s'agit de verser une prime ou de compenser des heures supplémentaires en échange d'un employé motivé et reposé à son retour. Tout le monde y gagne, s'exclame le spot publicitaire. Surtout les transports publics. Ils encaissent la moitié des chèques Reka en circulation. Les CFF empochent ainsi entre 150 et 200 millions de francs chaque année. A leur tour, les stations à essence alimentent la grande kermesse avec du carburant pour septante millions de francs annuels.

Au nom de la famille.

Il y a quarante ans, non content de son rôle de courtier bon marché avec agence de voyage et points de vente - Popularis fondé en 1946 quitte la maison mère en 1955 - la Reka ouvre ses premières résidences de vacances au Tessin, à Albonago près de Lugano. En plein baby-boom, la famille fait rêver. Sens des affaires et tradition militent pour les vacances familiales. Le programme Rekalino étale jeux, promenades et bricolages pour tous les âges. A mille lieues des colonies d'Etat pour grands et petits à la mode en Allemagne et en Italie, étrangère à la philosophie communautaire du Club Med créé en 1950, d'autres villages poussent aux quatre coins de la Suisse. Aujourd'hui, on décompte près d'un million de nuitées par année pour mille cent appartements en catalogue.
Au début des années huitante, la Reka part à l'étranger. L'OPA sur le village de vacances de Golfo del Sole en Toscane précède l'acquisition d'appartements en France, Italie, Autriche, Espagne et Croatie. Plus de mille logements balisent les Alpes et les côtes de la mer Méditerranée. Ils sont pris d'assaut sans tarder. On avoisine désormais les quatre cent mille nuitées.
Et pour compléter l'offre, l'agritourisme prend le relais. Les vacances à la ferme se généralisent. Nature et simplicité à portée des petits budgets attirent des urbains assommés par le bruit et la pollution. A la recherche d'authenticité et d'air propre pour leurs enfants. En dix ans, depuis 1994, cent vingt mille personnes ont dormi sur la paille, à l'étable, dans un grenier ou sous les combles, aux soins d'une paysannerie en quête de nouveaux revenus.
Tiraillés entre une planification à la soviétique et les nouvelles techniques de gestion, les stratégies se succèdent de quatre ans en quatre ans. La «Reka 2008» parie sur un taux de croissance de 20%. Malgré le spleen du secteur, on vise la première place sur le marché du logement de vacances aux dépens d'Hotelplan, le bras touristique de Migros, l'adversaire de toujours enfanté par Gottlieb Duttweiler en 1935. Internet et politique sociale encadrent enfin un développement sans faute, cher à l'image de la coopérative.

www.reka.ch


La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/1168.shtml - Merci

Pourquoi la Banque nationale suisse vend-elle tant d'or?

Les ventes d'or de la Banque nationale suisse, la crise financière et la démocratie directe

Dialogue entre un grand-père et sa petite-fille

par Werner Wüthrich, Zurich

Nicole: Grand-papa, le père de Charlie a dit que la Banque nationale suisse veut vendre encore plus d'or.

Grand-père: C'est juste. Il y a peu, notre Banque nationale possédait encore 2600 tonnes d'or. Elle en a déjà vendu la moitié. Maintenant, elle a recommencé à en vendre. Jusqu'en septembre, 250 tonnes supplémentaires seront vendues. Elle ne possèdera alors plus que 40% de la réserve originale. D'autres ventes sont tout à fait possibles.

Mais pourquoi la Banque nationale a-t-elle autant d'or?

Nos parents et grands-parents ont fait le nécessaire pour cela. En 1951 – après la Se­conde Guerre mondiale – une votation populaire a eu lieu. Il s'agissait de la question suivante: on voulait ancrer dans la Constitution fédérale un article qui garantirait que le franc suisse devrait dorénavant être couvert par de l'or et par des créances à court terme. Le peuple et les cantons l'ont accepté avec une majorité écrasante – avec plus de 70 % de oui. A cette époque, il ne s'agissait pas seulement d'assurer la valeur, la stabilité et l'indépendance du franc suisse. Il s'agissait aussi d'agrandir les réserves d'or – quasiment comme assurance pour des situations de précarité. A l'époque, une terrible guerre faisait rage en Corée. Pour des temps de crise et de guerre – quelle qu'en soit l'origine – il fallait créer une réserve d'or assez grande pour que des générations futures puissent y avoir recours. On peut relire tout cela aujourd'hui dans le procès-verbal des délibérations parlementaires. Nos grands-parents ont fait ces réserves pas seulement avec l'or, mais aussi avec le pétrole et avec d'autres matières premières. – C'est ainsi que le voulaient nos parents et grands-parents. Aujourd'hui, toi, tu fais partie d'une de ces «générations futures».

Pourquoi l'or est-il si important pour le pays?

Il y a environ deux millénaires et demie que dans l'histoire culturelle de l'humanité l'or a obtenu une forme de valeur en tant que monnaie, et pas seulement en tant que bijoux. Cette valeur est indépendante des lois et de la politique. Personne ne l'a inventé ou même ordonné. Cela s'est développé ainsi et est toujours va­lable. Les billets de banque et de nos jours aussi l'argent électronique ont par contre beaucoup de défauts cachés – surtout s'il y en a trop qui circulent. C'est tout simple. Orell Füssli et d'autres imprimeries les livrent très bon marché. Avant tout, on peut en remplir les ­caisses vides de l'Etat pour financer des guerres coûteuses. Ainsi l'argent perd peu à peu de sa valeur et aucune loi ne peut l'empêcher. Hier, tu as regardé à la télé un film qui parlait de la situation aux USA il y a plus de cent ans. La ­famille avec ses deux enfants avait acheté un cheval pour 5 dollars. La semaine passée tu as été à New York et tu as vu toi-même ce qu'on peut encore acheter avec 5 dollars. Entre deux, il y a 100 ans d'histoire américaine. Et nous les Européens nous pourrions aussi raconter des choses à ce propos.

Quel importance a l'or pour les banques monétaires de nos jours?

A part l'or les banques monétaires possèdent aussi des dollars, des euros et d'autres monnaies. Ils possèdent aussi beaucoup de titres. Ce que vaut la sécurité de titres soi-disant à bas risques, nous a été démontré ces dernières semaines par l'UBS et plusieurs autres banques. Le seul moyen de paiement qui a gardé sa valeur pendant des siècles c'est l'or. L'or est une valeur très spéciale, même si depuis un peu plus de 70 ans il n'est plus reconnu comme moyen de paiement. Mais il continue à représenter de l'argent, même si certains ne veulent pas en tenir compte. Les banquiers peuvent l'observer très exactement sur leurs écrans. Dès que le dollar s'affaiblit quelque peu, le prix de l'or augmente en quelques minutes. Cela ne veut cependant pas dire que l'or vaut davantage. Cela signifie qu'il faut payer plus de dollars qui ont de nouveau perdu un peu de leur valeur, pour acheter de l'or avec sa valeur stable. C'est pourquoi l'or, dans notre monde peu sûr, a toujours et encore une importance spéciale pour les banques monétaires.

C'est passionnant, grand-papa, continue. Qu'est ce qui s'est passé en Suisse après la votation de 1951?

En un peu plus de dix ans la Banque nationale suisse a augmenté massivement ses réserves d'or d'à peu près 800 tonnes (niveau après la Seconde Guerre mondiale) à 2600 tonnes. Tu peux relire cela dans les rapports mensuels de la Banque nationale. Mais ce n'est pas venu tout seul. Nos parents et nos grands-parents ont beaucoup travaillé pour cela, aussi le samedi, et ils avait beaucoup moins de vacances qu'aujourd'hui.
Dans les décennies qui ont suivi, cet or était «sacré» pour la politique, cela veut dire que tous les politiciens et aussi la direction de la Banque nationale ont respecté la volonté et le travail de nos grands-parents et n'ont pas touché à cet or. L'or était basé sur une entente nationale et représentait une assurance pour des situations d'urgence pour les générations à venir. Cela a aussi contribué à la bonne réputation du franc suisse dans le monde entier. Elle était aussi bonne que l'or.

Est-ce que c'étaient les mêmes grands-parents dont on dit à la télé qu'ils ont commis de graves fautes pendant la Seconde Guerre mondiale – à cause des réfugiés etc.

Oui.

Bizarre – je trouve ça super que pour nos grands-parents le bien-être de leurs petits-enfants ait été si important. Je ne trouve pas juste qu'on parle d'eux de manière dégradante.

Je suis du même avis. Celui qui prend soin de ses descendants de manière si exemplaire a aussi de l'estime pour les autres personnes.

Grand-papa, pourquoi la Banque nationale veut-elle aujourd'hui absolument se débarrasser de cet or? Est-ce que les temps présents sont plus sûrs que jadis? Est-ce que l'on n'a plus besoin d'assurance?

Il y a aujourd'hui des guerres et des crises – exactement comme jadis. Peut-être même que la situation mondiale est encore plus dangereuse parce qu'on n'a encore jamais dépensé autant d'argent pour des armes que de nos jours, et l'approvisionnement garanti en pétrole et en d'autres matières premières pourraient bientôt être mis en question. Les disputes et la guerre pour le pétrole pourraient bientôt s'intensifier.

Mais pourquoi la Banque nationale veut-elle alors brader les réserves d'or pour lesquelles nos grands-parents ont travaillé si durement? Et qu'en est-il de ces immenses dettes que les responsables politiques actuels ont amassé?

Ils attendent peut-être que nous les remboursions. Et la prévoyance à laquelle nous pourrions avoir recours dans des situations d'urgence, ils la vendent.

Alors là, je trouve nos grands-parents bien plus sympathiques. Ce n'est pas difficile de faire des dettes et de vendre l'or à grande échelle pour lequel d'autres ont travaillé. – Là, il y a quelque chose qui cloche.

Hmm…

Qu'est-ce que la Banque nationale reçoit pour l'or qu'elle vend?

Les 250 tonnes qui sont à vendre actuellement vont être vendues contre des dollars américains.

Quoi? Contre des dollars américains? Grand-papa, est-ce que j'ai bien compris? – Le papa à Charlie a dit que les USA impriment tous les jours des quantités de dollars ou qu'ils les fabriquent électroniquement pour financer leurs guerres en Irak et en Afghanistan. Ils auraient déjà fait cela pendant la guerre du Vietnam. Et ce serait une des raisons pour laquelle le dollar ne vaut plus qu'une fraction de sa valeur d'antan. Le papa de Charlie nous a raconté que les dettes des Américains sont aujourd'hui si grandes qu'elles ne pourront plus jamais être remboursées et qu'en plus les Américains ne savent de toute façon pas faire des économies. – Si c'est comme ça, les dollars ne peuvent pas être aussi sûrs que l'or.

Hmm – je pense que tu as raison. S'y ajoute que les banques monétaires pompent aujourd'hui d'énormes sommes d'argent neuf dans le système de finance pour tirer du pétrin les nombreuses banques imprudentes qui se sont trompées dans leurs spéculations. En tout cas, les Américains savent eux-mêmes très bien pourquoi ils ne vendent pas un seul kilo de leurs propres réserves d'or. Il y a aussi des pays qui ont commencé à échanger leurs dollars contre de l'or – les Russes et les Chinois par ­exemple. Ou bien ils achètent des parts de sociétés occidentales – en Suisse par exemple l'UBS comme on vient de l'apprendre. ­Singapour fait la même chose. Ce petit pays possèdera bientôt environ 10 % de l'UBS.

Le papa de Charlie a dit que les réserves d'or de la Suisse font partie du patrimoine populaire et ne peuvent pas être vendues sans nouvelle votation populaire. En 1951, le peuple a décidé lors d'un vote fédéral de créer de manière prévoyante de grandes réserves d'or. Alors aujourd'hui la vente de l'or aurait de nouveau dû être décidée de la même manière. C'est ainsi que cela se passe dans une démocratie directe. C'est d'autant plus valable que nos grands-parents ont ancré cette décision dans un article de la Constitution.

Tu as tout à fait raison. Les autorités politiques en Suisse ne sont que des administrateurs et n'ont pas le droit de vendre le patrimoine populaire qui leur est confié.

Oui, le peuple est propriétaire et doit donner son avis. Nous ne sommes quand même pas une république bananière! – Est-ce qu'il y a eu une votation pour permettre la vente de l'or?

Non – une telle votation n'a jamais eu lieu. Il y a quelques années, le Conseil fédéral et la direction de la Banque nationale ont prétendu que la moitié de l'or était superflu et qu'il pouvait être vendu. Entre-temps cela a été fait sans demander l'avis des citoyennes et des citoyens. Le produit a déjà été partagé. Une grande partie de l'argent a été versé aux cantons qui ont souvent aussi fait profiter les communes. La commune de Buchberg, située au bord du Rhin par exemple, que nous avons visitée dimanche passé a obtenu 200 000 francs. Avec cela elle veut réaménager la place devant la mairie. D'autres ont remboursé leurs dettes. Le riche canton de Zurich a tout simplement utilisé ces millions pour ses dépenses d'Etat normales. Actuellement, la Banque nationale vend 250 tonnes d'or supplémentaires. La valeur de l'or a augmenté, donc nous n'avons plus besoin de tant d'or, disent les responsables. Une drôle de logique: Avant de pouvoir recourir à cet or lors d'une crise, il est vendu.

Comment cela a-t-il pu arriver?

Cela a seulement été possible parce qu'en 1999 nos responsables politiques ont biffé de la nouvelle Constitution l'article que nos grands-parents avaient accepté à grande majorité en 1951 et qui exigeait que notre ­monnaie nationale doive être couverte en grande partie avec de l'or. Cet article n'était pas du tout démodé dans l'ordre monétaire actuel avec ses cours de changes variables parce qu'il a laissé ouvertes la manière et la méthode de la couverture-or. – Avec sa suppression, la voie était libre pour les ventes d'or comme elles se font aujourd'hui et dont personne ne comprend vraiment le sens. Ainsi l'on murmure sous couvert que les Américains font pression dans ce sens. Une monnaie nationale stable et pour une grande partie couverte d'or dérange de nos jours. Finalement, nous vivons dans un monde globalisé, dans lequel jour après jour – à partir du néant – d'immenses sommes d'argent neuf sont mises en circulation pour calmer les bourses, aider les banques à relancer la conjoncture, financer des guerres et bien d'autres choses. – La question reste: Etait-il nécessaire de rompre l'accord que nos grands-parents avaient conclu et pour lequel ils ont durement travaillé?

Pourquoi les citoyens n'ont-ils pas tout simplement refusé la nouvelle Constitution?

Parce qu'ils n'ont pas été informés correctement. Le Conseil fédéral a déclaré avant la votation à la radio et à la télévision que la nouvelle Constitution ne contenait rien de neuf qu'elle avait simplement été remaniée et modernisée du point de vue linguistique et structurel, juste un petit «toilettage». Aujourd'hui nous savons que ce n'était pas vrai. Ce fut un exemple probant de propagande gouvernementale trompeuse.

Mais grand-papa, c'est un vrai scandale! Et ce n'était pas voulu ainsi. Ils vendent l'or qui est en réalité prévu pour nous les jeunes pour nous aider lors d'une situation précaire. Ce sont des pratiques commerciales dé­loyales pour lesquelles on va normalement en ­prison. Pour nos enfants à nous, l'or n'existera plus que dans les manuels d'histoire. Je ne veux pas savoir comment ils parleront de nous plus tard. Mais vraiment!

Bon Nicole, on en reste là.

Commentaire
Ce n'est pas tout à fait exact que dans l'affaire de l'«or» la démocratie directe ait été entièrement contournée. Il y a eu de nombreuses votations à ce sujet. Déjà en 1949 le peuple a pu s'exprimer sur un article concernant la monnaie et qui aurait laissé la main libre à la Confédération de décider sur la composition des réserves monétaires. («La Confédération décide de la manière et de l'étendue de la couverture»). Le dollar américain (à l'époque de la valeur de 4,37) était jugé absolument sûr et était présenté comme réserve de devises. Le Conseil fédéral, le Parlement et la Banque nationale étaient favorables. Les citoyens cependant ont heureusement dit non – à une majorité de plus de 60 %. En 1951, un article contenant la phrase suivante a été accepté: «Les billets de banque émis doivent être couverts par de l'or et des avoirs à court terme.» (art. 39.7) Cet article a été remplacé en l'an 2000 – 49 ans plus tard – dans la nouvelle Constitution par un article qui a libéré la voie à la vente de l'or.
Plus récemment, il y a eu d'autres votations. En 2002, le peuple a pu s'exprimer sur la manière d'utiliser le produit des ventes de cet or. Il y avait deux propositions: De l'argent pour la Confédération, les cantons et la «Fondation pour la solidarité» ou bien tout l'argent pour l'AVS. Le peuple a rejeté les deux propositions. Puis, le Conseil fédéral a distribué le produit à la Confédération et aux cantons sans procéder à une nouvelle votation. A mes yeux, dans le comportement de vote des citoyennes et des citoyens se sont exprimées la déception et la protestation contre une élite politique qui les a ignorés dans cette question centrale de «vente d'or, oui ou non». L'or «superflu» n'était pas seulement un tas de métal précieux dont personne ne savait où il se trouvait et qu'on pouvait en quelque sorte «éliminer» comme étant superflu. Cet or était un projet commun auquel toute une génération a réfléchi, discuté, décidé et avant tout contribué par son travail.
Aujourd'hui, il y a des questions ouvertes. Bien des choses dans le comportement des responsables sont difficilement compréhensibles. Pourquoi la Banque nationale, après la vente contestée de la moitié des réserves d'or, continue-t-elle les ventes comme si de rien n'était? Bien que le Conseil fédéral et la Banque nationale aient déclaré que l'on ne vendrait plus d'or. – Il y a des indices qu'une grande puissance a fait pression et continue à en faire. Ou bien, est-ce que les ventes d'or se font en vue d'un rapprochement avec l'UE ou même en vue d'une adhésion? Les membres de l'UE ont transféré la responsabilité de leur réserves d'or à la direction de la ­Banque centrale ­européenne ­(Accord d'Amsterdam, ­chapitre 2, ­article 105, alinéa 2).
On pense automatiquement à des parallèles avec la Seconde Guerre mondiale. A cette époque aussi une grande puissance avait fait pression sur la petite Suisse. ­Le 5 octobre 2007, le conseiller national ­Luzi Stamm a déposé un postulat avec le contenu suivant: «Le Conseil fédéral est prié de présenter un rapport sur les dessous des ventes d'or de la Banque nationale. Qui a proposé et pour quelles raisons les différentes ventes d'or? Tout spécialement il faut ré­pondre à la question s'il existe des ententes avec des Banques nationales étrangères pour la vente coordonnée d'or.»
Espérons qu'il ne faudra pas de nouveau 50 ans jusqu'à ce que la population reçoive une réponse à ces questions. La démocratie directe, une information ouverte et loyale sont le meilleur moyen de contrer toute tentative de pression de cette sorte. Cette sagesse vaut certainement aussi pour la relation avec l'UE.    •

Pour pouvoir vendre ses stocks d'or, la Suisse devait changer sa Constitution. Ce qui a été fait en trichant les résultats, notamment dans les cantons de Lucerne et du Tessin.

Ces ventes sont donc illégales. C'est une énorme escroquerie.

Les robots peuvent nous libérer toujours plus.

http://pavie.ch/articles.php?lng=fr&pg=765

Le crédit social peut nous sauver des guerres.
    http://michaeljournal.org/images/Compte-Goutte.gif

Il s'applique en s'adaptant aux conditions locales. La Suisse est l'un des pays qui l'applique le plus du fait de sa structure fédéraliste.
On peut rechercher l'idéal en une fois, mais il est plus efficace de l'appliquer par petites touches, et, au fur et à mesure des avantages prouvés, il deviendra indispensable.

wir. reka, franc suisse, coupons locaux, amap,...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_pour_le_maintien_d%27une_agriculture_paysanne

Comment unir les personnes de bonne volonté ?


Notre programme repose sur dix pierres de construction :


1.la dignité de la personne humaine,

2.la vie humaine,

3.l'association libre et la démocratie directe,

4.la participation,

5.la préférence pour les pauvres,

6.la solidarité,

7.la gérance,

8.la subsidiarité suisse et le fédéralisme,

9.l'égalité,

10.le bien commun.  

Buts principaux

Avoir la force de dire oui à la primauté de l'aide des plus nécessiteux, des faibles, des marginaux et des exclus, des victimes d'une société qui trop souvent sacrifie l'homme à d'autres fins et intérêts

Avoir la force de dire non aux duperies du pouvoir, de l'argent, du plaisir, aux gains malhonnêtes, à la corruption, à l'hypocrisie, à l'égoïsme et à la violence. Non au mal, principe mensonger de ce monde. Oui au Bien qui détruit la puissance du mal par la toute-puissance de l'amour.

Nous savons que seuls les cœurs convertis à l'Amour, ..., peuvent construire un avenir meilleur pour tous".

 Les échecs des grands systèmes politiques sont prouvés.

De même que l'esclavagisme n'a pu être éradiqué qu'avec l'aide des croyants, nous devons faire une alliance de tous les hommes de bonne volonté pour vaincre les égoïsmes.

Etudions les bases possibles d'une collaboration.

Sous le Signe de l'Abondance

English

 

Ce volume de 312 pages présente une conception nouvelle de la finance, du système d'argent, qui libérerait définitivement la société des problèmes purement financiers. L'auteur, Louis Even, y expose les grandes lignes des propositions du Crédit Social, conçues par l'ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas.

Télécharger le livre en format PDF (2,4 MB)

Table des matières

Préface de l'auteur

Ce livre parle du Crédit Social, mais il est loin d'être une somme créditiste. Le Crédit Social, en effet, est toute une orientation de la civilisation et touche au social et au politique autant, sinon plus, qu'à l'économique. Nous croyons même, avec Douglas — à qui le monde doit cette lumineuse doctrine — qu'un redressement économique, dans le sens du Crédit Social, est impossible sans un redressement préalable d'ordre politique.

Dans ce volume, cependant, sauf quelques réflexions incidentes aux répercussions sur la politique d'un système financier détraqué et dominateur, nous avons borné notre étude aux objectifs économiques et aux propositions monétaires du Crédit Social.

Louis Even

Le titre du livre — Sous le signe de l'abondance — exprime assez bien qu'il s'agit d'une économie d'abondance, de l'accès rendu facile aux immenses possibilités de la production moderne.

L'économie ancienne pouvait être «sous le signe de l'or» ou de quelque autre objet rare lorsque la production elle-même faisait souvent défaut. Mais c'est méconnaître le progrès et outrager la logique que vouloir conserver un instrument lié à la rareté pour conférer des titres à une production motorisé.

Dans la première partie de ce volume, on rappelle des notions essentielles et très simples, que tout le monde admet sans peine, mais qui sont presque totalement ignorées dans l'organisme économique actuel. Les fins ne commandent plus les moyens. Une brève étude du système monétaire démontre que l'argent régit là où il devrait servir. On présente comme remède les propositions du Crédit Social, dont on expose les grandes lignes, sans entrer dans les méthodes d'application. Le problème, croyons-nous, n'est pas tant de développer une technique de fonctionnement que de faire accepter des propositions qui semblent à la fois trop simples et trop audacieuses aux esprits habitués à perdre de vue les fins et à s'enliser dans la complexité des moyens. Aussi, nombre de chapitres se présentent-ils surtout comme un plaidoyer de justification de la doctrine créditiste.

La deuxième partie reproduit, sans enchaînement nécessaire entre eux, certains discours et articles de nature à jeter de la lumière sur divers aspects du Crédit Social. Outre les production de l'auteur lui-même, on trouvera dans cette partie quelques contributions de Maître J.-Ernest Grégoire, avocat, de Mlle Gilberte Côté (depuis Mme Gilberte Côté-Mercier) et de M. Edmond Major.

En offrant ce libre au public, nous avons surtout en vue le lecteur moyen. Mëme en traitant de sujets spécifiques, nous évitons autant que possible les termes techniques, plus aptes à fatiguer qu'à éclairer. Nous avons visé à écrire de façon à être facilement compris par le grand nombre: c'est d'ailleurs dans l'esprit d'une économie d'abondance au service de tous et de chacun.

Montréal, 1er mai 1946.

LOUIS EVEN        

La cinquième édition de juin 2008 porte à 28 000 le nombre total d'exemplaires tirés du livre «Sous le Signe de l'Abondance». Dans la quatrième édition de 1988, les chiffres ont été adaptés pour 1988, et quelques articles de Louis Even et d'autres auteurs ont été ajouté dans la deuxième partie, portant sur divers aspects du Crédit Social, ainsi que des appendices et une brève biographie de Louis Even. Une édition en langue anglaise, avec davantage de chapitres (une quinzaine de plus que l'édition en français de 1988), est parue en 1996. C'est l'équivalent de cette version que l'on trouve dans l'édition de 2008 en langue française, qui est aussi en ligne sur ce site.



Nos lecteurs réguliers savent que chaque numéro de ce journal contient des articles sur les propositions financières du Crédit Social, qui sont plus d'actualité que jamais pour résoudre les problèmes économiques actuels. Cette idée du Crédit Social peut susciter de nombreuses questions parmi nos nouveaux lecteurs, et un seul article n'est certainement pas suffisant pour répondre à toutes ces questions, ou pour donner une bonne compréhension de tout le concept du Crédit Social. De plus, la plus part des gens n'ont tout simplement pas le temps de lire de longs livres sur le sujet.

Alors, voici la solution: les propositions du Crédit Social expliquées en 10 leçons, chacune étant la suite logique de la précédente. La première leçon débute avec les principes, et de là, on bâtit les fondations pour avoir une pleine connaissance de tout ce que le Crédit Social implique. Voici la liste des 10 leçons:

Leçon 1: Le but de l'économie: faire les biens joindre ceux qui en ont besoin;

Leçon 2: La pauvreté en face de l'abondance, la naissance de l'argent;

Leçon 3: Les banques créent l'argent sous forme de dette;

Leçon 4: La solution: un argent sans dette créé par la société;

Leçon 5: Le manque chronique de pouvoir d'achat — Le dividende;

etc...

Télécharger le livre en format PDF (1,8 MB)


--
Admiration.
http://www.union-ch.com/file/portrait.wmv

Avec mes meilleures salutations.

François de Siebenthal
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.
Krach ? Solutions...
Local Exchange Systems in 5 languages
www.easyswap.ch
http://pavie.ch/?lng=en
http://michaeljournal.org
http://desiebenthal.blogspot.com/
http://ferraye.blogspot.com/
skype siebenthal
00 41 21 652 54 83
021 652 55 03 FAX: 652 54 11
CCP 10-35366-2

http://non-tridel-dioxines.com/
http://m-c-s.ch et  www.pavie.ch
http://ktotv.com/
Please, subscribe to be kept informed.
Pour nous soutenir, mieux résister aux manipulations, rester unis et recevoir des nouvelles différentes et vraies, un abonnement nous encourage.  Pour la Suisse, 5 numéros par année de 16 pages par parution: le prix modique de l'abonnement est de 16 Sfr.- par année (envois prioritaires)
Adressez vos chèques à:
Mme Thérèse Tardif C.C.P. 17-7243-7
Centre de traitement, 1631-Bulle, Suisse
Vous avez reçu ce texte parce qu'une de vos relations a pensé que notre esprit pouvait vous intéresser et nous a suggéré de vous écrire ou vous a personnellement fait suivre ce message. Si vous ne désirez plus rien recevoir de notre part, nous vous remercions de répondre par courriel avec la simple mention « refusé ». Si cette adresse figure au fichier, nous l'en ôterons de suite. Avec nos excuses.

Justice = Pax - Peace - Paz - Paix - Vrede - Frieden - Shalom - Salam - Mir - Pau - Pokoj - Shanti - Ashkharh...Abenaki OLAKAMIGENOKA Afrikaans VREDE Akan ASOMDWOE Akkadian SALMU Alabama ITTIMOKLA Albanês PAQE Algonquin WAKI IJIWEBISI Alsaciano FRIEDE Amharic SELAM Árabe SALAM Aranese PATZ Armenio ASHKHARH Assamese SHANTI Aymara HACANA Bemba MUTENDEN Basque (Euzkera) BAKEA Bavariano FRIDN Batak PARDAMEAN Belorusso PAKOJ Bengali SHANTI Bhojpuri SHANTI Isaïe 32, 17

Rechercher dans ce blog

Translate

Politesse et étiquette

Les commentaires si possible signés, concis ou non, courtois et pertinents, même très critiques sont appréciés. Toute discussion peut être source de progrès. Les autres, surtout les vulgaires, pourraient être supprimés .

(c) Date de l'article, sinon 2000 Famille de Siebenthal, Lausanne, Suisse. 021 616 88 88

Sites que vous devriez visiter, merci

Saint Jean-Paul II a comparé le rapport sexuel entre les époux chrétiens à l'adoration eucharistique.

http://desiebenthal.blogspot.com/2011/05/le-rapport-sexuel-est-comparable.html


http://michaeljournal.org

http://ferraye.blogspot.com/

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia

Un pour tous, tous pour un, IEOUA, LIOBA, Alleluia
Image des rings burgondes. Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Les combats intérieurs.

Les combats intérieurs.
Signification des armoiries:chapelle de Gstaad, St Niklaus. Mettons le dragon qui est en chacun de nous sous 7 verrous. Meaning of the coat of arms: Chapel of Gstaad, St Niklaus. Let the dragon that is in each of us within 7 locks. http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/misericordes-suisses.html

Un pour tous, tous pour un.

Un pour tous, tous pour un.
Le dragon de nos armoiries qui crache le feu sur le casque.

Les valeurs suisses

Les valeurs suisses
Un pour tous, tous pour un.

Archives du blog

Les sept verrous qui bloquent le dragon qui est en chacun d'entre nous.

On triomphe des 7 vices capitaux par l’exercice des 7 vertus opposées.

Ainsi on triomphe :

de l’orgueil par l’humilité,

de l’avarice par la libéralité,

de la luxure par la chasteté,

de la colère par la patience,

de la gourmandise par l’abstinence,

de l’envie par l’amour fraternel,

de la paresse par la diligence et l’ardeur dans le service de Dieu.

Un combat à la fois, un par jour est plus efficace.

Sagesse de la première Alliance...Isaïe 11.1-3

Un rejeton sortira de la souche de Jessé,
un surgeon poussera de ses racines.
Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur,
esprit de sagesse et d’intelligence,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
son inspiration est dans la crainte [piété] du Seigneur.


ll y a sept dons du Saint-Esprit qui nous aident dans ce combat :

1 le don de Sagesse ;

2 d’Intelligence ;

3 de Conseil ;

4 de Force ;

5 de Science ;

6 de Piété ;

7 de Crainte de Dieu.

A quoi servent les 7 dons du Saint-Esprit ?

Les 7 dons du Saint-Esprit servent à nous confirmer dans la Foi, l’Espérance et la Charité ; et à nous rendre prompts aux actes de vertu nécessaires pour acquérir la vie chrétienne et le CIEL.

Qu’est-ce que la Sagesse ?

La Sagesse est un don par lequel, élevant notre esprit au-dessus des choses terrestres et fragiles, nous contemplons les choses éternelles, c’est-à-dire la Vérité qui est Dieu, en qui nous nous complaisons et que nous aimons comme notre souverain Bien.

Qu’est-ce que l’Intelligence ?

L’Intelligence est un don par lequel nous est facilitée, autant que c’est possible pour un homme mortel, l’intelligence de la Foi et des divins mystères que nous ne pouvons connaître par les lumières naturelles de notre esprit.

Qu’est-ce que le Conseil ?

Le Conseil est un don par lequel, dans les doutes et les incertitudes de la vie humaine, nous connaissons ce qui contribue le plus à la gloire de Dieu, à notre salut et à celui du prochain.

Qu’est-ce que la Force ?

La Force est un don qui nous inspire de l’énergie et du courage pour observer fidèlement la sainte loi de Dieu et de l’Eglise, en surmontant tous les obstacles et toutes les attaques de nos ennemis.

Qu’est-ce que la Science ?

La Science est un don par lequel nous apprécions sainement les choses créées, et nous connaissons la manière d’en bien user et de les diriger vers leur fin dernière qui est Dieu.

Qu’est-ce que la Piété ?

La Piété est un don par lequel nous vénérons et nous aimons Dieu et les Saints, et nous avons des sentiments de miséricorde et de bienveillance envers le prochain pour l’amour de Dieu.

Qu’est-ce que la Crainte de Dieu ?

La Crainte de Dieu est un don qui nous fait respecter Dieu et craindre d’offenser sa divine Majesté, et qui nous détourne du mal en nous portant au bien dans l'amour.


Les dons du Saint Esprit
(CEC 1830-1831 ; ST I-II 68.1-8)


Les dons sont des habitudes, habitus infus, qui sont en nous et qui nous rendent réceptifs aux motions du Saint-Esprit, pour nous faire mieux agir en faveur du bien commun.

« Les dons sont des habitus qui perfectionnent l’homme pour qu’il suive promptement l’impulsion du Saint-Esprit, de même que les vertus morales disposent les facultés appétitives à obéir à la raison. Or, de même qu’il est naturel pour les facultés appétitives d’être mues par le commandement de la raison ; de même il est naturel pour toutes les facultés humaines d’être mues par l’impulsion de Dieu comme par une puissance supérieure. » ST I-II 68.4

Les sept dons du Saint Esprit
(ST I-II 68.4)


Intelligence : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 8.1-8).
Conseil : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans l’appréhension, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 52.1-4).
Sagesse : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités spéculatives (ST II-II 45.1-6).
Connaissance : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans le jugement, par l’intelligence, des vérités pratiques (ST II-II 9.1-4).
Piété : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de l’amour des choses qui concernent un autre (ST II-II 121.1-2).
Force : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits de la crainte des choses qui nous concernent (ST II-II 138.1-2).
Crainte : nous rend réceptifs à l’action de l’Esprit Saint dans les appétits du désir des choses nous concernant (ST II-II 19.1-12).

http://www.lumenc.org/maladies.php

Les conseils du pape François pour se confesser

Dans un petit livret intitulé « Prends soin de ton cœur », offert par le pape François aux pèlerins de la place Saint Pierre après l'Angelus du 22 février, se trouvent différents textes à méditer pendant le carême et un examen de conscience pour se préparer à la confession.

  • Une distribution un peu particulière a eu lieu il y a quelques jours place Saint-Pierre, à Rome. Des bénévoles, parmi lesquels de nombreux sans-abri venus en pèlerinage, ont distribué à la foule réunie pour entendre l'Angelus un petit carnet offert par le pape pour le premier dimanche du carême.
  • Notre cœur doit se convertir au Seigneur, a insisté François lors de l'Angélus. C’est pourquoi, en ce premier dimanche, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la place, un petit livret de poche intitulé "Prends soin de ton cœur". »

Celui-ci rassemble quelques enseignements de Jésus et les contenus essentiels de la foi, comme les sept sacrements, les dons de l'Esprit Saint, les dix commandements, les vertus, les œuvres de miséricorde, etc. On y trouve aussi un examen de conscience dont le pape avait souligné l'importance lors de sa messe quotidienne à la chapelle de la maison Sainte-Marthe le 11 octobre 2014. « Avoir un cœur recueilli, un cœur dans lequel nous savons ce qui se passe et ici et là, nous pouvons exercer une pratique ancienne mais efficace de l’Église : l’examen de conscience. Qui d’entre nous, le soir, avant de finir sa journée, reste tout seul ou toute seule et se pose la question : qu’est-ce qui s’est passé aujourd’hui dans mon cœur ? Qu’est-il arrivé ? Quelles émotions ont traversé mon cœur ? Si nous ne faisons pas cela, nous ne réussissons pas ni à bien veiller ni à bien protéger notre cœur »

I. Petits rappels sur le sacrement de Confession (ou de Pénitence ou de Réconciliation)

Un vrai chrétien a le souci constant de conserver son âme en état de grâce aux yeux de Dieu. Il sait, en effet, d’une part, que nul ne connaît ni le jour ni l’heure de sa mort et que, d’autre part, l’âme, pour être admise au bonheur parfait et éternel du Ciel, doit être entiè­rement purifiée du péché. C’est pourquoi il reçoit volontiers le sacrement de la Réconciliation.

Par ce sacrement, on obtient la rémission de tous les péchés person­nels (quelle qu’en soit la gravité) commis après le baptême. Ce pouvoir qu’avait le Christ, il l’a transmis à ses Apôtres quand, leur apparaissant après sa Résurrection, il leur a dit : Recevez le Saint-Esprit : les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez ; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez (Jean, XX, 23). Ce pouvoir passa des Apôtres à leurs successeurs.


Tout chrétien doit recevoir ce sacrement au moins une fois chaque année. Il comporte :

L’examen des fautes commises.
Le regret de les avoir commises (Contrition).
La résolution sincère de les éviter à l’avenir.
L’accusation des péchés, au moins graves, à un prêtre approuvé, tenant la place de Dieu.
L’absolution donnée par le prêtre au nom de Jésus-Christ.
L’accomplissement de la pénitence qu’il a imposée (Satisfaction).


Le sacrement de pénitence produit notre propre mort au péché et notre résurrection à la vie en Dieu. Il prolonge ainsi notre baptême et nous prépare à l’eucharistie. Il doit laisser dans nos âmes une immense joie, car c’est un sacrement de vie.


II. Quelques conseils pour bien réaliser son examen de conscience

Par une courte prière, demander à Dieu et à Notre-Dame la grâce de bien connaître les péchés dont on est coupable.

S’examiner sur les Commandements de Dieu et de l’Église ; les péchés capitaux ; les devoirs de son état.

Pour aider le plus d’âmes possible, dont les besoins sont très divers, l’examen proposé ci-après est plutôt détaillé. Mais il est rappelé qu’en confession seule l’accusation des péchés mortels est obligatoire. Un péché est mortel quand, sachant pleinement que la matière en était grave, on l’a néanmoins commis avec un entier consentement. C’est alors une rupture d’amour avec Dieu. Et comme l’âme cesse ainsi d’être unie à Dieu - de qui elle tenait sa vie -, elle meurt surna­turellement : le péché a été "mortel" pour elle.

L’examen terminé, demander instamment à Dieu, par l’intercession de la Vierge Marie, la grâce d’une vraie contrition des péchés com­mis et la ferme résolution de les éviter à l’avenir, conditions indispen­sables pour obtenir le pardon de ses péchés.

Pour exciter en soi le regret de ses fautes, réfléchir durant quelques instants :

au redoutable châtiment du purgatoire ou de l’enfer que l’on a mérité ;
aux souffrances et à la mort que Jésus-Christ endura pour l’expiation de nos péchés ;
à la bonté d’un Dieu d’amour et de miséricorde, offensé par le péché qui a produit une rupture profonde, surtout s’il a été mortel.

Puis, réciter lentement l’acte de contrition.

III. Quelques conseils pour recevoir le sacrement lui-même

Avant de rentrer au confessionnal, ou immédiatement en entrant, suivant la coutume, réciter le « Je confesse à Dieu… » LeConfiteor nous remet devant cette réalité du péché et nous fait accomplir le mouvement de « conver­sion » nécessaire, vers Dieu et vers les autres :

Parce que nous nous sommes opposés à l’Amour tout-puissant, en cherchant à réaliser notre bonheur contre Lui ou sans Lui, nous disons : « Je confesse à Dieu tout-puissant » ;

Parce que nous avons porté atteinte à l’œuvre de l’Incarnation et de la Rédemption, en nous séparant de tous ceux qui ont coopéré à cette œuvre, notamment de la Mère du Christ, nous disons : « Je confesse … à la Bienheureuse Marie toujours Vierge » ;

Parce que nous nous sommes opposés à l’œuvre de lutte et de fidélité des anges, l’attente des martyrs, des prophètes de l’Ancien Testament, morts pour que le Règne du Messie se réalise, à l’œuvre des apôtres et des saints qui ont travaillé pour le Christ, nous disons : « Je confesse… à saint Michel (vainqueur du démon), à saint Jean Baptiste (dernier des pro­phètes), aux apôtres (représentés par saint Pierre et saint Paul), et à tous les saints » ;

Enfin, parce que notre péché s’est opposé à toute l’Église et nous sépare des autres membres du Corps Mystique que le prêtre représente, en même temps qu’il tient la place de Jésus Christ, nous disons : « Je confesse… à vous, mon Père… ».


Avant de commencer l’énumération des péchés, préciser : le temps écoulé depuis la dernière confession ; un oubli ou une dissimulation de péché grave dans celle-ci ; une ou plusieurs mauvaises communions (en état de péché grave) ; une omission de la pénitence donnée (volontaire ou non).


Accuser sincèrement tous les péchés mortels que l’on a commis, avec leur nombre et les circonstances qui les ont modifiés (aggravés, allégés), comme par exemple, les péchés commis avec d’autres personnes qu’on a ainsi scandalisées, ou qu’on a entraîné au péché.

L’accusation des péchés véniels n’est pas indispensable car on peut en obtenir le pardon par d’autres moyens que la confession, par exemple la prière, l’aumône, la pénitence… Pourtant, cette accusation est fort conseillée car, par le sacrement de la Confession, on obtient des grâces spéciales pour éviter ces péchés véniels à l’avenir.

Dans le cadre de confessions régulières, on peut dire où l’on en est par rapport à son défaut dominant, ou par rapport à ses résolutions.

Si l’on est troublé ou que l’on a peur, ou tout simplement si on hésite, on peut demander au prêtre de nous interroger, ou de nous renseigner sur la gravité d’un péché.

Terminer par : « Je m’accuse de tous ces péchés, de tous ceux que j’aurais pu avoir oublié et de tous ceux de ma vie passée ; j’en demande très humblement pardon à Dieu, et à vous mon Père, pénitence et absolution si vous m’en jugez digne ».


Ecouter avec attention le mot d'exhortation du prêtre. Avant l'absolution, bien regretter ses péchés, et réciter à cet effet l'acte de contrition : « Mon Dieu, j'ai un très grand regret de Vous avoir offensé, parce que Vous êtes infiniment bon, infiniment aimable et que le péché Vous déplaît. Je prends la ferme résolution avec le secours de Votre sainte grâce de ne plus Vous offenser et de faire pénitence. »


Après la confession, accomplir la pénitence imposée par le confesseur au plus tôt, afin de ne pas l’oublier ; remercier Dieu du pardon obtenu ; renouveler sa résolution d’éviter tout péché à l’avenir, surtout le péché grave.


Examen de conscience détaillé

Avant de commencer cet examen, adresser à Dieu cette prière :

Mon Dieu, je vous supplie, par l’intercession de la Vierge Marie, de m’accorder la grâce de bien connaître tous les péchés dont je suis coupable. Faites qu’ensuite je m’en accuse avec un sincère regret de les avoir commis et une ferme volonté de les éviter à l’avenir et qu’ainsi j’en obtienne le pardon de votre miséricorde infinie. Ainsi soit-il.


Examen sur les commandements de Dieu

1er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et l’aimeras plus que tout… »

Omission de la prière (en particulier le matin et le soir), de la fré­quentation des sacrements de la Pénitence et de l’Eucharistie… Communions ou confessions sacrilèges… Manque de respect des sacrements… Manque au jeûne avant la communion (une heure au moins)… Violation du secret de confession… Doutes volontaires contre la foi… Mise en péril de la foi par la lecture de journaux impies, par des fréquentations dangereuses… Respect humain… Manque de confiance en Dieu ou confiance présomptueuse en ses propres forces… Indifférence à l’égard de Dieu… Manque de soumission à la volonté de Dieu… Pratiques superstitieuses, spiritisme… Critiques de la religion… Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique… Négligence dans sa formation chrétienne…


2ème Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect… »

Emploi inutile du nom de Dieu… Blasphèmes, imprécations, jurons… Serments faux ou inutiles… Irrespect à l’égard des personnes et des choses consacrées à Dieu… Souhaits néfastes à l’égard de soi-même ou d’autrui… Non-accomplissement des vœux émis…


3ème Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur… »

Omission volontaire ou sans motif de l’assistance à la Messe domini­cale ou des fêtes d’obligation… Retard volontaire ou dissipation durant ces Messes… Travail fait ou ordonné sans nécessité ou permission… Recherches de distractions contraires à la sanctification du dimanche…


4ème Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère… »

Manque d’amour, d’affection, de respect, d’obéissance, d’assistance à l’égard des parents durant leur vie et de prière à leur intention après leur mort… Peine causée… Souhaits de mal… Disputes d’intérêt en famille… Manque de déférence et de soumission à l’égard des supérieurs…

Pour les parents à l’égard de leurs enfants : négligence dans leur édu­cation chrétienne ou leur pratique religieuse, mauvais exemples donnés, manque de surveillance, de soins, de disponibilité, de conseils ou de corrections nécessaire… Dureté, injustice, sévérité excessive…


5ème Commandement : « Tu ne tueras point… »

Meurtre, tentative de suicide, euthanasie… Avortements, stérilisations… Souhait de mort ou de malheur à l’égard d’autrui… Vengeance, coups, blessures, torts causés à la santé, drogues, alcool, mutilations… Insultes, injures, mépris, faux rapports, haine, violences, refus de pardonner, vengeances… Indifférence à la peine d’autrui… Scan­dales par mauvais exemples, par conseils ou approbation silen­cieuse…


6ème et 9ème Commandements : « Tu ne feras pas d’impureté… » et « Tu n’auras pas de désir impur volontaire… »

Pensées ou désirs impurs provoqués en soi ou chez les autres… Conversations, chansons, lectures, spectacles immoraux (TV, Internet…) Flirts… Familiarités coupables… Danses lascives… Touchers indécents… Actions contraires à la chasteté, seul ou avec d’autres : masturbation, relations charnelles en dehors du mariage, homosexualité… Tenues ou attitudes provocantes…

Pour les fiancés : Légèretés, tendresses excessivement sensuelles… Relations prématrimoniales… Cohabitation…

Pour les époux : Atteintes coupables à la fécondité du mariage, contraception permanente ou temporaire… Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse… Adultère (pensées, désirs, actions)… Liaisons… Divorce… Remariage civil… Refus injuste du droit du conjoint…


7ème et 10ème Commandements : « Tu ne voleras pas… » et « Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui… »

Vol (quoi ? combien ? circonstances ?), recel, objets trouvés ou empruntés et non rendus… Dommages injustes causés au prochain dans ses biens… Fraudes, manœuvres déloyales dans le travail, les affaires, le commerce, les contrats… Pots-de-vin… Coopération à des injustices… Recel d’objets volés… Négligence dans le paiement des dettes… Salaires insuffisants… Exploitation des faibles… Dommages aux biens collectifs… Désirs de vol ou d’injustices… Non-réparation de dommages causés… Non-restitution… Gaspillage… Travail bâclé…


8ème Commandement : « Tu ne mentiras pas… »

Mensonges avec ou sans préjudice pour autrui… Médisances ou calom­nies, faites ou approuvées… Faux témoignages en justice… Accusations injustes… Jugements téméraires… Rapports injustes nuisibles… Violation du secret, confié ou professionnel, des correspondances… Dissimulation, hypocrisie… Tricheries… Promesses non tenues… Refus de rectifier la vérité…


Examen sur les commandements de l’Église

Tu sanctifieras les fêtes d’obligation (Noël, Ascension, Assomption, Toussaint).

Tu assisteras à la messe les dimanches et fêtes d’obligation.

Tu te confesseras au moins une fois l’an.

Tu communieras chaque année au Temps pascal.

Tu jeûneras les jours fixés par l’Église (Mercredi des Cendres et Vendredi Saint).

Tu ne mangeras pas de viande les jours fixés par l’Église (c’est-à-dire, les jours de jeûne et les vendredis de Carême). Pour les autres vendredis de l’année, cette abstinence peut être remplacée par une autre forme de pénitence (qu’il faut alors accomplir sous peine de péché).


Examen sur les péchés capitaux

ORGUEIL : Amour-propre désordonné… Complaisance en soi-même… Egoïsme… Ambition démesurée… Vanité mondaine… Présomption… Attitudes hautaines, susceptibilité…

AVARICE : Vices contraires aux 7ème et 10ème commandements. Refus de partager, d’aider ceux qui sont dans le besoin (aumône) …

LUXURE : Vices contraires aux 6ème et 9ème commandements.

ENVIE : Jalousie du bonheur, des biens, des succès des autres ; joie de leurs malheurs, de leurs misères, de leurs revers…

GOURMANDISE : Excès dans le manger, le boire… Ivrognerie… Sensualité… Ivresse des stupéfiants…

COLÈRE : Manque de maîtrise de soi, emportements, rancunes, res­sentiment, murmures, bouderie, brusquerie, grossièreté, cruauté…

PARESSE : Dans le lever, le travail, les prières… Oisiveté… Fuite systématique des efforts…


Examen sur les devoirs d’état

N.B. L’examen suivant est très détaillé, et reprend en partie ce qui a déjà été vu auparavant.


Alors qu’il est très important, c’est un domaine qu’on oublie souvent dans l’examen de la conscience. Selon son état de vie et ses responsabilités :


1. Devoirs personnels de chrétiens :

Quelle importance ai-je attaché à ma vie chrétienne, au milieu de toutes mes occupations ? A-t-elle la première place ? Y a-t-il dans ma vie une cohérence entre ma foi et mes œuvres ?

Est-ce que je crois à la présence et à l’action du Seigneur dans le monde et dans ma vie de chaque jour ? Ai-je cherché à mieux connaître sa pensée et sa volonté en face des événements, en face des autres, et de mes problèmes personnels ? Suis-je fidèle à la vocation que Dieu m’a envoyée ?

Ai-je cherché à grandir dans la foi, à approfondir ma connaissance du Sei­gneur par la lecture de l’Évangile et du Catéchisme, ou par tout autre moyen mis à ma disposition : retraites, cours, prédications… ?

Ai-je eu peur de témoigner de ma foi par lâcheté, respect humain ? N’ai-je pas cédé aux doutes, à l’inquiétude, à l’angoisse, au désespoir ?

Ai-je compté sur le Seigneur dans les difficultés et dans les tentations ?

Est-ce que je vis dans l’attente de la vie éternelle ?

Ai-je prié ? Régulièrement ? Avec mon cœur ? Avec toute ma vie ?

Ai-je pris part à la Sainte Messe quand l’Église me le demande ? Y ai-je participé de mon mieux ?

Ai-je vécu le dimanche comme un jour de prière et de joie ? N’ai-je pas accom­pli des travaux qui ne sont pas conformes à cet esprit ?

Ai-je fait quelque chose pour aider la mission d’évangélisation de l’Église ? Pour ramener mes connaissances à la vraie foi ?

N’ai-je pas refusé par souci de ma tranquillité ou par égoïsme de m’engager dans un mouvement d’Église ?

Ai-je collaboré loyalement avec les prêtres de l’Église ? Les ai-je aidé autant que je pouvais ?


2. Devoirs envers le prochain :

Est-ce que j’aime le prochain d’un amour vrai et efficace ?

La misère, les souffrances des autres sont-elles pour moi une préoccupation ? Ai-je fait mon possible pour les sou­lager ?

Ai-je cherché à comprendre les autres ? Ai-je cherché à les aider en mettant à leur disposition mon amitié, mon temps, mes biens ?

N’ai-je jamais blessé les autres par mes paroles, mes gestes ?

Ai-je risqué de porter atteinte à la vie des autres ou à la mienne, par des im­prudences dans le travail, le sport ou sur la route ?

En quoi ai-je pu trahir l’amour des autres : indifférence, oubli des autres, mise à l’écart de certains, mauvais caractère, volonté d’avoir raison à tout prix, jalousie, envie, désir de vengeance, mépris, jugement téméraire, haine, rail­lerie, médisance, calomnie, secrets ré­vélés, achats ou ventes à des prix injustes, dettes impayées, choses non rendues, gaspillage ou détérioration des biens collectifs, mauvais exemple, scan­dale d’autant plus grand qu’il vient d’un témoin du Christ, refus de pardonner.


3. Devoirs familiaux :

Enfants :

Ai-je vraiment aimé mes parents, en évitant d’augmenter leurs difficultés, en leur apportant mon concours, en leur manifestant mon affection ?

Ai-je respecté mes parents ? En leur parlant avec déférence, en ne les jugeant pas sans les comprendre ?

Ai-je respecté l’autorité de mes parents en écoutant leurs conseils, leurs ordres et en les exécutant de mon mieux ?

N’ai-je pas gêné l’atmosphère familiale par de la mauvaise humeur, de la bouderie, de la révolte ?

Est-ce que j’aide de mon mieux mes parents âgés quand ils sont dans la gêne, ou malades ou isolés ?

Est-ce que je cherche à bien m’entendre avec tous les membres de ma famille ?


Personnes mariées :

Suis-je fidèle à l’amour promis le jour du mariage ? Ai-je cherché à développer cet amour, à me donner sans réserve et à me sacrifier ?

Ai-je souci des désirs, des goûts, des difficultés de mon époux ou de mon épouse ?

N’ai-je pas négligé mon foyer ? Ai-je le souci de penser à deux les pro­blèmes de ma famille ?

N’ai-je pas gâché notre amour en ne maîtrisant pas suffisamment les défauts de mon caractère ?

N’ai-je pas recherché les joies du mariage par simple égoïsme ?

La communion des cœurs et des esprits l’emporte-t-elle et anime-t-elle celle des corps ?

N’ai-je pas par égoïsme refusé d’avoir des enfants ? Ai-je dans ce but utilisé des moyens défendus ?

Est-ce que j’apporte toute l’attention voulue à l’éducation de mes enfants ?

Est-ce que je cherche à les connaître, à les comprendre, à découvrir leurs goûts, leur vocation, à suivre leur évolution quand ils grandissent ?

Ai-je pensé à leur donner le moyen d’exercer leur liberté quand ils grandissent ?

Mon attitude envers eux ne manque-t-elle pas de fermeté ou au contraire d’affection et de confiance ?

Est-ce que je leur donne le bon exemple ?

Ai-je cherché à les éduquer religieusement ? Leur ai-je donné le sens de la prière ?

Ai-je cherché à garder au foyer le sens du jour du Seigneur ? Ai-je aidé mes enfants à préparer leur messe ?

Ai-je considéré comme un honneur et un devoir de donner à Dieu des prêtres, des religieuses ?

Notre foyer est-il accueillant pour les autres ?


4. Devoirs professionnels :

Enfants :

Ai-je manqué l’école par ma faute ?

Ai-je mal étudié mes leçons, mal fait mes devoirs ?

Ai-je triché en classe (copié, soufflé) ?


Adultes :

Ai-je négligé mon travail ?

Ai-je conscience des responsabilités qu’engage ma situation, mon rôle ?

Quelle est mon attitude à l’égard de ceux qui me dirigent ? N’ai-je pas cherché, par méchanceté ou jalousie, à miner leur autorité ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux qui travaillent avec moi ? N’ai-je pas tendance à me décharger sur les autres de ma tâche ? Est-ce que je sais les aider, les soutenir, entretenir avec eux des relations de bonne camaraderie ?

Ai-je pris ma place dans les organisa­tions professionnelles ?

Quelle est mon attitude vis à vis de ceux que je commande ou que j’emploie ? Est-ce que je les rétribue conformément à la justice ? Les ai-je traité humainement, en res­pectant leur dignité d’hommes ? Ne leur ai-je pas confié des tâches au-dessus de leurs forces ? Leur ai-je accordé le repos auquel ils ont droit et dont ils ont besoin ?


5. Devoirs civiques :

Ai-je rempli mes devoirs de chrétien dans la société ?

Ai-je cherché à m’informer le mieux possible pour comprendre les pro­blèmes sociaux et économiques ? A découvrir les solutions justes et efficaces ?

Ai-je le souci de tenir ma place dans la vie de la cité ou de la nation pour lui donner une meilleure orienta­tion ? Ai-je su accepter les charges mu­nicipales ou autres en les envisageant comme un service ?

Ai-je choisi mes représentants en fonc­tion de leur aptitude à promouvoir le bien commun et la loi divine plutôt qu’en fonction de leur aptitude à défendre mes intérêts ?

Ai-je fait mon possible pour faire changer les lois injustes (Avortements, divorce, euthanasie, pacs, etc.) ?

Examen de conscience pour Adultes

________________________________

Je crois en un Sauveur aimant qui pardonne mes péchés et qui me donne la grâce de devenir un Saint. Par le ministère de ses Prêtres, Jésus–Christ accomplit l’un et l’autre dans le Sacrement de Pénitence.

"Comme le Père M’a envoyé, Moi aussi Je vous envoie … Recevez le Saint Esprit. Les péchés seront pardonnés à qui vous les pardonnerez ils seront retenus à qui vous les retiendrez." (Jean XX : 21-23)

"Vos péchés seraient-ils rouges comme l’écarlate, ils deviendront blancs comme la neige." (Isaie I : 18)

"Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs." ( Matt. IX : 13)

"Les hommes ont reçu de Dieu un pouvoir accordé ni aux Anges,ni aux Archanges. Jamais il n’a dit aux Esprits Célestes « Tout ce que vous lierez et délierez sur la terre sera lié et délié dans le ciel ». Les Princes de ce monde peuvent seulement lier et délier le corps. Le pouvoir du prêtre va plus loin, il atteint l’âme et elle est exorcisée non seulement par le baptême, mais encore plus par le pardon des péchés. Ne rougissons donc pas de confesser nos fautes. Celui qui rougit de découvrir ses péchés à un homme et qui ne se confesse pas, sera couvert de honte au Jour du Jugement en présence de tout l’univers," (St Jean Chrysostome, Traité sur les prêtres, Livre 3)

Prière avant la confession: O Seigneur, accordez-moi la lumière pour que je me voie comme Vous me voyez, et le grâce de regretter vraiment et effectivement mes péchés. O Marie, aidez-moi à faire une bonne confession.

Comment se confesser: D’abord, examinez bien votre conscience, puis dites au prêtre le genre précis de péchés que vous avez commis et dans la mesure du possible, combien de fois vous les avez commis depuis votre dernière bonne confession. Il n’est obligatoire de confesser que les péchés mortels puisqu’on peut obtenir le pardon des péchés véniels par les sacrifices et les actes de charité. Si vous n’avez pas la certitude qu’un péché soit mortel ou véniel, mentionnez votre doute au confesseur. Souvenez-vous aussi que la confession de péchés véniels aide à éviter le péché et à progresser vers le Ciel.

Conditions nécessaires pour qu’un péché soit mortel:

Matière grave
Pleine connaissance
Entier consentement de la volonté.

Considérations préliminaires:

Ai-je parfois omis de confesser un péché grave dans le passé ; ou ai-je volontairement déguisé ou caché un tel péché ?
Nota bene : Cacher des péchés rend invalide la confession .
La confession est secrète, c’est à dire que c’est une faute mortelle pour le prêtre de révéler à qui que ce soit l’objet d’une confession.
Ai-je été coupable d’irrévérence envers ce sacrement en omettant d’examiner ma conscience avec soin?
Ai-je négligé de faire la pénitence donnée par le prêtre?
Ai-je des habitudes de péchés graves à confesser d’abord (par exemple: impureté, ivrognerie, etc.)

Premier Commandement:

Je suis le Seigneur Ton Dieu. Tu n’auras pas des dieux étrangers devant Moi. (y compris les péchés contre la Foi, l’Espérance et la Charité)

L'amour de l'argent est la racine de tous les maux, c'est une idolâtrie...

Ai-je négligé de connaître ma foi selon l’enseignement du catéchisme, par exemple le Symbole des Apôtres, les Dix Commandements, les Sept Sacrements, le Notre Père, etc.?
Ai-je volontairement mis en doute ou renié l’un des enseignements de l’Eglise?
Ai-je pris part à quelque culte non- catholique?
Suis-je membre de quelque organisation religieuse non-catholique, société secrète ou groupe anti-catholique?
Ai-je, en toute connaissance, lu quelque littérature hérétique, blasphématoire ou anti catholique?
Ai-je pratiqué des superstitions (telles que les horoscopes, prédiction d’avenir, spiritisme, etc.)
Ai-je omis des obligations ou pratiques religieuses pour des motifs de respect humain?
Me suis-je recommandé chaque jour à Dieu?
Ai-je été fidèle à mes prières quotidiennes?
Ai-je fait mauvais usage des Sacrements? Les ai-je reçus sans respect (par exemple la Communion dans la main) ou de manière invalide?
Me suis-je moqué de Dieu, de Notre-Dame, des Saints, de l’Eglise, des Sacrements ou d’autres sujets sacrés?
Ai-je été coupable de grande irrévérence dans l’Eglise (par exemple: conversation, comportement ou vêtement)?
Ai-je été indifférent vis-à-vis de ma foi catholique – en croyant qu’on peut se sauver dans n’importe quelle religion, que toutes les religions se valent?
Ai-je présumé de la miséricorde de Dieu en toute circonstance?
Ai-je désespéré de la miséricorde de Dieu?
Ai-je trahi Dieu?
Ai-je donné trop d’importance à quelque créature, activité, objet ou opinion?

Deuxième Commandement:

Tu ne prendras pas en vain le Nom du Seigneur Ton Dieu.

Ai-je blasphémé le Nom de Dieu à tort, inconsidérément ou en matière légère et triviale?
Ai-je murmuré ou gémi contre Dieu (blasphème)?
Ai-je prononcé des malédictions contre moi-même ou les autres, ou toute créature?
Me suis-je emporté contre les autres jusqu’à provoquer des jurons ou des blasphèmes contre Dieu?
Ai-je manqué à un vœu fait à Dieu?

Troisième Commandement:

Souvenez –vous de sanctifier le Sabbat.

Ai-je manqué la Messe le dimanche ou une fête d’obligation?
Ai-je été en retard à la Messe ou l’ai-je écourtée par ma faute?
Ai-je fait manquer la Messe à d’autres ou leur ai-je fait écourter la Messe?
Ai-je été volontairement distrait pendant la Messe ?
Ai-je fait ou commander un travail servile non nécessaire le dimanche ou les jours de fête d’obligation?
Ai-je acheté ou vendu sans nécessité ce jour là?

Quatrième Commandement:

Honore ton père et ta mère.

Ai-je désobéi ou manqué de respect envers mes parents ou ai-je négligé ou refusé de les aider dans leurs besoins ?
Ai-je manqué de respect pour des personnes chargées de me commander?
Ai-je calomnié ou insulté des prêtres ou d’autres personnes consacrées à Dieu?
Ai-je manqué de respect vis à vis des personnes âgées?
Ai-je maltraité mon conjoint ou mes enfants?
Ai-je désobéi ou manqué de respect à mon mari?
En ce qui concerne mes enfants:

Ai-je négligé leurs besoins matériels?
Me suis-je soucié de les faire baptiser de bonne heure?1
Ai-je pris soin de leur éducation religieuse personnelle?
Leur ai-je permis de négliger leurs devoirs religieux?
Leur ai-je permis le flirt ou des fréquentations régulières sans perspective du mariage dans un proche avenir?
Ai-je veillé à leurs compagnies?
Ai-je omis de les discipliner quand c’était nécessaire?
Leur ai-je donné un mauvais exemple?
Les ai-je scandalisés par des disputes avec mon conjoint en présence de mes enfants? En jurant ou blasphémant en leur présence?
Ai-je gardé la modestie à la maison?
Leur ai-je permis de porter des vêtements immodestes (mini jupes, pantalons serrés, robes ou pulls trop ajustés, corsages transparents, shorts courts, tenues de bain provocantes, etc.)? 2
Leur ai-je refusé la liberté de se marier ou de suivre une vocation religieuse?

________________________________

1 Les nouveaux nés devraient être baptisés dès que possible. Sauf prescription diocésaines particulières, il semble généralement admis qu’un nouveau-né devrait être baptisé dans l’intervalle de une semaine ou dix jours environ après sa naissance. Beaucoup de catholiques repoussent le baptême à une quinzaine ou un peu plus. L’idée d’administrer le baptême dans les trois jours après la naissance est considérée comme trop stricte. Saint Alphonse, suivant l’opinion commune, pensait qu’un délai non motivé au-delà de dix ou onze jours serait un péché grave. Par rapport à la coutume moderne, connue et non corrigée par les Ordinaires locaux, un délai non motivé au delà d’un mois serait un péché grave. S’il n’y a pas de danger probable pour l’enfant, les parents ne peuvent être convaincus de péché grave en différant le baptême un peu au-delà de trois semaines au plus, mais l’usage de faire baptiser un nouveau-né dans l’intervalle d’environ une semaine ou dix jours après la naissance est fort recommandable et en vérité, une date plus précoce peut être recommandée à juste titre. — H. Davis S.J., Moral and Pastoral Theology, Vol. III, Pg.65, Sheed and Ward, New York, 1935

2 Demander le feuillet LF05 Règles Mariales pour la Modestie dans le vêtement.

Cinquième Commandement:

Tu ne tueras pas.

Ai-je provoqué, désiré ou hâté la mort ou la blessure physique de quelqu’un?
Ai-je entretenu de la haine contre quelqu’un?
Ai-je opprimé quelqu’un?
Ai-je désiré la vengeance?
Ai-je été cause d’inimitié entre d’autres personnes?
Ai-je querellé ou combattu quelqu’un?
Ai-je souhaité du mal à quelqu’un?
Ai-je eu l’intention ou tenté de blesser ou de maltraiter d’autres personnes?
Y a-t-il quelqu’un avec qui je refuse de parler ou contre qui je garde rancune?
Ai-je pris plaisir aux malheurs de quelqu’un?
Ai-je été jaloux ou envieux?
Ai-je pratiqué ou essayé de pratiquer un avortement ou conseillé à quelqu’un de le faire
Ai-je, d’une manière ou d’une autre, mutilé mon corps sans nécessité?
Ai-je eu des pensées de suicide ou des tentatives?
Me suis-je enivré ? Ai-je pris des drogues interdites?
Ai-je trop mangé ou est-ce que je néglige de me nourrir convenablement? (c’est à dire avec des aliments sains)
Ai-je manqué à la correction fraternelle?
Ai-je nuit à l’âme de quelqu’un, surtout aux enfants en scandalisant par le mauvais exemple?
Ai-je nuit à moi-même en exposant mon âme aux tentations volontairement et sans nécessité. (par exemple: mauvaises émissions, mauvaises chansons, plages, etc.)?

Sixième et Neuvième Commandement:

Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne désireras pas la femme de ton prochain.

Ai-je refusé à mon conjoint, à ma conjointe, les droits du mariage?
Ai-je pratiqué le contrôle des naissances (pilules, appareils, retrait)?
Ai-je abusé des droits du mariage de quelque autre manière?
Ai-je commis l’adultère ou la fornication ( pratiques sexuelles prémaritales)?
Ai-je commis un péché contre nature dans le domaine de la pureté (homosexualité ou lesbianisme en pensée, en parole ou en action )?
Ai-je touché ou embrassé quelqu’un de manière impure?
Me suis-je engagé dans des baisers prolongés et passionnés en dehors du mariage ?
Me suis-je engagé dans des affections désordonnées?
Ai-je pratiqué l’impureté solitairement ( masturbation )?
Ai-je entretenu des pensées impures et m’y suis-je complu?
Me suis-je laissé aller à des désirs sensuels pour quelqu’un ou ai-je volontairement désiré voir ou faire quelque chose d’impur?
Me suis-je laissé aller volontairement à quelque plaisir sexuel complet ou incomplet en dehors du mariage?
Ai-je été occasion de péché pour d’autres en portant des vêtements immodestes, trop serrés ou provocants de toute autre manière?
Ai-je agi pour provoquer ou occasionner chez les autres des pensées ou des désirs impurs délibérément ou par légèreté?
Ai-je fait des lectures indécentes ou regardé de mauvais film?
Ai-je regardé des films et des émissions érotiques ou la pornographie par internet ou permis à des enfants de le faire?
Ai-je prononcé des paroles ou raconté des histoires indécentes?
Ai-je écouté volontairement de telles histoires?
Me suis-je vanté de mes péchés ou complu dans les péchés du passé?
Me suis-je trouvé en compagnie impudique?
Ai-je consenti à des regards impudiques?
Ai-je négligé de contrôler mon imagination?
Ai-je prié tout de suite pour bannir de si mauvaises pensées et tentations?
Ai-je évité la paresse, la gourmandise, l’oisiveté et les occasions d’impureté?
Ai-je pris part à des danses immodestes et à des spectacles indécents?
Suis-je resté sans nécessité seul en compagnie de quelqu’un du sexe opposé en dehors du mariage?

Nota bene: Ne pas craindre de dire au prêtre tout péché d’impureté que vous avez pu commettre. Ne pas cacher ou essayer de déguiser de tels péchés. Le prêtre est là pour vous aider et vous pardonner. Rien de ce que vous dites ne le choquera, donc ne craignez pas, quelque puisse être votre honte.

Septième et Dixième Commandement:

Tu ne voleras pas. Tu ne convoitera pas les biens du prochains.

Ai-je volé quelque chose? Quoi ou combien?
Ai-je endommagé le bien des autres?
Ai-je par négligence abîmé le bien des autres?
Ai-je été négligent dans la gestion de l’argent et des biens d’autrui?
Ai-je triché ou fraudé?
Ai-je participé excessivement à des jeux d’argent?
Ai-je refusé ou négligé de payer mes dettes?
Ai-je acquis un bien notoirement volé?
Ai-je omis de rendre des objets prêtés?
Ai-je trompé mon employeur sur ma journée de travail?
Ai-je triché sur les salaires de mes employés?
Ai-je refusé ou négligé d’aider quelqu’un en urgente nécessité?
Ai-je omis de restituer en cas de vol, de tricherie ou de fraude?
Ai-je envié à un autre ce qu’il avait?
Ai-je été jaloux du bien d’autrui?
Ai-je été avare?
Ai-je été cupide et avare, accordant trop d’importance aux biens matériels et au confort? Mon cœur est-il porté vers les possessions terrestres ou les vrais trésors du Ciel ?

Huitième Commandement:

Tu ne porteras pas de faux témoignage envers ton prochain.

Ai-je menti à propos de quelqu’un?
Mes mensonges ont-ils causé un tort matériel ou spirituel?
Ai-je porté des jugements téméraires (c’est à dire cru fermement, sans preuve évidente à la culpabilité de quelqu’un dans un crime ou une faute morale?
Ai-je nui à la bonne réputation de quelqu’un en révélant des fautes vraies mais cachées (délation )?
Ai-je révélé les péchés d’autrui?
Ai-je été coupable de cafardage (c’est à dire d’avoir rapporté quelque chose de défavorable dit par quelqu’un à propos d’un autre de manière à créer l’inimitié entre eux)?
Ai-je encouragé ou prêté l’oreille à la diffusion du scandale concernant mon prochain?
Ai-je prêté de faux serments ou signé de faux documents?
Suis-je critique, négatif ou peu charitable dans ma conversation?
Ai-je flatté les autres?

Les Sept Péchés Capitaux et les Vertus opposées.

Orgueil..............................................Humilité
Avarice............................................Libéralité
Luxure.............................................Chasteté
Colère...............................................Douceur
Gourmandise....................................Tempérance
Jalousie...........................................Amour fraternel
Paresse............................................Effort

Cinq effets de l’Orgueil

La vaine gloiren a. Vantardise b. Dissimulation/Duplicité
Ambition
Mépris des autres
Colère / Vengeance / Ressentiment
Entêtement / Obstination

Neuf manières d’être instrument de péché pour d’autres.

A. Ai-je sciemment été cause de péché ?
B. Ai-je coopéré au péché des autres ?

Le conseil
Le commandement
Le consentement
La provocation
La louange ou la flatterie
La dissimulation
La participation
Le silence
La défense du mal accompli.

Les Quatre Péchés qui crient vengeance au Ciel.

Le meurtre volontaire
La Sodomie ou le Lesbianisme
L’oppression des pauvres
La fraude sur le juste salaire du travailleur.

Les Six Commandements de l’Eglise.

Ai-je entendu la Messe le dimanche et les fêtes d’obligation?
Ai-je pratiqué le jeûne et l’abstinence les jours désignés et ai-je observé le jeûne eucharistique?
Me suis-je confessé au moins une fois l’an?
Ai-je reçu la Sainte Eucharistie au temps de Pâques?
Ai-je contribué au soutien de l’Eglise dans la mesure où je le dois?
Ai-je observé les lois de l’Eglise concernant le mariage (c’est à dire le mariage sans présence d’un prêtre ou mariage avec un parent ou non-catholique)?

Les Cinq Blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie.

Ai-je blasphémé contre l’Immaculée Conception?
Ai-je blasphémé contre la Virginité Perpétuelle de Marie?
Ai-je blasphémé contre la Divine Maternité de Notre Dame ? Ai-je manqué à reconnaître Notre Dame comme Mère de tous les hommes?
Ai-je cherché officiellement à semer dans les cœurs des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine de ce Cœur Immaculé?
L’ai-je outragée directement dans Ses Saintes Images?

Finalement:

Ai-je reçu la Sainte Communion en état de péché mortel? (Sacrilège)

Examen des péchés véniels d’après St Antoine-Marie Claret.

L’âme devrait éviter tous les péchés véniels, spécialement ceux qui ouvrent la voie du péché mortel. Ce n’est pas assez , mon âme, de prendre la ferme résolution de souffrir la mort plutôt que de commettre un péché mortel. Il est nécessaire de former une résolution semblable par rapport au péché véniel. Celui qui ne trouve pas en lui-même cette volonté ne peut trouver la sécurité. Rien ne peut nous donner une certaine sécurité du salut éternel comme une vigilance incessante pour éviter même le moindre péché véniel et un sérieux remarquable en tous points touchant toutes les pratiques de la vie spirituelle - sérieux dans la prière et les rapports avec Dieu, sérieux dans la mortification et le renoncement, sérieux dans l’humilité et l’acceptation du mépris, sérieux dans l’obéissance et le renoncement à sa volonté propre, sérieux dans l’amour de Dieu et du prochain . Celui qui veut atteindre ce sérieux et le garder, doit nécessairement prendre la résolution d’éviter toujours spécialement les péchés véniels

suivants:

Le péché d’admettre en son cœur tout soupçon non fondé, tout jugement injuste contre le prochain.
Le péché d’entrer en conversation sur les défauts d’autrui et de manquer à la charité de toute autre manière même légèrement.
Le péché d’omettre, par paresse, nos pratiques spirituelles ou de les accomplir avec négligence volontaire.
Le péché d’avoir une affection désordonnée pour quelqu’un.
Le péché d’avoir une vaine estime de soi-même ou une vaine satisfaction dans ce qui nous concerne
Le péché de recevoir le Saint Sacrement de manière insouciante, avec des distractions et autres irrévérences et sans préparation sérieuse.
Impatiences, ressentiment, tout manquement à accepter des déceptions comme venant de la Main de Dieu ; car cela met obstacle à la voie des décrets et dispositions de la Divine Providence par rapport à nous-mêmes.
Le péché de se donner occasion de ternir même de loin l’éclat immaculé de la sainte pureté.
La faute de cacher volontairement à ceux qui devraient les connaître, les mauvaises inclinations, les faiblesses et les mortifications, en cherchant à poursuivre la route de la vertu, non sous la direction de l’obéissance, mais en se laissant guider par ses propres caprices.

Nota bene: Ceci s’entend de circonstances où nous pourrions avoir une direction qui mérite d’être recherchée, mais nous préférons suivre nos faibles lumières personnelles).

Prière pour une bonne confession

O mon Dieu, par mes péchés détestables, j’ai crucifié de nouveau Votre Divin Fils et L’ai tourné en dérision. A cause de cela, j’ai mérité Votre Colère et me suis rendu digne des feux de l’Enfer. Combien aussi j’ai été ingrat envers Vous, mon Père Céleste, qui m’avez tiré du néant, m’avez racheté par le Précieux Sang de Votre Fils et m’avez sanctifié par Vos Saints Sacrements et le Saint Esprit. Mais dans Votre Miséricorde, vous m’avez réservé cette confession. Recevez –moi de nouveau comme Votre fils prodigue et accordez-moi de bien me confesser pour que je puisse recommencer à Vous aimer de tout mon cœur et de toute mon âme et par conséquent garder vos commandements et souffrir patiemment toute expiation temporelle qui reste à accomplir. J’espère obtenir de Votre bonté et puissance, la vie éternelle au Paradis. Par Jésus-Christ Notre Seigneur. Amen.

Note Finale

N’oubliez pas de confesser vos péchés avec regret surnaturel en même temps que ferme résolution de ne plus retomber dans le péché et d’éviter les occasions prochaines de péché. Demandez à votre Confesseur de vous aider en toute difficulté qui entraverait une bonne confession. Accomplissez promptement votre pénitence.

Acte de Contrition

O mon Dieu, je regrette du fond du cœur de vous avoir offensé. Et je déteste tous mes péchés, parce que je redoute la perte du Ciel et les peines de l’Enfer, mais surtout parce que mes péchés Vous offensent, mon Dieu, qui êtes toute bonté et qui méritez tout mon amour. Je prends la ferme résolution, avec le secours de Votre Grâce, de confesser mes péchés, de faire pénitence et d’amender ma vie. Amen.


EXAMEN DE CONSCIENCE POUR ADULTES

Résumé: Il faut rechercher au moins tous les péchés mortels dont on se souvient et qui n’ont pas encore été confessés dans une bonne confession et à un prêtre ayant les pouvoirs pour absoudre. Un péché est mortel s’il y a : gravité de matière, pleine connaissance et plein consentement. Indiquer, dans la mesure du possible, leur espèce et leur nombre (même pour les désirs). Pour cela on demande à Dieu la grâce de bien connaître ses fautes et on s’examine sur les Dix Commandements et les préceptes de l’Église, sur les péchés capitaux et les devoirs de notre état. Il faudra penser à accuser également les péchés qui ont pu être commis par omission. N.B.: La confession est sacrilège lorsqu’on a volontairement caché des fautes mortelles. COMMANDEMENTS DE DIEU l er Commandement : « Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Dieu est-il au centre de ma vie ? Est-il bien pour moi un Père à l’amour duquel je réponds par un amour total et une généreuse obéissance ? Jésus est-il vraiment mon Maître et mon modèle, celui dont je vis par la foi et les sacrements ? Manquements par omission ou négligence dans les prières (matin, soir, dans les tentations) et la réception des sacrements. Tiédeur. Respect humain pour manifester sa foi. Parole ou acte contre la religion. Adhésion à des mouvements incompatibles avec la foi catholique. Superstitions, spiritisme. Avoir tenté Dieu. Péchés contre la foi : refus d’adhérer à une ou plusieurs vérités révélées. Doutes volontaires. Négligeance dans sa sa propre formation religieuse. Lectures, émissions et spectacles portant atteinte à la foi ou à la morale. Péchés contre l’espérance : manque de confiance en la bonté et la providence de Dieu. Découragement, désespoir. Compter sur ses seules forces. Prétexter de la bonté de Dieu pour pécher. Ne pas désirer le ciel. Péchés contre la charité : indifférence par rapport à Dieu ; absence de prière et de pratique religieuse. Sacrilèges en profanant les choses saintes, en particulier confessions (incomplètes volontairement) et communions sacrilèges (reçues en état de péché mortel). Envers le prochain : refus de voir Dieu dans nos frères; haines, mépris, moqueries ; refus d’assister son prohain dans les graves nécessités. 2e Commandement : « Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Transgresser les serments et vœux faits en son nom. Associer son nom à des serments faux ou inutiles. Blasphémer son nom, celui de la Vierge ou des saints. Prononcer des imprécations contre soi ou contre autrui. 3e Commandement : « Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Avoir manqué à la sainte Messe par sa faute, y être arrivé en retard. Avoir fait ou fait faire “des travaux et des occupations qui empêchent le culte dû à Dieu, la joie propre au jour du Seigneur, ou la détente convenable de l’esprit et du corps” (can.1247). Avoir été à des amusements ou réunions dangereuses pour la foi ou les mœurs. 4e Commandement : « Tu honoreras ton père et ta mère. » Enfants de tous âges : Manque d’amour, de respect, d’obéissance (dans les limites de leur autorité), de reconnaissance et d’assistance (matérielle, spirituelle) aux parents. Parents : ne pas témoigner de l’affection à tous ses enfants ; ne pas leur donner l’exemple d’une vie vertueuse et chrétienne. Envers ceux encore sous leur dépendance : Association Notre Dame de Chrétienté manquements dans leur formation humaine et chrétienne (instruction religieuse, choix de l’école); et dans ses devoirs de surveillance, de conseil et de corrections nécessaires. Tous : disputes d’intérêt en famille. Manquements dans l’accomplissement du travail dans le respect dû à l’autorité (dans le métier, la vie collective) ou dans les responsabilités des dirigeants (conditions de travail honnêtes, juste salaire, respect vis-à-vis des employés). Insoumission aux lois civiles justes (impôts, service militaire, devoir civique). 5e Commandement : « Tu ne tueras point. » Meurtre, tentative de suicide, imprudence exposant à tuer ou blesser son prochain (sport à risque, transgression grave et volontaire du code de la route, conduite en état d’ivresse). Colères, disputes, vengeances, refus de pardon, rancunes, envie, jalousie, drogue. Excès dans les boissons, gourmandise. Attitude insultante et scandaleuse. Participation (par action ou par omission), à la stérilisation, à l’avortement, à l’euthanasie, au suicide. Incitation à la violence, à la lutte des classes. Haine raciale ou ethnique. 6e et 9e Commandements : « Tu ne commettras pas d’impureté. Tu n’auras pas le désir impur volontaire. » Pensées, désirs et actes commis seul ou avec d’autres contre la pureté. Conversations et chansons déshonnêtes. Lectures, spectacles (TV, films,...), fréquentation de lieux exposant à l’impureté. Responsabilité dans le péché d’autrui (danse, mode et attitude provocantes). Personnes mariées : Limitation de l’usage du mariage aux jours inféconds sans cause sérieuse. Moyens contraceptifs, ponctuels ou permanents. Refus des droits du conjoint. Adultère (pensées, désirs, actions). Infidélité affective. Liaison extra-matrimoniale. Divorce. “Remariage”. Fiancés : Manifestations de tendresse excessivement sensuelles. Relations pré matrimoniales. Cohabitation. 7e et 10e Commandements : « Tu ne voleras pas. Tu ne désireras pas injustement le bien des autres. » Participation direct ou indirect à des vols, fraudes, injustices. Dettes impayées. Non restitution. Recel d’objets volés. Tort causé dans les ventes, contrats, transactions. Tricheries. Fraudes. Pots de vin. Non-respect des lois sociales justes sur le travail, les assurances... Travail bâclé ; perte de temps. Dépenses excessives, par luxe, vanité, etc. Gaspillage. 8e Commandement : « Tu ne mentiras point. » Mensonges. Faux témoignage. Accusations injustes. Jugements téméraires. Calomnies (personnes ou institutions). Secrets violés. Médisances, ragots. Refus de réparer ou de rectifier COMMANDEMENTS DE L’ÉGLISE 1. Tu sanctifieras les dimanches et fêtes d’obligation (en France : Noël, Pâques, Ascension, La Pentecôte, Assomption, Toussaint) : par l’assistance à la messe et l’abstention d’activités contraires à la sanctification du jour du Seigneur (voir 3e commandement de Dieu). 2. Tu te confesseras au moins une fois l’an. 3. Tu communieras chaque année au Temps pascal (de Pâques à la Pentecôte). 4. Tu jeûneras ou feras abstinence les jours fixés. Jeûne et abstinence: Mercredi des Cendres et Vendredi Saint ; abstinence : tous les vendredis de l’année (les vendredis autres que ceux du Carême, on peut remplacer l’abstinence par une autre pénitence). 5. Tu contribueras selon tes moyens aux dépenses de l’Eglise. Association Notre Dame de Chrétienté DEVOIRS D’ÉTAT 1. Devoirs de chrétien : effort pour tendre à la perfection de la charité ; témoignage de cohérence entre la foi et les œuvres ; fidélité à la vocation reçue de Dieu ; dimension apostolique de sa vie ; approfondissement de sa foi ; aide à l’Eglise ; respect et obéissance à la hiérarchie dans ce qui dépend de son autorité. 2. Devoirs dans la famille : fidélité et don de soi dans le mariage ; générosité dans la procréation et l’éducation des enfants ; amour et entraide ; affection et assistance aux ascendants. 3. Devoirs dans la profession application au travail ; sens de la justice dans les rapports professionnels, dans les contrats. 4. Devoirs dans la cité : participation à la vie de la cité, devoir électoral ; respect des lois justes ; effort pour faire changer les lois injustes (avortement, ...) ; solidarité avec les plus démunis. MAÎTRISE DE SON TEMPÉRAMENT Il faut soumettre à la raison et à la loi de Dieu les passions déréglées par le péché originel et nos propres péchés. On distingue sept tendances qui nous inclinent au mal : - l’orgueil : amour désordonné de soi-même qui engendre l’ambition, la présomption, la vaine gloire, les attitudes hautaines, les vanités mondaines. - l’avarice : attachement désordonné aux richesses qui engendre l’injustice, l’endurcissement du cœur, le défaut de générosité pour faire l’aumône, l’aveuglement de l’esprit. - la luxure : vice contraire, voir 6e et 9e commandements. - L’envie : nous attriste à la vue des qualités ou des succès d’autrui ; engendre la calomnie, la jalousie, les discordes, les actions portant tort à autrui. - la gourmandise : excès dans le manger et le boire (alcoolisme) qui met en danger notre santé et nous fait perdre la possession de nous-mêmes. - la colère : fait perdre le contrôle de soi-même et porte aux injures, querelles, coups... - la paresse : incline à fuir l’effort dans le travail, l’accomplissement des devoirs. Association Notre Dame de Chrétienté

Mit freundlichen Grüssen

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely
Saludos cordiales
בברכה, בכבוד רב
С уважение
ขอแสดงความนับถือ
你的真诚的
المخلص

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement ! Comme à Chypre et en Grèce... Arnaque de la création monétaire du néant, ex nihilo... Grâce à monnaie-pleine, on peut rédiger ensemble un projet de loi d'application ou un contre-projet et reprendre ainsi toutes les meilleures solutions, BNS, RBI, monnaie, crédits, etc...

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Thème pour l'année 2016: Donner à chacun ce qui lui est dû par un dividende social à tous!
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Invitations 2017
In English
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/free-invitations-every-year.html

en français:
http://desiebenthal.blogspot.ch/2016/10/invitations-gratuites-chaque-annee.html

Avec mes meilleurs salutations
Distinti saluti
Kind regards, yours sincerely

Nouvelle adresse: 23, Av. Edouard Dapples, CH 1006 LAUSANNE. SUISSE

Tél: international ++ 41 21 616 88 88

Mobilisation générale: épargnes, retraites... volées légalement !

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

Donner à chaque souverain, le peuple est le souverain en Suisse, sa part des créations monétaires volées actuellement par les banques commerciales. La banque nationale suisse doit devenir une coopérative, et pas une société anonyme, qui distribue à chacun et chacune ce qui lui est dû par un dividende social à tous dès la conception ! Voter oui à l'initiative monnaies pleines, monnaies au pluriel qui respectent notamment les wirs, voir www.wir.ch
à faire circuler largement, merci, le monde est déjà meilleur grâce à ce simple geste de solidarité.

Articles les plus consultés